/opinion/columnists
Navigation

Le génocide oublié

Coup d'oeil sur cet article

Nos dirigeants aiment s’autoproclamer défenseurs des droits de la personne et partisans du progrès. Mais il ne s’agit souvent que de vertu ostentatoire. L’hypocrisie semble devenue une seconde nature !

Par exemple, au nom de la lutte contre la discrimination, on consacre temps et argent pour inventer l’écriture inclusive. 

En revanche, personne ne dénonce les atrocités que l’État policier chinois inflige à sa minorité musulmane du Xinjiang, les Ouïghours.

Concentration

Selon les rapports d’ONG et de chercheurs, les technologies de surveillance sont omniprésentes, y compris dans les commerces et les mosquées. Les rues sont encombrées de postes de contrôle tous les 200 mètres afin de soumettre les Ouïghours à des contrôles d’identité systématiques. La police peut saisir à tout instant les cellulaires pour s’assurer que les applications de surveillance sont installées. Les autorités interrogent les enfants des maternelles quant aux convictions religieuses de leurs parents.

Ce n’est pas tout. Pékin procéderait à des avortements et à des stérilisations forcés. Les viols seraient fréquents et des femmes ouïghoures seraient obligées d’épouser des Hans. Sans oublier les disparitions mystérieuses.

Et pour quiconque fauterait, la Chine a prévu des camps d’internement, voire de concentration. 

Selon Amnistie internationale, ce « sont avant tout des lieux de sanction et de torture ». Un million d’Ouïghours y seraient détenus dans des conditions inqualifiables et vivraient les pires abominations. Certains subiraient même des prélèvements d’organes destinés à la revente.

Crime

Ce nettoyage ethnique est un crime contre l’humanité. C’est un génocide, tout simplement. Pourtant, l’Occident reste léthargique. L’écriture inclusive est tellement plus importante !

Pour comble, lors de la 44e session du Conseil des droits de l’homme à l’ONU, 46 pays ont signé une lettre approuvant l’action de Pékin au Xinjiang. Peut-on imaginer pire hypocrisie ?

Einstein avait raison : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire ! »