/news/currentevents
Navigation

À 200 km/h, des jeunes filment leur propre accident

Coup d'oeil sur cet article

*ATTENTION, les images dans la vidéo ci-dessus peuvent choquer*

Le manque de jugement d’un jeune homme de 18 ans impliqué dans un grave accident alors qu’il circulait à près de 200 km/h sur une route de Brownsburg-Chatham, dans les Laurentides, risque de lui coûter très cher. 

• À lire aussi: «Je ne suis pas fier pantoute d’avoir fait ça»

TVA Nouvelles a obtenu des vidéos troublantes de l’accident survenu plus tôt ce mois-ci. On y voit d’abord un passager du véhicule fautif, visiblement excité par la grande vitesse, filmer le tableau de bord, où l’aiguille oscille entre 190 et 200 km/h.

Une autre vidéo, plus surréaliste encore, montre le résultat de l’accident. L’une des personnes impliquées filme notamment le capot du véhicule, complètement détruit, ainsi que son ami qui se tord de douleur au sol.

L’accident est survenu le 8 août dernier, sur la route 344, à Brownsburg-Chatham, dans les Laurentides. La Sûreté du Québec (SQ) explique qu’un véhicule roulant à très haute vitesse a embouti en plein jour un camion qui s’était engagé sur la route 134 depuis la montée Robert en direction est.

Le conducteur du véhicule, âgé de 18 ans, possédait un permis d’apprenti conducteur et circulait à bord d’un véhicule dont le transit était expiré et qui n’avait donc pas le droit d’être sur la route.  

  • Écoutez la chronique de Nicole Gibeault, juge à la retraite, à QUB radio:   

Deux passagers de 17 ans étaient également à bord et ont subi de graves blessures. Quant au conducteur du camion, il s’en est tiré sans blessure.

«C’est un cas où on rassemble plusieurs éléments qui ne fonctionnent pas: la vitesse excessive, le permis d’apprenti, le véhicule des jeunes qui est fautif, qui n’a pas le droit de circuler. On a des témoignages, des vidéos, les reconstitutionnistes sont allés faire le travail sur le terrain. Tout ça nous amène dans une enquête de conduite dangereuse et de négligence», a expliqué la sergente Éloïse Cossette, de la SQ.

L’enquête est toujours en cours et d’autres personnes étaient rencontrées vendredi.