/entertainment/music
Navigation

Première pour les «petites» cousines

Marie-Nicole Lemieux chantera avec Julie Boulianne

Marie-Nicole Lemieux
Photo d’archives, Geneviève LeSieur La contralto Marie-Nicole Lemieux sera en vedette, avec Julie Boulianne, lors d’un concert de l’OSQ consacré aux œuvres de Rossini.

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Nicole Lemieux a eu l’idée d’inviter sa «petite» cousine Julie Boulianne lorsque l’OSQ lui a donné carte blanche. Originaires de Dolbeau-Mistassini, elles chanteront ensemble pour la première fois.

«Nous nous sommes retrouvées dans une même production avec La Flûte enchantée, à Montréal, en 2003, mais on n’avait pas de scènes ensemble», a lancé la chanteuse lyrique lors d’un entretien.

Julie Boulianne et Marie-Nicole Lemieux seront les vedettes, ce soir, au Grand Théâtre de Québec, d’un concert consacré à la musique de Rossini. L’événement, qui affiche complet, sera diffusé sur la page Facebook et la chaîne YouTube de l’OSQ. 

«Mon père était le cousin du père de Julie. On se connaît depuis notre naissance. Julie, qui est pianiste de formation, a été ma première accompagnatrice à mes débuts», a relaté Marie-Nicole Lemieux.

La contralto a tout de suite pensé à sa petite cousine lorsque l’Orchestre symphonique de Québec lui a offert cette soirée carte blanche.

«C’est rare qu’une mezzo-soprano et une contralto se retrouvent ensemble dans un concert, et nous allons le faire», a-t-elle précisé.

Marie-Nicole Lemieux souhaite que le duo qu’elle va faire avec Julie Boulianne, lors d’un extrait de l’opéra La dame du lac, leur permette d’être à nouveau réunies sur une autre production. 

Cinq contrats

Il s’agira d’un deuxième concert estival pour la contralto, après le concert virtuel présenté le 14 juin, avec le pianiste Louis Lortie, au Domaine Forget.

«Ça m’a fait du bien. J’avais un large sourire sur mon visage. Je me suis ensuite tapé une déprime totale après ce concert. Je me demandais quand c’était pour revenir. C’est comme une dose d'héroïne pour une droguée. L’offre de l’OSQ est arrivée à point», a-t-elle confié. 

Marie-Nicole Lemieux avait le vent dans les voiles, lorsque la pandémie a tout arrêté.

«2020 s’annonçait pour être ma plus grosse année. Je regarde les contrats que j’ai complétés en 2020 et il y en a cinq seulement. C’est fou», a-t-elle conclu.

Marie-Nicole Lemieux avoue que la situation actuelle n’est pas facile, mais elle admet faire partie des privilégiés.

«J’ai obtenu des compensations pour mes engagements à Vienne et en France qui ont été annulés. Ça m’a permis de vivre. Ce qui n’a pas été le cas de plusieurs de mes collègues», a-t-elle fait remarquer.

Lundi, durant les premières répétitions avec l’OSQ et le chef Nicolas Ellis, elle se retrouvait, pour la première fois depuis février, avec un orchestre.

«Ça fait du bien», a-t-elle fait savoir.