/entertainment/stage
Navigation

Théâtre: pas de retour à la normale sans vaccin

Le monde du théâtre espère des aides publiques pour traverser la pandémie

ART-ADIEU-MONSIEUR-HAFFMAN
Photo Agence QMI, Joël Lemay Les répétitions de la pièce Adieu Monsieur Haffmann se déroulent, au Rideau Vert, dans le respect des normes sanitaires.

Coup d'oeil sur cet article

Réalistes, certains intervenants du monde du théâtre ne croient pas à un retour à la normale avant la découverte d’un vaccin ou la mise en marché d’un médicament qui pourrait diminuer les symptômes de la Covid-19.

• À lire aussi: L’automne au théâtre: le public prêt à retourner dans les salles

« Je ne vois pas des spectacles à 20 sur scène sans la présence d’un vaccin. On ne se mettra pas à jouer avec des masques. Il y a toujours bien des limites », a lancé Anne-Marie Olivier, codirectrice générale et directrice artistique du Trident.

Elle ne croit pas à un retour à des productions avec plusieurs comédiens et des salles bondées sans l’existence d’un vaccin.

Directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde, Lorraine Pintal abonde dans le même sens, ajoutant que la découverte d’un médicament pourrait aussi changer les choses.

« Le 1,5 mètre de distanciation complique les choses. On peut accueillir uniquement 160 personnes, soit 20 % de la capacité normale de notre salle. Avec une distanciation d’un mètre, on pourrait passer à 350. On aimerait pouvoir se rendre à 400 spectateurs », a-t-elle fait savoir, lors d’un entretien.

Lorraine Pintal espère un changement à cet effet. Tout comme elle souhaite que la pandémie finisse par se calmer et qu’il n’y ait pas de deuxième vague. 

« Je suis un petit peu inquiète, mais j’essaie de ne pas perdre cette confiance que les choses reviennent à la normale en 2021. Je vais aller brûler des lampions dans toutes les églises de Montréal », a-t-elle laissé tomber. 

Anne-Marie Olivier précise que la saison automnale du Trident sera loin de la rentabilité. Même chose au TNM

« Il faut que les gouvernements nous viennent en aide. On ne pourra pas faire ça trop longtemps », a fait remarquer Lorraine Pintal.

Pas évident

Au Rideau Vert, Denise Filiatrault travaille en distanciation avec les comédiens Julie Daoust, Ariel Ifergan, Laurent Lucas, Renaud Paradis et Linda Sorgini pour la mise en scène de la pièce Adieu monsieur Haffmann.

« Ce n’est pas facile et ce n’est pas évident. C’est plus de travail. Une mise en scène, à la base, est quelque chose qui est déjà difficile », a-t-elle précisé.

Expérimentée, la metteuse en scène explique que le petit nombre de comédiens facilite les choses.

« Je n’aurais pas pu faire ça avec 18 ou 20 comédiens. Cinq, c’est possible et j’y arrive. C’est un gros défi, mais notre métier n’est fait que de ça », a-t-elle indiqué.

Mise en scène revue

Denise Filiatrault a dû revoir complètement la mise en scène de cette pièce qui raconte l’histoire d’un bijoutier juif, sur le bord de la faillite, dans une France, sous l’occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale. Un travail de mise en scène qu’elle avait entreprise et qu’elle a dû tout changer dans le contexte de distanciation.

« J’espère qu’ils vont trouver un vaccin, parce qu’il y a beaucoup de choses qu’on ne pourra pas monter. Je devais terminer la saison 2020-2021 avec une grande comédie musicale avec une vingtaine d’acteurs et je ne pourrais pas monter ça, tant qu’on ne trouvera pas de vaccin, ou à moins que tout change », a-t-elle mentionné