/finance
Navigation

Côte-Nord: les nouvelles dispositions de la PCU bénéfiques aux travailleurs à temps partiel

Coup d'oeil sur cet article

Les nouvelles dispositions du programme de Prestation canadienne d'urgence (PCU) sont accueillies positivement par les défenseurs des droits des chômeurs de la Côte-Nord.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Même les ados sont visés par des fraudes à la PCU

• À lire aussi: Ottawa ajoute 37 milliards de $ d’aide

Action-Chômage Côte-Nord se réjouit de ces modifications du fait, notamment, que les travailleurs saisonniers pourront éviter la période du trou noir pour l’an prochain, cette période sans revenus entre la fin des prestations et le retour au travail.

«Ce sont des mesures où les gens ne passeront pas dans les mailles du filet», mentionne Line Sirois, d’Action-Chômage Côte-Nord.

La PCU sera prolongée jusqu’au 27 septembre et les prestataires pourront ensuite profiter de l’assurance-emploi s’ils ont travaillé au moins 120 heures au cours de l’année. Ils pourront recevoir à ce moment-là 26 semaines de prestations pour un minimum de 400$ par semaine.

«120 heures, c’est trois semaines et demie de travail à temps plein, mais on sait qu’il y a beaucoup de travailleurs qui sont devenus à temps partiel et qui ne pouvaient même pas se qualifier à 420 heures, explique Mme Sirois. C’est pour ça que cette mesure est pour eux. [...] Ça va leur permettre de faire le tour avec l’assurance-emploi.»

L’organisme de défense des droits des chômeurs entend revendiquer la permanence de ces modifications au sein du programme d’assurance-emploi.

De son côté, le président de la Chambre de commerce craint que la reprise économique ne soit compromise avec la prolongation de ce programme.

«Quand l’entreprise avait l’aide financière et pouvait reprendre ses activités, certaines catégories de travailleurs déclinaient et clairement disaient, moi, je suis sur la PCU et je vais y rester pour l’instant, souligne Antonio Hortas, président de la Chambre de commerce de Manicouagan. Et là, ça va continuer encore quatre, cinq semaines de plus, et ensuite on va tomber dans le régime de l’assurance-chômage.»