/weekend
Navigation

S’afficher haut et fort, tout en couleur

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des dix dernières années, l’auteur québécois Simon Boulerice a fait le tour du Québec pour visiter plein de classes et une foule d’écoles. Celui qui rêvait jadis d’être enseignant peut ainsi, à sa façon, aider chaque jeune à apprendre à se connaître. Touché par ses nombreuses rencontres, l’écrivain présente ses 14 élèves chouchous, des élèves inventés, mais aussi inspirants que les vrais jeunes croisés lors de ses visites en milieu scolaire. 

Ça semble être une bien drôle d’idée initiale qui se cache derrière la création de cet album, mais wow, quel sublime résultat ! Derrière chacun de ces 14 enfants à colorier (à noter : il ne s’agit pas d’un vrai livre à colorier, mais ceux qui se sentent soudainement l’âme artistique sont invités à se lâcher lousses), le lecteur retrouvera une charmante petite histoire sur sa personnalité, une description de ce qui rend cette personne unique.

<strong><em>Les enfants à colorier</em><br>Simon Boulerice, illustrations de Paule Thibault,</strong><br>Éditions Fonfon,<br>32 pages, dès 5 ans
Photo courtoisie
Les enfants à colorier
Simon Boulerice, illustrations de Paule Thibault,

Éditions Fonfon,
32 pages, dès 5 ans

À chaque personne son petit (ou grand) univers

Parce que c’est ça la réelle beauté de cet album : il tend à célébrer l’enfance et toute sa vulnérabilité et liberté, oui, mais aussi l’unicité. Ces 14 jeunes sont allumés, beaux et atypiques et ils n’ont pas peur de s’assumer, d’exprimer haut et fort qui ils sont. Par exemple, dans la « classe de Monsieur Simon », il y a une Cambodgienne attachée autant à son pays d’origine qu’à sa terre d’accueil, une jeune athlète rapide comme l’éclair qui n’a qu’un seul bras, Fred qui, parfois, se sent garçon et à d’autres moments, se sent fille, ou encore Edmond dont l’incroyable voix peut fissurer du verre. C’est une belle classe diversifiée et ouverte que tout lecteur sera instantanément charmé de découvrir. Des jeunes qui démontrent l’importance de toujours rester authentiques et de s’afficher sans compromis. Le tout présenté sous forme de légendes poétiques divertissantes. Et que dire des magnifiques illustrations ? De vraies œuvres d’art ! Cet album (dont la sortie cette année souligne le 10e anniversaire des Éditions Fonfon, leur premier livre ayant été publié en 2010) est un vrai bijou.

À lire aussi  

Les dragouilles à l’école

<strong>Maxim Cyr et Karine Gottot</strong><br>Éditions Michel Quintin<br>120 pages, dès 7 ans
Photo courtoisie
Maxim Cyr et Karine Gottot
Éditions Michel Quintin
120 pages, dès 7 ans

Tant qu’à parler de 10e anniversaire, les dragouilles soufflent aussi dix bougies ! Au cours de cette décennie, 325 000 exemplaires de l’univers des dragouilles ont été vendus et cet univers est assez varié : 22 livres consacrés à l’exploration de villes à travers le monde – et quand des petites bêtes cornues comme les dragouilles voyagent, ça promet d’être cocasse en s’il vous plaît –, mais également de bandes dessinées et de cahiers d’activités. Et les voici avec ce numéro spécial sur la rentrée tout simplement génial. Beaucoup d’humour au programme (les dragouilles aimeraient notamment pouvoir suivre un cours de farces et attrapes, à l’école) ! 


Pauline : une petite place pour moi

<strong>Anouk Mahiout, illustrations de Marjolaine Perreten,</strong><br>Comme des géants,<br>48 pages, dès 3 ans
Photo courtoisie
Anouk Mahiout, illustrations de Marjolaine Perreten,
Comme des géants,
48 pages, dès 3 ans

On entend souvent dire que, dans une famille, l’enfant du milieu se sent un peu perdu, pris entre deux. Puis, le petit dernier, lui, a fréquemment l’impression que les plus vieux ne veulent pas jouer avec lui. Mais qu’en est-il de l’aîné de la famille ? Ce charmant récit met en scène Pauline, l’aînée d’une famille de trois – bientôt quatre – enfants qui cherche en vain sa place dans une maison qui déborde. Et si elle se créait sa propre petite place dans un recoin isolé, loin des yeux de tous ? Le genre d’histoire mignonne comme tout qui fait du bien à l’âme ! 


Alessandro le Petit

<strong>Danielle Chaperon, illustrations de Camille Pomerlo</strong><br>Éditions Québec Amérique<br>144 pages, dès 6 ans
Photo courtoisie
Danielle Chaperon, illustrations de Camille Pomerlo
Éditions Québec Amérique
144 pages, dès 6 ans

Le pouvoir est aux petits ! Voilà la devise surprenante du Petit Royaume. Les habitants du Petit Royaume croient que les personnes de petite taille sont plus intelligentes que les grandes. Ils y croient tellement qu’ils ont élu comme roi Alessandro, le plus petit du petit peuple. Cependant, le roi Alessandro n’est pas un personnage particulièrement sympa... Pour entrer dans ses bonnes grâces, on doit s’assurer de ne pas lui déplaire et, ainsi, de ne jamais lui offrir d’asperges ou de poireaux ! Puis, un jour, Alessandro le Petit apprend qu’un bébé naissant est plus minuscule que lui. C’est la catastrophe ! Une courte (ou petite) histoire rigolote. 


La star du rock et ses camarades de classe

<strong>Ryan T. Higgins</strong><br>Albin Michel Jeunesse<br>88 pages, dès 3 ans
Photo courtoisie
Ryan T. Higgins
Albin Michel Jeunesse
88 pages, dès 3 ans

Un autre album sous le signe de la rentrée scolaire. Faites la rencontre de Pénélope Rex. Comme bien des enfants, Pénélope aime la lecture et le dessin, mais ce qu’elle adore par-dessus tout, c’est le rock’n’roll. Elle a bien de la chance, car son enseignante annonce un concours de talents qui lui permettra de partager sa passion pour la musique à ses camarades. Mais Pénélope est très craintive, elle se sent différente et pas à la hauteur. Ah oui, ne négligeons pas un détail important sur Pénélope : elle est la seule T. rex de sa classe ! Belle histoire sur l’amitié.