/misc
Navigation

Retirons la suspension de Pete Rose

BBA-BBN-LOS-ANGELES-DODGERS-V-CINCINNATI-REDS
Photo d’archives Pete Rose s’adressant à la foule lors du dévoilement d’une statue en son honneur, en juin 2017 à Cincinnati.

Coup d'oeil sur cet article

Deux cas retiennent mon attention cette semaine. Ceux de Pete Rose et d’Alex Rodriguez.

Débutons avec « Pistol Pete ». La punition a assez duré. L’heure est venue de lever cette suspension imposée à Pete Rose en 1989.

Celui qui aimait plonger tête première dans la poussière et salir son uniforme a chèrement payé pour sa bourde. S’il en existe un qui s’est toujours donné sur un losange pour gagner, c’est bel et bien le spectaculaire et énergique Pete Rose. Et les portes du Temple de la renommée doivent s’ouvrir devant lui pour honorer son illustre carrière.

L’athlète natif de Cincinnati a joué 15 ans pour les Reds de sa ville, où il a été le moteur de la Big Red Machine avec les Johnny Bench, Tony Perez, Joe Morgan entre autres.

Il a ensuite évolué quatre saisons avec Mike Schmidt et les Phillies de Philadelphie, puis a fait un court séjour avec les Expos avant de retourner avec les Reds à titre de joueur-gérant.

Le numéro 14 a participé à 17 matchs des étoiles, remporté trois Séries mondiales et trois championnats des frappeurs.

« Charlie Hustle » détient le record du plus grand nombre de coups sûrs en carrière : 4256.

Avec de tels chiffres, il y a longtemps qu’il aurait dû être immortalisé à Cooperstown. Mais, il y a un mais. Le 24 août 1989, le commissaire du baseball Bartlett Giamatti a banni à vie Pete Rose pour avoir parié sur des matchs de baseball. Après avoir longtemps nié d’avoir fait de paris sportifs sur des parties et de s’être enlisé avec une litanie de mensonges, Rose a finalement admis sa faute il y a quelques années.

Les problèmes de « A-Rod »

Un autre qui a fait parler de lui au cours des dernières années a été Alex « A-Rod » Rodriguez et pas toujours pour les bonnes raisons.

Certes, il a brillé puisqu’il a été proclamé trois fois le joueur par excellence de la Ligue américaine. Il a été choisi 14 fois pour participer au match des étoiles. Champion frappeur en une occasion, il a aussi dominé pendant cinq saisons la Ligue américaine pour le plus grand nombre de coups de circuit. Il est présentement le 4e meilleur frappeur de longues balles de l’histoire du baseball après Barry Bonds, Hank Aaron et Babe Ruth.

Des rumeurs concernant l’usage de stéroïdes par A-Rod ont commencé à circuler lorsque l’ancien joueur Jose Canseco a publié un livre controversé.

En 2007, Rodriguez a nié s’être dopé lors d’une entrevue accordée à Katie Couric à l’émission 60 minutes au réseau CBS.

En 2011, le compagnon de vie de Jennifer Lopez a aussi été averti par les autorités de la Ligue américaine de s’éloigner du milieu du gambling illégal.

Deux ans plus tard, Alex Rodriguez est suspendu pour dopage par le baseball majeur alors qu’il risque d’être banni à vie. Il est suspendu sans salaire pour un total de 211 matchs, soit le reste de la saison 2013 et la saison 2014. Après avoir été en appel, sa sentence a été réduite à la saison 2014.

Rose versus Rodriguez

Analysons la carrière hors terrain des deux joueurs. Pete Rose a parié sur des matchs de baseball. Jamais au grand jamais Rose n’a été accusé d’avoir intentionnellement fait perdre son équipe. On n’a jamais mis en doute son intégrité lorsqu’il pariait. Dans le cas d’Alex Rodriguez, il faudrait être naïf de ne pas croire que son utilisation de stéroïdes n’améliorait pas son rendement, permettant ainsi à son équipe de gagner.

Présentement, Rodriguez s’affaire à former un consortium de gens d’affaires pour acheter les Mets de New York et il est toujours éligible pour être intronisé à Cooperstown.

Pendant ce temps, à l’âge de 79 ans, Pete Rose espère être admis.

Monsieur le Commissaire, le moment est venu de pardonner à Pete Rose, car il a sa place au Temple de la renommée du baseball.

Si un jour A-Rod y accède, Pete Rose a aussi droit à sa place dans le grand hall.

Les Jays, toute une surprise

La saison 2020 est pleine de rebondissements. Premièrement, de voir de nombreux nouveaux noms dominer pour la moyenne au bâton, dont le vétéran Nelson Cruz, des Twins du Minnesota, et Bryce Harper, des Phillies de Philadelphie, respectivement dans l’Américaine et la Nationale.

Le réveil de Mookie Betts avec les Dodgers avec ses 11 coups de circuit, tout comme Jose Abreu avec les White Sox de Chicago, qui a frappé le même nombre de circuits que Mookie, un derrière le phénoménal Fernando Tatis Jr., qui a une chance de remporter la triple couronne dans la Ligue nationale.

Qui aurait cru que l’artilleur japonais Yu Darvish serait sur un pied d’égalité avec les meneurs du baseball majeur avec une fiche de cinq victoires et aucune défaite. Au classement général, les A’s d’Oakland sont la révélation de la Ligue américaine et devancent les Astros de Houston au premier rang de leur division.

Le début de saison des Jays de Toronto a été ardu alors qu’on se demandait si l’organisation voulait gagner ou développer ses jeunes.

Soudainement, un spectaculaire réveil des leaders de l’équipe. L’absence de Bo Bichette semble avoir secoué les joueurs. Teoscar Hernandez est parmi les meneurs de la Ligue américaine tandis que Cavan Biggio remplit bien le rôle de premier frappeur. En date de lundi soir, les Jays font partie des équipes qui pourraient se qualifier pour les séries d’après-saison.

Saison raccourcie ?

Le problème de la COVID-19 est toujours présent. Ne soyons pas surpris si la pandémie frappe encore plusieurs équipes, forçant ainsi le baseball majeur à raccourcir la saison.

Les matchs des équipes qui ne seront pas déterminants dans la course aux séries pourraient être annulés. Cela est de coutume lors de la fin du calendrier régulier. Si des matchs sont remis à cause de la pluie et qu’ils n’ont aucune influence sur le classement, ces matchs sont tout simplement annulés.

Faisons un retour dans l’histoire des Expos. En 1979, il restait deux matchs à disputer au calendrier. L’un de ses matchs était à Montréal tandis que l’autre devait être joué à Atlanta le lendemain, car il avait été remis plutôt dans la saison à cause de la pluie.

Les joueurs des Expos attendaient anxieusement dans leur vestiaire le résultat du match des Pirates de Pittsburgh, avec qui ils luttaient pour le premier rang. Les Pirates ont remporté la partie leur permettant de confirmer leur place au premier rang. Le match à Atlanta n’a jamais eu lieu.

La saison des Expos a été raccourcie, car le dernier match n’avait aucune influence sur le classement final.

Dans cette année d’imprévus, il faut tout anticiper... même une saison abrégée.