/news/currentevents
Navigation

Un présumé agresseur arrêté grâce à la vigilance de femmes

Il aurait tenté d’embrasser et de toucher plusieurs Montréalaises du même secteur

Roxane Côté-Laberge
Photo Pierre-Paul Poulin Roxane Côté-Laberge, qui habite Verdun, a été abordée mardi par le présumé agresseur qui rôdait dans son quartier.

Coup d'oeil sur cet article

Une mobilisation de femmes sur les réseaux sociaux a permis l’arrestation d’un présumé agresseur sexuel qui rôdait dans un quartier de Montréal pour harceler des passantes.

Plusieurs citoyennes affirment avoir été harcelées et même agressées par un homme suspect aux alentours de la station de métro Verdun, dans l’arrondissement Sud-Ouest.

L’homme de 29 ans aurait toujours opéré selon le même modus operandi.

Prétendant venir de Toronto et ne connaître personne en ville, il commence par demander des indications.

Il dit ensuite vouloir devenir ami avec les femmes qu’il aborde.

Il irait même jusqu’à les suivre dans certains commerces pour commettre des inconduites sexuelles à leur endroit, selon une trentaine de témoignages, certains tirés des réseaux sociaux et d’autres colligés par Le Journal.

Son manège durerait depuis des mois, voire des années, selon ce qu’il a été possible d’apprendre. 

Le suspect frapperait chaque fois en plein jour, entre 9 h 30 et 14 h.

 « Il suit certaines femmes pendant un long moment, les attend à l’extérieur des commerces, il tente de les embrasser, leur touche les cuisses ou il commence à se toucher les parties intimes devant elles », décrit Roxane Côté-Laberge.

« Péter sa bulle »

La trentenaire a elle-même été approchée par le suspect mardi vers 10 h 45, au coin des rues Willibrord et de Verdun.

« Lorsqu’il m’a abordée, j’ai tout de suite reconnu l’homme dont les femmes parlaient sur le groupe Facebook, poursuit-elle. Je l’ai pris en photo et je lui ai dit qu’on était des centaines de personnes au courant de son petit jeu. C’est comme si j’avais pété sa bulle. »

La jeune femme s’est immédiatement rendue au poste de quartier du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), à quelques mètres de là, pour le dénoncer.

C’est grâce à la vigilance de citoyennes dont Mme Côté-Laberge, qui a publié sa photo sur la page du groupe Verdun Citoyen mardi, que d’autres femmes ont reconnu leur présumé agresseur.

La plupart des faits allégués se sont déroulés depuis le printemps, mais certains remontent à plusieurs années déjà.

« Il y a deux mois, il m’a approchée dans un magasin, puis m’a attendue à la sortie. J’étais très inconfortable. Il m’a dit qu’il me trouvait vraiment belle, qu’il m’avait déjà vue et qu’il aimerait avoir une relation avec moi », détaille Ariane Guay.

« L’été passé, il a essayé de m’embrasser de force et c’est un des itinérants réguliers qui est venu à mon secours », témoigne quant à elle une femme sur Facebook.

Arrêté et libéré

Jeudi, les enquêteurs du SPVM ont finalement procédé à son arrestation pour agression sexuelle.

Il a été remis en liberté sous conditions et comparaîtra à une date ultérieure.

Déjà huit événements ont été répertoriés dans le cadre de cette enquête, dont deux comprenant des gestes à caractère sexuel. 

« Les femmes qui se sont fait aborder nous ont fourni des informations nous permettant de faire progresser l’enquête », précise le SPVM.