/sports/others
Navigation

Vélo: autopsie des roues

Coup d'oeil sur cet article

Au moment d’acheter un vélo, la qualité des roues devrait être l’un des premiers critères à observer, juste après celle du cadre. Pour bien comprendre leurs rôles qui dépassent le simple fait de rouler, faisons une autopsie des éléments qui les composent.

Voici les composantes des roues en carbone 4S5 de SPHERIK pour freins à disque: une jante en carbone, des rayons plats et un moyeu à roulement à billes.
Photo courtoisie, SPHERIK
Voici les composantes des roues en carbone 4S5 de SPHERIK pour freins à disque: une jante en carbone, des rayons plats et un moyeu à roulement à billes.

Comme l’explique Réjean Gosselin, copropriétaire des Vélos SPHERIK, les gens prêtent davantage attention au cadre, puis ensuite au dérailleur lorsqu’ils choisissent une nouvelle monture. Ils oublient de s’assurer que les roues soient d’aussi bonne qualité (voire meilleure), alors qu’il s’agit pourtant d’un élément souvent négligé par les fabricants, dit-il. Selon lui, un cycliste ne devrait pas hésiter à payer un peu plus cher pour obtenir de meilleures roues et ainsi gagner quelques kilomètres à l’heure.

Une roue de bicyclette se compose de trois éléments, la jante qui reçoit le pneu, le moyeu placé au milieu, puis les rayons qui les unissent. Chacun d’entre eux a un rôle à jouer.

1. La jante

Photo courtoisie, SPHERIK

La jante représentant la circonférence de la roue, le plus souvent composée d’aluminium ou de carbone, affiche plusieurs hauteurs et largeurs. Ses qualités recherchées sont la légèreté et l’aérodynamisme qui amélioreront la performance du cycliste en réduisant les efforts déployés.

« Plus la jante est haute et profilée, plus c’est avantageux en haute vitesse, car moins d’énergie est demandée au moteur humain », explique M. Gosselin, surtout lorsque le cycliste franchit les 30 kilomètres-heure en tenant compte du vent.

Les cyclistes de route souhaitent en général des jantes de 38 mm de hauteur à l’avant, puis de 50 mm à l’arrière. Leur forme arrondie fendra les vents latéraux, n’affectant donc pas la conduite. Par ailleurs, plus la jante sera large (généralement 25 mm sur la route), plus le pneu pourra l’être lui aussi, offrant un confort et une stabilité accrus, ainsi qu’un risque moins élevé de crevaison.

Il est à noter que si un vélo est doté de freins sur jantes et que les jantes des roues sont en carbone, M. Gosselin rappelle que les patins de freins devront être conçus pour ce matériel.

2. Les rayons

Photo courtoisie, SPHERIK

Ces tiges en acier inoxydable qui unissent la jante et le moyeu procurent une force latérale à la roue. Il existe différentes qualités, grosseurs et profils de rayons (plats ou ronds), dont la solidité et la légèreté sont préconisées. De plus, les rayons ne doivent pas freiner le passage d’un vent latéral, ce qui créerait alors l’effet d’un mur et affecterait la conduite.

3. Le moyeu

Photo courtoisie, SPHERIK

Le premier rôle du moyeu est d’unir le vélo et la roue, tandis que le second est d’assurer le bon roulement de cette dernière. Le moyeu est muni d’un axe à roulement à billes, qui ne doit faire place à aucune friction. Pour évaluer la qualité du roulement, M. Gosselin suggère de retirer la roue, de tenir l’axe dans sa main et de faire tourner la roue lentement. 

« Si la roue tourne librement pendant quatre à cinq tours, c’est bon », dit-il. Un coup de pédale la fera alors rouler plus longtemps sur la route, réduisant les efforts nécessaires et incitant le cycliste à faire de plus longues randonnées. À l’inverse, si on observe de la friction, le sportif devra pédaler plus fort.

Dans le cas d’un vélo doté de freins à disque, le moyeu sera différent, puisqu’il aura été conçu pour recevoir des disques et la roue comptera plus de rayons, puisque la pression observée sera différente. M. Gosselin préconise alors des roues fixées sur la fourche et le cadre à l’aide d’un axe transversal plutôt qu’une déclenche rapide, pour profiter d’un ajustement plus précis. « Le disque sera toujours à la bonne place dans la mâchoire de frein, bien centré et sans friction », dit-il.