/investigations
Navigation

Dépêché en Afrique après avoir fermé les yeux

Le fonctionnaire avait toléré le double emploi d’une ex-déléguée à L.A.

Elizabeth Mackay lors des 50 ans de la Délégation du Qué
Photo d'archives L’ex-déléguée du Québec à Los Angeles, Elizabeth MacKay, lors du cinquantième anniversaire de la délégation. Mme MacKay a été en poste de 2015 à 2019.

Coup d'oeil sur cet article

Le fonctionnaire qui a fermé les yeux sur le double emploi de l’ancienne déléguée du Québec à Los Angeles est dépêché en Afrique comme directeur administratif pour le ministère des Relations internationales (MRIF), a appris Le Journal.

Louis Métivier, qui agissait jusqu’ici comme directeur des ressources humaines du MRIF, supervisera dorénavant les délégations de Dakar, Abidjan et Rabat sur le plan administratif.

La création de ce tout nouveau poste survient après le congédiement de la déléguée générale du Québec dans la capitale sénégalaise, Fatima Houda-Pepin.

Selon nos informations, il ne s’agit pas d’une promotion pour ce fonctionnaire qui avait fait parler de lui au printemps. Il aurait même « moins de responsabilités », nous disent nos sources.

Informé, mais muet

En novembre 2019, Louis Métivier est informé par son adjoint que l’ex-déléguée du Québec à Los Angeles, Elizabeth MacKay, semble s’être lancée en affaire même si elle a conservé son lien d’emploi avec le gouvernement, et, surtout, son plein salaire de haute fonctionnaire.

« Gardons-le à l’esprit... », a simplement réagi le gestionnaire, dans un échange courriel avec son adjoint obtenu en vertu de la loi d’accès à l’information. Rien n’est entrepris par le cadre.

Deux mois plus tard, à la suite des questions et des révélations de notre Bureau d’enquête, Mme MacKay démissionne de son poste de directrice financière et d’administratrice d’Addendum Communication, une entreprise fondée par son conjoint sur la côte californienne. Deux enquêtes administratives sont aussitôt déclenchées.

La ministre Nadine Girault s’était dite troublée par les « sérieux problèmes de gestion des ressources humaines » au sein de son ministère et avait réclamé un plan de redressement. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Une décision « administrative »

La décision d’envoyer le fonctionnaire Métivier gérer les trois bureaux du Québec en Afrique en fait sourciller certains, notamment dans le contexte actuel. 

Rappelons que le gouvernement vient de congédier la déléguée générale du Québec à Dakar, Fatima Houda-Pepin, nommée il y a pourtant moins d’un an.

Au bureau de la ministre des Relations internationales, on a précisé qu’il « s’agit d’une décision administrative ». « Le cabinet de la ministre ne prend pas part à ce type de décision », a ajouté la directrice des communications, Myriam Marotte. 

Le MRIF n’était pas en mesure hier de répondre à nos questions au sujet des nouvelles fonctions de M. Métivier.  

RAPPEL DES FAITS  

  • Le 26 novembre 2019, le gestionnaire Louis Métivier est informé par son adjoint que l’ex-déléguée du Québec à Los Angeles, Élizabeth MacKay, semble s’être lancée en affaires alors qu’elle est toujours employée du gouvernement.  
  • Directeur des ressources humaines du ministère des Relations internationales, Louis Métivier répond par courriel à son adjoint : « Gardons-le à l’esprit... »  
  • Deux mois plus tard, lorsque notre Bureau d’enquête a révélé qu’Elizabeth MacKay avait un double emploi depuis juin 2019, le ministère a plaidé l’ignorance.