/news/education
Navigation

Rentrée chamboulée par la COVID-19: 300 M$ de plus pour les étudiants

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le gouvernement du Québec débloque 300 millions $ pour augmenter le soutien financier aux étudiants, notamment afin de tenir compte des nouveaux défis auxquels devront faire face ces derniers cette année à cause de la crise de la COVID-19.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: COVID-19: 93 nouveaux cas et trois décès supplémentaires au Québec

Les deux tiers de cet investissement serviront uniquement pour l’année 2020-2021 dans un objectif temporaire. Ces 200 millions $ permettront aux bénéficiaires du programme d’Aide financière aux études de voir le montant qu’ils perçoivent chaque mois augmenter: de 96 $ pour les étudiants qui vivent chez leurs parents et de 205 $ pour ceux qui ont quitté le foyer familial.

«La crise sanitaire a privé plusieurs étudiants et beaucoup de familles de leurs revenus», a souligné la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, par communiqué.

Changements durables

Pour ce qui est des 100 autres millions allongés par Québec vendredi, ils permettront pour leur part des ajustements permanents au Programme de prêts et bourses.

Là-dessus, le montant pour les frais de subsistance sera bonifié de 40 millions $.

De plus, davantage d’étudiants pourront toucher des prêts et bourses, car la contribution permise des parents sera désormais plus élevée.

Selon le gouvernement, 20 000 jeunes supplémentaires seront ainsi admissibles à cette aide.

«Les nouvelles sommes investies et la mise en place des mesures annoncées aujourd'hui visent à corriger les retards historiques dans le Programme de prêts et bourses et à offrir une aide significative plus représentative», a laissé savoir la ministre McCann.

Autre changement permanent apporté au Programme de prêts et bourses: l’aide pour l’achat de matériel d’appui à la formation scolaire sera plus généreuse. Le montant octroyé aux étudiants sur une période de quatre mois passera de 150 $ à 500 $, a-t-on promis.

Trop tard pour certains

«[Ces investissements permanents et temporaires] permettront à un grand nombre d’étudiantes et d’étudiants de poursuivre leurs études cet automne, et ce, malgré la crise actuelle», a réagi Noémie Veilleux, présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), par communiqué.

À quelques jours de la rentrée dans les cégeps, la FECQ croit cependant que ce coup de pouce arrive trop tardivement pour des étudiants qui ont d’ores et déjà décidé de mettre en veilleuse leurs études à cause de la crise sanitaire.

Pour limiter les dégâts, la Fédération appelle la ministre McCann à mettre en œuvre le plus rapidement possible les investissements annoncés vendredi.

Consciente que la rentrée ne sera pas rose pour tous les étudiants, la ministre de l’Enseignement supérieur a également réservé une enveloppe de 75 millions $ pour les institutions scolaires, notamment pour améliorer le soutien psychosocial et pédagogique offert aux étudiants.

Cette cagnotte s’ajoute aux 300 millions $ qui iront dans les poches des étudiants.

Aide pas assez directe

Du côté de l’Union étudiante du Québec et la Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente, on aurait préféré que ces 75 millions $ soient consacrés à des services plus directs aux étudiants et que les montants accordés à l’aide psychologique soient plus élevés.

La Fédération québécoise des professeures et professeurs d'université, elle, est cependant très heureuse que cet argent soit investi dans les établissements scolaires.

«Ces sommes aideront les personnes étudiantes à obtenir des ressources susceptibles de favoriser la poursuite de leurs études comme leur réussite», a-t-on assuré par voie de communiqué.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com