/news/currentevents
Navigation

Devant la cour à cause de son chat enfermé

Une dame réclamait 4000$ à son courtier immobilier

Coup d'oeil sur cet article

Une résidente du Centre-du-Québec, qui accusait son courtier immobilier d’avoir enfermé son chat dans sa chambre durant une visite, l’a envoyé en cour en réclamant près de 4000$ en dommages.

«Laissé seul pendant 24 heures dans la chambre, le chat s’y est soulagé souillant le lit de la demanderesse d’urine et d’excréments», a résumé le juge Alain Trudel dans sa décision rendue récemment.

C’est le 1er décembre 2018 que la dame de Saint-Louis-de-Blandford a laissé les clés de sa maison à son courtier pour faire visiter la résidence à d’éventuels acheteurs avant de partir pour son chalet.

De retour le lendemain, elle a constaté que son chat était enfermé dans sa chambre et qu’il avait fait ses besoins sur le lit.

De gros dégâts...

Elle a aussitôt réclamé pas moins de 3880,97$ de dommages à son courtier, entre autres pour remplacer la literie souillée.

Cependant, le magistrat a donné tort à la dame sur toute la ligne, et pas seulement parce qu’elle y avait été fort sur le crayon.

À qui la faute?

D’une part, le juge a dit ne pas pouvoir déterminer qui a enfermé le chat par mégarde. Est-ce la dame en quittant sa maison ou le courtier en la faisant visiter?

La femme avait pourtant placé une note à l’intention du courtier l’avisant de ne pas fermer les portes du sous-sol et de la chambre.

Le courtier, lui, a assuré ne même pas avoir remarqué la présence de l’animal dans la maison et croyait avoir laissé la résidence dans le même état qu’elle était à son arrivée.

D’autre part, le juge a trouvé les dommages réclamés par la dame bien élevés. Elle aurait entre autres dû tenter de nettoyer la literie au lieu de la remplacer, par ailleurs par une literie plus chère que celle qu’elle possédait.

Au mieux, il estime qu’il lui aurait octroyé 350$ si elle avait eu gain de cause.

Mais là, en plus de ne pas être dédommagée, elle est de surcroît condamnée par le juge à payer les frais de justice de 103$ du courtier immobilier.