/weekend
Navigation

Écrire à tout prix

Coup d'oeil sur cet article

Pour savoir comment devenir écrivain lorsqu’on manque cruellement d’inspiration et d’imagination, il faut lire L’audacieux Monsieur Swift... 

<b><i>L’audacieux Monsieur Swift</i></b><br/>
John Boyne<br/>
Aux Éditions JC Lattès<br/>
416 pages
Photo courtoisie
L’audacieux Monsieur Swift
John Boyne
Aux Éditions JC Lattès
416 pages

Jusqu’où certaines personnes seraient-elles prêtes à aller pour pouvoir un jour concrétiser leurs rêves les plus fous ? En ce qui concerne le jeune Maurice Swift, la réponse est très simple : aussi loin que nécessaire. Voyez par vous-même. 

Serveur au chic hôtel Savoy, à Berlin-Ouest, Maurice espère ardemment devenir bientôt écrivain. À défaut d’avoir pu entreprendre des études de lettres à l’université, il a donc pris l’habitude de suivre avec ferveur toute l’actualité littéraire. Une bonne chose, puisque ça lui permettra de reconnaître au premier coup d’œil l’auteur Erich Ackermann, de passage en Allemagne pour assurer la promotion de son plus récent roman. 

Vous devinez la suite ? La fin justifiant les moyens, Maurice s’empressera de tester son pouvoir de séduction sur ce sexagénaire solitaire qui, hélas, ne saura lui résister bien longtemps. Car en plus d’être particulièrement beau, Maurice est un redoutable manipulateur dénué de scrupules. 

Un de perdu, dix de retrouvés

Grâce à Erich, les portes du milieu littéraire s’ouvriront presque d’elles-mêmes. On pourrait aussi dire que grâce à Erich, Maurice n’aura plus à se creuser les méninges bien longtemps pour enfin trouver le sujet de son premier livre : après en avoir reçu les confidences, il ira au plus facile en s’inspirant directement de la vie d’Ackermann ! Et une fois cette source d’inspiration tarie, il ne se gênera pas pour en dénicher d’autres.

Oui, Maurice n’est qu’un vulgaire parasite. Qui plus est, de la pire espèce. Mais on aura beau le détester cordialement du début à la fin, jamais il ne cessera de nous surprendre.  

À lire aussi cette semaine 

LA SECONDE ÉPOUSE

Rebecca Fleet<br/>
aux Éditions Robert Laffont<br/>
382 pages
Photo courtoisie
Rebecca Fleet
aux Éditions Robert Laffont
382 pages

Juste avec le titre, on sait qu’Alex a déjà été marié. À Heather, avec laquelle il a eu une fille, Jade. Mais Heather a été emportée par le cancer, et aujourd’hui, Alex a refait sa vie avec Natalie. Une décision qu’il commencera à regretter le jour où un terrible incendie ravagera leur maison. Car, pour comprendre ce qui s’est réellement passé, il devra choisir entre la version de Natalie et celle de Jade. Un divertissant thriller domestique. 


DEUX SŒURS

David Foenkinos<br/>
aux Éditions Folio<br/>
192 pages
Photo courtoisie
David Foenkinos
aux Éditions Folio
192 pages

Dans ce court roman de Foenkinos, on verra ce que Mathilde Pécheux décidera de faire lorsque l’homme de sa vie la quittera pour en épouser une autre. D’abord, accepter d’aller s’installer chez sa sœur Agathe, qui vit avec mari et enfant dans un minuscule appartement à Paris. Ensuite, tou... Non. Finalement, on n’en dira pas davantage afin de n’enlever à personne le plaisir de découvrir la suite.  


CALENDRIER FAMILIAL SALUT BONJOUR 2020-2021

Collectif<br/>
aux Éditions de l’Homme<br/>
28 page
Photo courtoisie
Collectif
aux Éditions de l’Homme
28 page

Même si on ne sait pas encore trop trop à quoi va ressembler la rentrée scolaire, ce calendrier pouvant être accroché au mur ou collé au frigo sera forcément utile. Pour nous aider à mieux planifier les semaines, pour nous simplifier la vie avec ses conseils pratiques... ou pour nous rappeler qu’aujourd’hui, c’est la fête des Acadiens ! 


LE GRAND LIVRE DES SALADES

Photo courtoisie

C’est vrai, il commence à faire un tout petit peu moins chaud. Ce qui ne nous empêche pas d’avoir quand même envie de manger des salades ! Ce livre en présente une très grande variété. Et qu’elles soient veggie, à base de poisson, à base de viande ou aux fruits, toutes les recettes proposées sont vraiment faciles à faire.   

Frissons garantis 

NEW IBERIA BLUES

<b><i>New Iberia blues</i></b><br/>
James Lee Burke<br/>
Aux Éditions Rivages<br/>
560 page
Photo courtoisie
New Iberia blues
James Lee Burke
Aux Éditions Rivages
560 page

À 83 ans, l’Américain James Lee Burke nous offre un autre excellent volet de la série Dave Robicheaux. Mais nul besoin d’avoir lu les 21 précédents opus pour apprécier celui-ci à sa juste valeur, car l‘auteur, qui a de longues années de métier derrière lui, sait très bien comment s’y prendre pour nous accrocher vite fait, bien fait. 

La preuve ? Sachant le célèbre metteur en scène Desmond Cormier de retour à New Iberia, Dave Robicheaux ira lui rendre une petite visite de courtoisie. Et depuis le télescope installé sur la terrasse de son immense demeure surplombant Weeks Bay, il apercevra au loin une énorme croix de bois sur laquelle une femme de couleur a été attachée, les chevilles clouées de chaque côté de la poutre. 

Manque de chance, ce sera là le premier d’une longue série de meurtres tous plus horribles les uns que les autres. Apparemment adepte de cartomancie, le tueur s’inspire en effet des arcanes du tarot pour disposer les corps qu’il sème derrière lui. Ce qui, dans un coin de pays aussi superstitieux que la Louisiane, ne promet rien de bon.

Le vieux shérif Robicheaux a cependant une piste : quelques jours plus tôt, son fidèle ami Clete Purcel a aperçu un prisonnier sauter d’un train de marchandises en marche. Et ce prisonnier, qui a laissé brûler sa femme et sa fille de 10 ans parce qu’elles écoutaient du Black Sabbath, pourrait fort bien correspondre au profil recherché. 

Une très bonne histoire desservie par une plume magnifique.