/qubradio
Navigation

Activités parascolaires: Pierre Lavoie n’est «pas content», mais se rallie à la décision de Québec

Pierre Lavoie
Photo d'archives, Agence QMI Pierre Lavoie

Coup d'oeil sur cet article

Pierre Lavoie a comme mission de faire bouger les jeunes, mais il se rallie malgré tout à la décision de Québec de retarder d’au moins un mois le lancement des activités parascolaires dans les écoles, même s’il se dit «pas content» de la situation.

• À lire aussi - Rentrée scolaire: pas d’activités entre élèves de différentes classes avant un mois

«La décision, elle ne devait pas être facile à prendre. Je vais vous le dire, le ministre [Jean-François Roberge], je ne voudrais pas être dans ses bottines. Je ne veux pas défendre sa décision, mais, en même temps, il a une responsabilité de protéger les jeunes et de laisser l’école se préparer», a-t-il mentionné, vendredi, au micro de Pierre Nantel à QUB radio.

Certes, il estime qu’il existe une certaine «incohérence» dans la stratégie du gouvernement, qui retarde les activités parascolaires, mais permet la pratique du sport dans les ligues civiles.

«Dans la même école, le civil rentre le soir et le jeune peut faire du volleyball. C’est là que je comprends que les gens sont un peu frustrés», a partagé l’instigateur du Grand défi Pierre Lavoie.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Pierre Lavoie et Claudine Labelle, présidente fondatrice de Fillactive, à l'émission de Pierre Nantel à QUB radio:   

Ce dernier s’est tout même dit heureux de voir que plusieurs parents sont montés au créneau dans les derniers jours pour réclamer le retour des activités sportives parascolaires.

«Ça démontre que les gens ont compris l’importance de faire bouger les jeunes», a-t-il affirmé.

Un point de vue d’ailleurs partagé par Claudine Labelle, présidente fondatrice de Fillactive, qui voit également le mouvement d’un «très bon œil», puisque, selon elle, la population réalise qu’il s’agit d’un «service essentiel».

Celle-ci se range cependant elle aussi derrière la décision du ministre de l’Éducation d’attendre au moins un mois avant de lancer les activités parascolaires dans les écoles.

«Un mois de sursis va nous permettre de prendre les bonnes actions», a-t-elle souligné à QUB radio. 

  • Écoutez l'entrevue du ministre de l'Éducation Jean-François Roberge avec Benoit Dutrizac à QUB radio:  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions