/news/society
Navigation

S'il est blanchi, Prud'homme pourrait réintégrer son poste à la Sûreté du Québec

Martin Prud'homme
Photo d'archives Agence QMI, Dominick Gravel Martin Prud'homme

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le directeur général de la Sûreté du Québec (SQ), Martin Prud'homme, pourrait réintégrer son poste s’il est blanchi dans la dernière enquête qui le concerne.

C’est ce qu’a indiqué la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, vendredi, lors de l’étude des crédits de son ministère.

«Si M. Prud'homme est blanchi, s’il était ultimement blanchi de toute problématique, il pourrait théoriquement revenir à son poste», a-t-elle précisé en ajoutant qu’«il faudrait le questionner sur ses intérêts personnels».

Martin Prud'homme a été relevé provisoirement de ses fonctions en mars 2019, à la suite d’allégations de nature criminelle.

«Il ne sait pas ce qui lui est reproché. Imaginez-vous, les Québécois ont été confinés en raison de la pandémie pendant quatre mois. [...] M. Prud'homme, depuis maintenant 18 mois, est considéré comme confiné. Il attend chez lui, complètement assommé par une rétrogradation et une humiliation publique», s’est insurgé le député libéral Jean Rouselle en questionnant la ministre.

Début avril, le quotidien La Presse avait révélé que la plainte provenait de la directrice des poursuites criminelles et pénales du Québec (DPCP), Me Annick Murphy, et qu'elle l'avait déposée à la suite d’une discussion musclée avec Martin Prud’homme au sujet des fuites médiatiques à l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

En mars, Geneviève Guilbault avait révélé, lors d’une entrevue à la radio, que le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) avait conclu qu’il n’y avait pas lieu de porter des accusations à l’endroit du policier.

Ce dernier fait toutefois l’objet d’une enquête administrative menée par le Secrétariat aux emplois supérieurs du gouvernement pour des manquements déontologiques allégués en lien avec son poste.

Questionnée sur le moment où cette dernière enquête prendrait fin, Geneviève Guilbault n’a pas été en mesure de donner une date et a ajouté qu’elle ne s’impliquait pas personnellement dans le dossier.

«On parle quand même d’une enquête importante. C’est délicat, c’est complexe», a-t-elle précisé.

Selon des informations rapportées par Le Journal de Montréal à la fin mars, Martin Prud'homme souhaiterait réintégrer son poste à la tête de la SQ.