/news/currentevents
Navigation

Plainte contre le médecin antimasque Marc Lacroix

Le Dr Lacroix avait dû fermer sa page Facebook début août

Quebec Marc Lacroix
Photo Stevens LeBlanc Marc Lacroix, Médecin

Coup d'oeil sur cet article

Contraint de fermer sa page Facebook à la demande du Collège des médecins, le Dr Marc Lacroix, qui s’était ouvertement montré antimasque sur les médias sociaux, est maintenant visé par une plainte déontologique. 

Particulièrement actif sur Facebook depuis le début de la pandémie, le Dr Marc Lacroix avait multiplié les messages antimasques à la fin du mois de juillet, moment où le couvre-visage devenait obligatoire.

Le propriétaire des cliniques médicales Lacroix avait notamment partagé la pétition « Non au port du masque obligatoire dans les espaces publics fermés » et fait la promotion d’une manifestation antimasque.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue d'Amir Khadir avec Geneviève Pettersen à QUB radio:

Voilà que le 7 août dernier, le Dr Lacroix a subitement fermé ses pages Facebook en écrivant simplement : « Je quitte définitivement Facebook aujourd’hui ».

Or, Le Journal a pu confirmer que c’est à la suite d’une intervention du syndic du Collège des médecins que le Dr Lacroix a été invité à fermer sa page Facebook. 

Un courriel du syndic adjoint obtenu par Le Journal et écrit à une citoyenne, Angélique Châtelier, qui souhaitait porter plainte contre le Dr Lacroix pour ses propos, précise que le médecin de famille a convenu de ne plus faire de commentaire public. « Il a été convenu avec lui qu’il s’abstienne de communiquer dorénavant, via les médias sociaux ou tout autre média de masse, ses opinions sur la pandémie », écrit le syndic Steven Lapointe.

Il ajoute que « le Dr Lacroix a également accepté de fermer ses comptes Facebook ».

Rappelons que le Collège des médecins a fait un « appel à la prudence » en juin, mais privilégie les interventions auprès de ses membres plutôt que les plaintes dans le contexte de la pandémie.

Nouvelle plainte privée

Or, une plainte privée d’un citoyen qui se substitue ainsi au syndic du collège des médecins a été déposée contre le Dr Lacroix la semaine dernière.

Olivier Bolduc reproche ainsi 12 actes dérogatoires à la dignité de la profession médicale au Dr Lacroix. 

Le plaignant reproche des « déclarations fausses » faites sur les ondes de CHOI Radio X à neuf occasions entre le 30 mars et le 11 mai. 

Trois autres actes dérogatoires sont liés à ses publications Facebook, soit d’avoir « contribué à la tenue d’une manifestation contre les mesures sanitaires », d’avoir « favorisé la désinformation » et d’avoir « dénigré » le Dr Horacio Arruda.

Rejoint, l’auteur de cette plainte estime que les commentaires du Dr Lacroix sont « graves » et « qu’il faut envoyer un message clair ».

« Il faut quand même rappeler aux médecins que ce sont des scientifiques d’abord et avant tout et qu’ils doivent être prudents et rigoureux », explique M. Bolduc en précisant qu’il n’a pas de « préjudice personnel » contre le Dr Lacroix.

Refus de réagir

Lors de la première publication du Journal, le 27 juillet dernier, le Dr Lacroix avait qualifié l’article de « torchon » affirmant faussement que Le Journal n’avait pas cherché à le rejoindre pour avoir sa réaction. Pourtant, deux messages avaient été laissés de vive voix à une secrétaire des Cliniques Lacroix avant la publication du lundi 27 juillet. 

Jamais le Dr Lacroix n’a rappelé. En prévision de cet article, une nouvelle demande d’entrevue a été faite. Le directeur général des cliniques, Gilbert Arsenault, a rappelé en refusant de répondre à nos questions. 

« Il ne fera pas d’entrevue et ne fera pas de commentaire non plus », a-t-il répété avant de raccrocher.