/news/politics
Navigation

Maisons des aînés: le prix des terrains dans la mire des libéraux

Coup d'oeil sur cet article

Les libéraux ont dénoncé que les terrains de certaines maisons des aînés ont coûté deux à trois fois plus cher que leur valeur d’évaluation municipale, mais au final, en considérant leur valeur marchande, plusieurs milliers de dollars ont été économisés.

Des terrains payés deux à trois fois le prix, c’est le chat que la députée libérale Monique Sauvé a sorti de son sac, vendredi, lors de l’étude des crédits budgétaires. 

«Je ne peux pas croire que l'évaluation marchande va justifier qu'on ait payé deux fois, trois fois [plus cher]», a-t-elle affirmé devant les journalistes. 

«On n’est pas dans l’exception, il y en a beaucoup», a-t-elle déploré, en déballant une série d’exemples devant la ministre des Aînés Marguerite Blais. 

La ministre des Aînés Marguerite Blais.
Photo d'archives Simon Clark
La ministre des Aînés Marguerite Blais.

À commencer dans le secteur Lebourgneuf, où la construction d’une nouvelle maison des aînés a été annoncée le 8 juillet dernier. Alors que la valeur d’évaluation municipale du terrain est de 78$ le mètre carré, le CIUSSS de la Capitale-Nationale a payé 233$ du mètre carré, s’est inquiétée l’élue de Fabre. Mme Sauvé en a rajouté une couche en rapportant que, sur le site DuProprio, le vendeur offre des terrains, dans le même secteur, à 161$ du mètre carré. 

Vérification faite, la juste valeur marchande du terrain en question se situerait autour de 5,68 M$. La promesse d’achat ayant été signée à 5,47 millions, le CIUSSS aurait finalement économisé plus de 210 000$. 

D’autres exemples

La porte-parole libérale pour les aînés a aussi soulevé le cas d’un autre terrain à Saint-Amable, en Montérégie, qui a été payé 1,33 M$, alors que sa valeur d’évaluation municipale est de 781 800$. 

Rapidement, le sous-ministre adjoint aux infrastructures, Luc Desbiens, a précisé que ce terrain avait été payé «en fonction de la valeur marchande qui a été faite par un évaluateur agréé». Comme de fait, son évaluation marchande était de 1,33 M$, pas un cent de plus. 

À Coaticook, deux terrains achetés pour y construire une maison des aînés ont coûté 585 000$, alors que la valeur d’évaluation municipale est de 299 200$. 

Selon les informations fournies par le cabinet de la ministre Blais, la juste valeur marchande de ces deux terrains se situait autour de 540 000$. C’est donc dire que le prix payé s’est avéré 45 000$ plus élevé, soit 8% de plus.

Les économies ont été encore plus grandes à Trois-Rivières, où un terrain dont la valeur marchande était de 4,4 M$ a été acquis pour 2,8 M$, soit 1,6 M$ de moins. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.