/finance
Navigation

La recette d’Eric Girard pour relancer l’économie du Québec

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le ministre québécois des Finances, Eric Girard, reconnaît que certains secteurs auront de la difficulté à se remettre de la crise de la COVID-19 et veut donc aider des travailleurs à se réorienter vers des industries plus rentables.

«Tous les emplois ne reviendront pas immédiatement, mais notre rôle est de faciliter la transition vers d’autres secteurs de l’économie», a expliqué le ministre, en entrevue mardi à l'émission de Mario Dumont.

Certaines industries, comme l’hôtellerie, la restauration, le commerce de détail et l’aviation, vont avoir de la difficulté pour des périodes plus prolongées, selon lui.

C’est pourquoi il préconise une sorte de passerelle pour aider les gens à aller vers des secteurs plus porteurs, tels que la construction, la santé et l’informatique.

«Il faut aider les entreprises à innover et à se numériser», a aussi indiqué le ministre, qui était de passage dans les studios de LCN pour parler de son plan de relance.

Indicateurs encourageants

Malgré l’ampleur des défis à surmonter, M. Girard s’est montré optimiste.

«Avec 40% de l’économie fermés durant huit semaines, le Québec est la province qui a récupéré le plus d’emplois. On est à 70% des emplois perdus en mars et avril qui sont récupérés maintenant», a-t-il dit.

M. Girard est aussi encouragé par les statistiques sur les ventes de maisons et la construction résidentielle, signe, selon lui, d’une reprise économique, appelée à atteindre son rythme de croisière.

Le ministre a également souligné l’importance de la sécurité sanitaire pour relancer l’économie.

«Le masque est devenu nécessaire, étant donné l’état de la pandémie», a-t-il estimé.

Avec plus de préposés aux bénéficiaires, des équipements en quantité suffisante et une capacité de plus de 20 000 tests par jour, le Québec a les moyens d’affronter une éventuelle deuxième vague, selon Eric Girard.

Déficit

Le gouvernement Legault anticipe une baisse du PIB de 6,5% en 2020. Québec s’attend concrètement à un déficit de 12 à 15 G$.

Le ministre Girard a exclu la perspective d’un autre budget pour l’automne, évoquant seulement une mise à jour budgétaire avec une prévision sur cinq ans.

«Nous allons divulguer à la population le sentier de retour à l’équilibre budgétaire sur cinq ans», a-t-il anticipé.

Malgré le niveau élevé du déficit, Québec s’attend à être capable de respecter cet échéancier.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.