/news/coronavirus
Navigation

L’application de traçage sera prête pour la 2e vague

Coup d'oeil sur cet article

Québec renonce pour le moment à une application mobile de traçage des cas de COVID-19, mais continue d’y travailler pour qu’elle soit prête à déployer en cas de besoin.

• À lire aussi: COVID-19: le bilan québécois en hausse de 62 cas et de deux décès

• À lire aussi: Tests et traçage, essentiels mais pas suffisants pour venir à bout du virus, suggère une étude

« Si cette deuxième vague que nous craignons se concrétisait et que la santé publique en exprimait le besoin, [nous ferons en sorte] que nous puissions déployer immédiatement une application qui viendrait les aider », a déclaré le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, mardi à Montréal.

Le gouvernement estime que la pandémie est maîtrisée actuellement au Québec et que les équipes de la santé publique suffisent à retracer les cas de COVID-19 et étouffer les éclosions.

« J’aimerais mieux qu’on n’en ait pas besoin, car ça sème des doutes dans la population », a quant à lui affirmé le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Sous contrôle

Un sondage commandé par le gouvernement a démontré que 77 % des répondants croient en une telle application, selon Éric Caire. Il a néanmoins ajouté qu’il leur était expliqué que l’application ne touche pas aux renseignements personnels ou aux données de géolocalisation.

Mais en commission parlementaire cet été, des experts avaient mis en doute la fiabilité de ces outils.

En juillet, l’application Alerte COVID a été lancée par Ottawa et la province de l’Ontario l’utilise.

Au Québec, la situation sera réévaluée si jamais le nombre de cas d’infections remontait.

Feu de forêt

Mardi, le ministre Dubé s’est félicité du fait que la province n’ait rapporté, pour la dernière semaine, qu’une moyenne de moins de 80 nouveaux cas par jour, pour une moyenne de moins de 10 cas par million d’habitants

« Ça place le Québec parmi les endroits où la pandémie est actuellement la mieux contrôlée dans le monde », s’est-il réjoui, demandant aux Québécois de continuer de respecter les consignes sanitaires en place afin de garder la courbe « aplanie ».

« Le virus, c’est le feu qui est dans le bosquet. Au moindre petit coup de vent, il peut y avoir un feu de forêt », a-t-il illustré.