/news/transports
Navigation

Réduction de services à la Société de transport du Saguenay

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – Réductions des passages, trajets modifiés ou encore annulés; la Société de transport du Saguenay (STS) revoit son offre de services à la baisse, faute de financement.

Pandémie oblige, la grande majorité de la population s'est retrouvée en télétravail ou en confinement dans les dernières semaines, si bien que les passagers se sont faits rares.

« Bien sûr, ç’a été moins achalandé avec la pandémie, nous avons eu un impact direct sur nos services», a expliqué Jean-Luc Roberge, directeur général de la STS.

Même avec l'aide du gouvernement qui assume 50 % des pertes tarifaires, la STS a dû se rendre à l'évidence.

«C’est sûr que la saison estivale a aidé, mais tous les indicateurs étaient là dans nos finances, donc il faut maintenant gérer de façon plus serrée: sur le boulevard Talbot, cette ligne ne reprend pas sa fréquence aux 15 minutes en heures de pointe, elle demeure aux 30 minutes toute la journée; nous allons interrompre des services sur l'heure du dîner dans le secteur de Shipshaw; les dessertes vers Laterrière à 18 h 15 sont remplacées par un service à la demande; la nouvelle ligne #28 à Saint-Honoré est suspendue, etc. Les secteurs sont tout de même desservis et les transports adaptés continuent», a énuméré M. Roberge.

Plusieurs travailleurs, étudiants et citoyens qui se déplacent quotidiennement avec les autobus de ville, adaptant ainsi leur horaire selon les passages, sont déçus par cette diminution de services.

«C’était déjà compliqué avant de savoir les heures de passage alors, je n’imagine pas maintenant», a confié un étudiant rencontré par TVA Nouvelles.

«On attendait déjà avant. Là, ça va être pire», a affirmé un autre usager du transport en commun.

Ces citoyens ne sont peut-être pas au bout de leur peine. Si la deuxième vague de COVID-19 se confirme, d'autres changements sont à prévoir.

«On analyse d'autres possibilités pour l'automne. On va analyser selon l'achalandage avec la rentrée, mais c'est possible», a expliqué le directeur de la STS.

Cette réduction de l'offre de services qui entrera en vigueur la semaine prochaine ne provoque pas de mises à pied pour l'instant.