/opinion/columnists
Navigation

Au royaume des complotistes

Coup d'oeil sur cet article

Centrés sur leur nombril, estimant que leur liberté doit être placée devant celle des autres, les complotistes sévissent depuis des mois à coups de mensonges et de désinformation sur le coronavirus.

Sans chercher à leur donner une visibilité injustifiée, il faut dénoncer leur malhonnêteté intellectuelle, qui en fait des dangers publics en situation de pandémie.  

Les manifestations et événements qu’ils continuent d’organiser sont en effet truffés d’informations trompeuses par lesquelles ils cherchent à manipuler l’opinion publique. Pour ce faire, ils s’en prennent notamment aux médias, dont ils ont malgré tout besoin pour exister. 

Pas de virus 

Au royaume de ces adeptes des théories du complot, Montréal a sa Lucie Laurier, dont le discours farfelu désole, et Québec peut compter sur sa Josée Turmel. L’ex-cheffe d’antenne bien connue de la défunte station TQS, usant du peu de crédibilité qui lui reste encore, mélange tout et dit n’importe quoi, faisant fi de la science et du savoir. 

Selon Mme Turmel, qui s’oppose au port du masque et aux mesures de distanciation, le gouvernement a tellement travaillé sur la peur que les gens ne sont plus capables de raisonner.  

Selon elle, toujours, il n’y a plus de virus, à peu près plus de cas, et ceux qui l’ignorent vivent dans un monde de terreur qui n’existe pas. Elle ne croit pas non plus à l’efficacité des tests. 

Ravages évités 

Celle qui se dit investie – rien de moins – de la mission de défendre la population... a tenu ces propos délirants cette semaine sur les ondes d’une station de radio-poubelle de Québec.  

Or l’humanité courrait à sa perte s’il fallait tous penser comme ça, sur la base d’une volonté bien égoïste de jouir de sa liberté.  

Les décisions de santé publique sont prises non pas sur la base d’une intuition, mais de la science, qui repose sur les meilleures connaissances dont l’humanité dispose. N’en déplaise aux complotistes.