/news/politics
Navigation

Chefferie du PQ: Nantel et Gaudreault croisent le fer lors du premier débat

L’humoriste s’en est pris à la notoriété de l’ex-ministre

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Guy Nantel s’est attaqué au meneur Sylvain Gaudreault mercredi, lors du premier débat de la course à la chefferie du Parti québécois. 

Le ton a monté dans le dernier segment de la soirée, quand Guy Nantel a remis en question le leadership du député de Jonquière en déclarant que celui-ci ne semble pas posséder « l’autorité qu’un chef doit avoir ». 

Tout comme Paul St-Pierre Plamondon, l’humoriste estime que M. Gaudreault a tergiversé en début de campagne sur le moment de tenir un prochain référendum. 

  • Écoutez l'entrevue de Guy Nantel avec Benoit Dutrizac à QUB Radio:  

Il s’en est ensuite pris à la notoriété de Sylvain Gaudreault, en citant un sondage Léger-Le Journal, publié en mai dernier, qui affirmait que 69 % des répondants ne le connaissaient pas.

« Réaliser un pays, ce n’est pas de se regarder dans le miroir », a répliqué M. Gaudreault. 

Guy Nantel
Capture d'écran, TVA NOUVELLES
Guy Nantel

« Personne ne t’entend quand tu fais ta tournée, a relancé Guy Nantel. Il y a huit personnes [dans les événements] et sept personnes sur dix ne savent pas qui tu es, au Québec. »  

L’humoriste devenu politicien a d’ailleurs mis de l’avant sa propre popularité comme son principal atout pour mener le Québec à son indépendance.

  • Écoutez l'analyse d'Antoine Robitaille et de Caroline St-Hilaire avec Benoit Dutrizac à QUB Radio:

« Ce qui compte, d’abord et avant tout, c’est quelqu’un qui est capable de vulgariser l’option de la souveraineté », a-t-il plaidé. 

Sylvain Gaudreault
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Sylvain Gaudreault

Un « spectacle »

Malgré les échanges corsés, les deux hommes assurent ne pas entretenir de rancœur envers leur adversaire.

« Je pense que c’est un ton normal dans un débat », a déclaré M. Gaudreault lors du point de presse par la suite. 

Paul St-Pierre Plamondon
Capture d'écran, TVA NOUVELLES
Paul St-Pierre Plamondon

« Je pense que les gens apprécient ce genre de spectacle là », a renchéri M. Nantel en soulignant qu’il s’agit d’une « joute oratoire ».

Ironiquement, leur prise de bec est survenue lors d’un segment consacré à combattre l’image de « parti chicanier » qui colle au PQ. 

De son côté, Paul St-Pierre Plamondon estime avoir fait preuve d’un style de leadership « rassembleur » durant la soirée, même s’il a également lancé des pointes à M. Gaudreault au cours du débat. 

Frédéric Bastien, lui, a accusé M. St-Pierre Plamondon de pratiquer une approche de « clientélisme ».

Frédéric Bastien
Capture d'écran, TVA NOUVELLES
Frédéric Bastien

Financement de l’école privée

Parmi les enjeux, les échanges auront permis d’apprendre que Guy Nantel s’oppose à la réduction du financement public des écoles privées.

Il estime que cela aurait pour effet de créer une ruée des élèves vers le réseau public.

« Au contraire, il ne faut pas niveler par le bas, il faut niveler par le haut et mettre plus d’argent dans les écoles publiques.

Paul St-Pierre Plamondon, lui, souhaite réduire le niveau de financement pour réinjecter les sommes dans le réseau public, tandis que M. Gaudreault veut l’éliminer carrément.

« Il faut éliminer les subventions aux écoles privées et on va le faire », a-t-il déclaré.

Les quatre aspirants à la succession de Jean-François Lisée ont croisé le fer dans un studio de Granby, dans une joute à huis clos, en raison de la pandémie, diffusée via Internet.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.