/weekend
Navigation

James Hyndman: chemin intime vers la liberté

LIVRES - James Hyndman
Photo Ben Pelosse James Hyndman

Coup d'oeil sur cet article

Pigeant dans ses souvenirs et dans les pages de carnets personnels noircies il y a une douzaine d’années, l’acteur James Hyndman révèle par bribes son chemin de vie dans son deuxième livre, Une vie d’adulte. Ce récit intimiste né de réflexions et d’observations parle de son enfance, de la famille, de l’ambition, du succès, mais aussi de santé mentale et de la complexité des modèles amoureux. Il révèle aussi un chemin intime vers la connaissance de soi, l’affranchissement et la liberté intérieure.

Avec sincérité, James Hyndman explique la démarche qui l’a mené à ce nouveau livre. «Ce dont j’ai voulu parler, c’est ce chemin intime, personnel, pour essayer de m’habiter», explique‐t‐il.

<strong><em>Une vie d’adulte</em><br>James Hyndman,</strong><br>Éditions XYZ,<br>156 pages
Photo courtoisie
Une vie d’adulte
James Hyndman,

Éditions XYZ,
156 pages

«J’ai longtemps été à la fois à côté de mes pompes et très anxieux, et j’ai essayé de parler de ça, sans faire de l’autobiographie. Je prends des épisodes, des moments qui me servent de points de départ.»

Oui, c’est de l’autofiction, assure-t-il. Mais pas toujours. «Il y a des choses qui sont complètement inventées, parce que la réalité n’était pas assez intéressante, et que je n’avais pas envie de relater des choses vraies. Parfois, il y a des détails chronologiques qui s’entremêlent. Mais au bout du compte, je parle de moi, et c’est vrai.»

Il révèle, avec intensité, sa sensibilité, sa vulnérabilité, ses combats, ses doutes. «Autant comme acteur, quand on interprète des rôles, on se livre beaucoup et on est toujours caché derrière les mots des autres et derrière des personnages, autant dans mon premier livre, Océans, c’était de la fiction. Mais on finit toujours par parler de soi.»

Il voulait écrire quelque chose de très intime. «Mais comment parler de soi sans que ce soit narcissique, égocentrique, complaisant, sans que ce soit de l’étalage?»

James Hyndman dit qu’une des choses les plus importantes, dans sa vie, a été de se connaître lui-même. «Pour devenir un homme ou une femme libre, il faut faire un travail profond, intime, intérieur pour comprendre d’où on vient, pour comprendre quelles sont les choses à l’intérieur de soi qu’on subit, qui nous mènent à notre insu, pour arriver à une vraie liberté de ressentir, de penser et d’être un individu pleinement autonome, qui s’appartient.»

Il ajoute que le théâtre l’a beaucoup aidé ; l’écriture aussi. Son long travail d’intériorisation a donné du sens à sa vie. «Vouloir être lucide face à soi-même, c’est quelque chose qui est stimulant : plus on fait face à soi-même, plus on traverse des choses, plus on se découvre, plus on est libre. Il y a quelque chose là-dedans qui apaise et donne un sens à notre vie.»

Compréhension et compassion

Au fil du temps, cette démarche a changé ses relations avec les autres. «Dieu merci, ça apporte aussi sa dose d’humilité. Entrer en soi, ça va de pair avec mon travail d’acteur. C’est un travail de vouloir comprendre la condition humaine sous toutes ses facettes, noires et lumineuses, ou grises, entre les deux. J’espère que ça m’apporte plus de compréhension et de compassion.»

Il se révèle encore plus. «J’ai longtemps été dans le placard, dans tous les sens du terme – pas sexuellement –, mais dans le sens de très secret, très privé.» Il ajoute que les autres pouvaient avoir l’impression que tout allait bien, «avec mes 6 pieds 4 et le succès que je pouvais avoir», mais ce n’était pas nécessairement le cas. 

«J’étais très solitaire, caché. C’était difficile à porter.» Tout un long processus l’a amené à prendre de la distance. «Ça fait du bien parce que tout à coup, il y a des couches de protection qui tombent et on est plus libre.»  

EXTRAIT 

«D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours – de l’ombre où je me tiens secrètement tapi – cherché la lumière. Et s’il est vrai que j’ai fait de l’ombre un refuge, dire que c’est elle qui s’est emparée de moi et m’a inlassablement recouvert de son voile l’est tout autant. Il y a deux ou trois ans, un de mes frères est tombé sur Daniel L., un ami d’enfance particulièrement loquace que nous n’avions, ni l’un ni l’autre, jamais revu. Daniel évoquait cette période de nos vies – les amis, les jeux, le quartier, les grandes disputes et les grandes réconciliations – et le souvenir qu’il avait de moi était celui d’un enfant mélancolique et mal dans sa peau.» 


  • James Hyndman est un comédien connu pour ses rôles à la télévision, au théâtre et au cinéma. 
  • Il a fait paraître en 2018 son premier livre, Océans, qui a révélé son talent d’écrivain. 
  • Il a écrit un scénario de film pendant la pandémie et une série télé avec des scénaristes. 
  • Cet automne, il sera aussi au théâtre.