/qubradio
Navigation

On doit percevoir différemment une agression sexuelle commise par une femme, selon une psychologue

Coup d'oeil sur cet article

La façon dont on perçoit une agression sexuelle commise par une femme doit changer, selon une psychologue spécialisée en agressions sexuelles.

Pour Franca Cortoni, il est clair que notre perception fait défaut dans ce genre d’histoire.

«Dans la façon que c’est représenté dans les médias ou dans les films, par exemple, c’est toujours cette idée que c’est une femme jolie. C’est comme le désir, puis elle a le droit, et le gars est donc chanceux dans ce contexte-là», a-t-elle déclaré en entrevue avec Geneviève Pettersen à QUB radio, vendredi.   

  • ÉCOUTEZ l’entrevue complète de la psychologue Franca Cortoni à QUB radio pour en apprendre davantage sur ce sujet:    

«Il y a bien des préjugés par rapport à ça, et ça, c’est un reflet encore une fois de cette idée que les hommes veulent toujours du sexe, et puis les filles, elles, doivent se soumettre à essentiellement ce que le garçon veut. Ça impose un autre type de stéréotype à ces victimes masculines. On pense toujours que c’est la fille qui est agressée, mais quand le garçon est agressé, on pense toujours qu’il va être chanceux. Ce n’est pas vrai, a expliqué Cortoni. Les victimes masculines, ce qui revient, c’est: “je n’aimais pas ça, mais je ne savais pas comment dire non. Est-ce que je suis moins qu’un homme parce que je n’ai pas été capable de me défendre? Un homme est censé être plus fort qu’une femme.”»

Elle ajoute que, comme c’est le cas généralement dans les cas d’agressions sexuelles, insinuer que la victime a obtenu du plaisir ne fait que mélanger encore plus les jeunes victimes. 

À son avis, il faut un changement dans la manière dont les intervenants du système judiciaire abordent les agressions commises par des femmes. 

«Ce n’est pas le système lui-même, parce que les lois sont applicables autant aux femmes qu’aux hommes, mais c’est plutôt les acteurs [du système judiciaire] qui doivent reconnaître que si jamais ils voient une femme, qu’ils ne considèrent pas ça impossible. Que parce que c’est une femme, automatiquement, c’est moins grave», a-t-elle laissé tomber. 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions