/opinion/columnists
Navigation

Et si Laliberté imitait Subban?

Coup d'oeil sur cet article

Comme s’il en avait besoin, le richissime Guy Laliberté a empoché 100 millions de dollars additionnels en début d’année, de l’argent tiré du fameux « bas de laine » québécois qu’est la Caisse de dépôt et placement, pour ses parts restantes dans le Cirque du Soleil, pour qui la pandémie représente peut-être ce que l’iceberg fut pour le Titanic. 

Depuis quelques jours, les gens viennent me voir dans la rue pour me parler de Guy Laliberté et des millions auxquels il a eu droit en février dernier juste avant que la crise du coronavirus n’éclate.

L’épidémie de COVID-19 a entraîné une avalanche de fermetures de commerces et de faillites, de divorces et de dépressions, etc. En compagnie de puissants personnages de la trempe de Mark Zuckerberg (de Facebook) ou Jeff Bezos (d’Amazon), il semble que Guy Laliberté fasse partie du club très restreint des enrichis « sourieurs » de 2020.

  • Écoutez le commentaire de Gilles Proulx à QUB Radio:

Usé, le Cirque ?

L’opposition qui critique aujourd’hui avec raison notre bas de laine troué pour avoir englouti des centaines de millions dans le Cirque aurait été la première, si elle avait été au pouvoir, à réclamer qu’on n’abandonne pas ce fleuron illustre, symbole de fierté... même si le Québec vient finalement d’en perdre le contrôle. 

À propos du « panier percé » qu’est devenu ce Cirque du Soleil, il faudrait se demander si l’usure du spectacle n’y est pas pour quelque chose. On est loin d’être certain qu’il retrouvera son lustre et sa vitalité.

Mécénat

Guy Laliberté se laissera-t-il influencer par certaines vedettes exemplaires ? P.K. Subban s’est acquis le respect des Québécois en donnant 10 millions à un hôpital pour enfants. Judi Richards et Yvon Deschamps ont versé une fortune à l’organisme Le Chaînon qui héberge des femmes en difficulté.

L’homme des extravagances et des fêtes grandioses devrait se souvenir que c’est initialement l’aide de René Lévesque à La Malbaie qui l’a propulsé jusque dans l’orbite lunaire. Des fois, il faut savoir redonner.