/sports/hockey
Navigation

L’entraîneur-chef du Drakkar remet sa démission

À l’aube de son 24e camp d’entraînement, le Drakkar de Baie-Comeau a subi une lourde perte à la suite de la démission de l’entraîneur-chef Jon Goyens, qui a invoqué des raisons familiales pour expliquer sa décision.
Crédit Mario Dechamplain À l’aube de son 24e camp d’entraînement, le Drakkar de Baie-Comeau a subi une lourde perte à la suite de la démission de l’entraîneur-chef Jon Goyens, qui a invoqué des raisons familiales pour expliquer sa décision.

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-COMEAU | À l’aube de son 24e camp d’entraînement, le Drakkar de Baie-Comeau vient de subir une lourde perte à la suite de la démission de son entraîneur-chef Jon Goyens.

En poste durant la campagne 2019-2020, écourtée en raison de la pandémie de COVID-19, Goyens a fait connaître sa décision aux dirigeants du club, vendredi matin, en invoquant des raisons familiales pour expliquer les raisons de son départ. 

« Plus tôt aujourd’hui, Jon a informé l’équipe de son désir de demeurer auprès de sa famille en ce temps de pandémie. L’organisation a donc accepté sa démission comprenant l’aspect familial derrière sa décision », a d’abord fait savoir la direction du Drakkar par la voie d’un communiqué. 

« J’avoue que cela a été un choc pour moi quand j’ai reçu l’appel de Jon. Cela n’a pas été facile pour nous, mais également pour lui. De notre côté, nous avons toujours travaillé fort tout en respectant le volet humain et c’est pourquoi on peut comprendre son choix », a ensuite commenté le directeur général Pierre Rioux. 

À quelques heures du prochain coup d’envoi des activités, le DG reconnaît que le contexte en général n’est pas évident. « Depuis plus d’un mois, tout le personnel hockey et administratif travaille pour s’ajuster et respecter les différentes consignes. Nous n’avons pas choix d’aller de l’avant et de bien planifier la prochaine saison. » 

La direction va mettre l’emphase sur l’ouverture du camp d’entraînement et entreprendra ensuite les démarches afin de trouver un successeur à l’homme de 41 ans, père d’un petit garçon, qui aura été le 11e entraîneur en chef dans l’histoire de la formation nord-côtière. Goyens avait encore deux années à écouler à son contrat. 

En relève 

Les entraîneurs adjoints Jean-François Grégoire et Antoine Samuel prendront la relève et superviseront les activités sur la glace en compagnie des autres membres du personnel hockey.