/news/green
Navigation

La Terre a perdu 28 000 milliards de tonnes de glace en moins de 30 ans

La Terre a perdu 28 000 milliards de tonnes de glace en moins de 30 ans
SYLVIE RUEL / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Quelque 28 000 milliards de tonnes de glace ont disparu de la planète depuis 1994 en raison du réchauffement climatique selon une étude impliquant de nombreux scientifiques britanniques, qui s'alarment que la fonte de ces glaciers peut faire monter le niveau de la mer d'un mètre d'ici la fin du siècle.

• À lire aussi: Fonte record de la calotte glaciaire du Groenland en 2019

Andy Shepherd, l'un des scientifiques derrière cette étude, explique que pour chaque centimètre d'augmentation du niveau de la mer, un million de personnes qui résident près des côtes doivent se relocaliser, comme le rapporte le journal britannique The Guardian.

D'ici 2050, c'est plus d'un milliard de côtiers qui deviendront vulnérables aux inondations et aux événements météorologiques extrêmes. Plus encore, la perte de cette ressource essentielle à la survie de l'homme pourrait avoir des conséquences irréversibles sur la population mondiale.

«C'est une réserve en eau douce mondiale qu'on voit s'écouler dans les océans», se désole la directrice générale d’Eau Secours, Rébecca Pétrin, en entrevue à QUB radio. «Elle est indispensable pour notre futur. On va avoir du mal à s'approvisionner en eau douce si on perd nos réserves comme ça.»

Trois quarts des réserves d'eau douce sur la planète sont sous forme de glaciers ou de neige éternelle, précise Mme Pétrin.

Le Québec sous l'eau

Il est difficile d'imaginer l'espace qu'occuperaient 28 000 milliards de tonnes de glace. Jean-Marie De Koninck, mathématicien et professeur au département de mathématiques de l’Université Laval, simplifie: une piscine olympique contient 3 millions de litres d'eau. Donc, 28 000 milliards de tonnes de glace fondue (soit, de l'eau), c'est l'équivalent de 9 milliards de piscines olympiques.

«Vider 9 milliards de piscines olympiques, ça prendrait 300 ans. Dans ce cas-ci, ç'a pris 23 ans.»   

  • ÉCOUTEZ les entrevues complètes de Rébecca Pétrin et de Jean-Marie De Koninck.