/world/europe
Navigation

Nouvelle-Zélande: l’épidémie se propage en dehors d’Auckland

Coup d'oeil sur cet article

Auckland | La nouvelle vague de cas de coronavirus en Nouvelle-Zélande s’est propagée au-delà d’Auckland, la plus grande ville du pays où elle était jusqu’alors cantonnée, ont annoncé vendredi les autorités.

Le ministre de la Santé, Chris Hipkins, a fait état de 12 cas supplémentaires de transmission locale, et d’un cas probable.

Une trentaine de cas ont été enregistrés depuis que le coronavirus a recommencé à se propager dans l’archipel océanien, après une remarquable série de 102 jours sans contamination locale.

M. Hipkins a précisé que deux des cas avaient été enregistrés à Tokoroa, à 210 km au sud d’Auckland.

Cette propagation est intervenue en dépit du confinement qui a été imposé à Auckland. Des policiers ont été affectés au contrôle des sorties de la ville.

M. Hipkins s’est néanmoins voulu rassurant sur la capacité des autorités à contrôler la situation.

«À ce stade, tous les cas sont liés, ils font tous partie d’un même foyer d’infection basé à Auckland», a-t-il dit, ajoutant que les cas de Tokoroa avaient vite été identifiés. «Nous n’avons aucun exemple de cas de COVID-19 en dehors d’Auckland qui ne soit pas lié au foyer de contamination que nous sommes en train de traiter».

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, doit annoncer, vendredi, si le confinement décidé pour trois jours à Auckland est prolongé, ou si la zone affectée par les restrictions est élargie. Entré en vigueur mercredi midi, le confinement court actuellement jusque vendredi minuit.

C’est une famille de quatre personnes qui a initialement été déclarée positive, mardi, dans la plus grande ville du pays. Il s’agissait des premiers cas de transmission locale du coronavirus depuis début mai. L’origine de cette contamination n’a pas été identifiée. 

La Nouvelle-Zélande n’a jusqu’ici enregistré que 22 décès dus au coronavirus sur son sol pour une population de 5 millions d’habitants. Sa réponse efficace à la première vague épidémique avait été saluée par les pays étrangers.