/news/currentevents
Navigation

Un camionneur québécois perd la vie en Pennsylvanie

Les circonstances de son décès, survenu dans une usine, demeurent nébuleuses

Marc-André Beauclair
Photos tirées de Facebook Marc-André Beauclair (en mortaise) a mis cette photo de son camion en couverture de sa page Facebook il y a deux semaines.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de la Mauricie, camionneur passionné, est mort en exerçant sa passion dans un accident aux circonstances encore nébuleuses survenu dans une usine en Pennsylvanie.

« Je vais toujours me souvenir de toi quand on roulait un bout sur [l’autoroute] 401 ensemble et que tu me sortais tes blagues pour me faire rire. Bon dernier voyage », a témoigné dans un hommage sur Facebook Patricia Juteau, une amie et collègue camionneuse de Marc-André Beauclair, décédé jeudi soir.

« Il était très passionné ! confie quant à elle sa fille de 20 ans, qui a préféré taire son prénom. Il faisait beaucoup de voyages aux États-Unis. Il avait sa propre compagnie. »

Dimanche dernier, l’homme de 50 ans a quitté son domicile de Louiseville pour un contrat de quelques jours aux États-Unis.

Il devait rentrer vendredi auprès de sa femme et de ses deux filles de 20 et 23 ans. 

« Les policiers de Louiseville ont cogné à notre porte vers 2 h du matin pour annoncer la nouvelle à ma mère », a dit la cadette.

Circonstances nébuleuses

L’accident fatal s’est déroulé le 13 août en soirée dans une usine de Carlisle, une petite ville d’un peu plus de 18 000 habitants, située près d’Harrisburg, la capitale de la Pennsylvanie.

« C’est la seule information que nous avons. Une enquête est en cours », a affirmé la fille du défunt.

M. Beauclair aurait péri alors qu’il chargeait de la vitre dans son camion, selon des sources.

La police d’État de Pennsylvanie n’a pas corroboré la nature de l’accident, préférant ne pas communiquer d’information sur le drame pour l’instant.

L’entreprise Vitro Glass Industries a toutefois confirmé au Journal qu’un « accident » avait bel et bien eu lieu dans son usine de Carlisle jeudi, sans toutefois en dévoiler l’heure ni les circonstances.

La police de Carlisle s’est tournée vers la Sûreté du Québec pour annoncer la tragédie à la famille de M. Beauclair.

« Sans mots »

Les messages d’hommage et de sympathies fusaient samedi sur les réseaux sociaux, rappelant tour à tour le caractère improbable du drame.

« Je suis sans mots », ont notamment écrit plusieurs proches de la victime.

« Il était attentionné, serviable et fiable, a rappelé sa fille. Il était aimé de tous en plus d’être un excellent père. »