/news/politics
Navigation

Chefferie du PQ: Nantel et Gaudreault croisent le fer lors du premier débat

L’humoriste s’en est pris à la notoriété de l’ex-ministre

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Guy Nantel s’est attaqué au meneur Sylvain Gaudreault mercredi, lors du premier débat de la course à la chefferie du Parti québécois. 

Le ton a monté dans le dernier segment de la soirée, quand Guy Nantel a remis en question le leadership du député de Jonquière en déclarant que celui-ci ne semble pas posséder « l’autorité qu’un chef doit avoir ». 

Tout comme Paul St-Pierre Plamondon, l’humoriste estime que M. Gaudreault a tergiversé en début de campagne sur le moment de tenir un prochain référendum. 

  • Écoutez l'entrevue de Guy Nantel avec Benoit Dutrizac à QUB Radio:  

Il s’en est ensuite pris à la notoriété de Sylvain Gaudreault, en citant un sondage Léger-Le Journal, publié en mai dernier, qui affirmait que 69 % des répondants ne le connaissaient pas.

« Réaliser un pays, ce n’est pas de se regarder dans le miroir », a répliqué M. Gaudreault. 

Guy Nantel
Capture d'écran, TVA NOUVELLES
Guy Nantel

« Personne ne t’entend quand tu fais ta tournée, a relancé Guy Nantel. Il y a huit personnes [dans les événements] et sept personnes sur dix ne savent pas qui tu es, au Québec. »  

L’humoriste devenu politicien a d’ailleurs mis de l’avant sa propre popularité comme son principal atout pour mener le Québec à son indépendance.

  • Écoutez l'analyse d'Antoine Robitaille et de Caroline St-Hilaire avec Benoit Dutrizac à QUB Radio:

« Ce qui compte, d’abord et avant tout, c’est quelqu’un qui est capable de vulgariser l’option de la souveraineté », a-t-il plaidé. 

Sylvain Gaudreault
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Sylvain Gaudreault

Un « spectacle »

Malgré les échanges corsés, les deux hommes assurent ne pas entretenir de rancœur envers leur adversaire.

« Je pense que c’est un ton normal dans un débat », a déclaré M. Gaudreault lors du point de presse par la suite. 

Paul St-Pierre Plamondon
Capture d'écran, TVA NOUVELLES
Paul St-Pierre Plamondon

« Je pense que les gens apprécient ce genre de spectacle là », a renchéri M. Nantel en soulignant qu’il s’agit d’une « joute oratoire ».

Ironiquement, leur prise de bec est survenue lors d’un segment consacré à combattre l’image de « parti chicanier » qui colle au PQ. 

De son côté, Paul St-Pierre Plamondon estime avoir fait preuve d’un style de leadership « rassembleur » durant la soirée, même s’il a également lancé des pointes à M. Gaudreault au cours du débat. 

Frédéric Bastien, lui, a accusé M. St-Pierre Plamondon de pratiquer une approche de « clientélisme ».

Frédéric Bastien
Capture d'écran, TVA NOUVELLES
Frédéric Bastien

Financement de l’école privée

Parmi les enjeux, les échanges auront permis d’apprendre que Guy Nantel s’oppose à la réduction du financement public des écoles privées.

Il estime que cela aurait pour effet de créer une ruée des élèves vers le réseau public.

« Au contraire, il ne faut pas niveler par le bas, il faut niveler par le haut et mettre plus d’argent dans les écoles publiques.

Paul St-Pierre Plamondon, lui, souhaite réduire le niveau de financement pour réinjecter les sommes dans le réseau public, tandis que M. Gaudreault veut l’éliminer carrément.

« Il faut éliminer les subventions aux écoles privées et on va le faire », a-t-il déclaré.

Les quatre aspirants à la succession de Jean-François Lisée ont croisé le fer dans un studio de Granby, dans une joute à huis clos, en raison de la pandémie, diffusée via Internet.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.