/news/society
Navigation

100 emplois d’avenir: Le télétravail, une manne pour les entreprises informatiques

Les technologies de l’information ont le vent dans les voiles depuis le confinement

Remote work and learning with cloud technology
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Le virage de plusieurs entreprises vers le télétravail ouvre la porte toute grande aux gens qui voudraient faire leur place dans le domaine des technologies de l’information, un des secteurs « post-pandémie » les plus en vogue.

• À lire aussi: 100 emplois d'avenir

« Ce n’est pas compliqué, les infrastructures technologiques sont aujourd’hui ce qu’est un bon réseau routier, d’aqueduc ou d’électricité pour une ville. C’est vital, et si ça fonctionne bien, le reste va se développer. Donc, être un jeune qui se cherche une carrière ou quelqu’un qui se réoriente, j’y réfléchirais sincèrement », affirme Jonathan Legault, président de ProContact informatique, firme spécialisée en infrastructure TI.

Jonathan Legault. Président de ProContact informatique
Photo Simon Clark
Jonathan Legault. Président de ProContact informatique

Les emplois seront nombreux dans le domaine, assurent les experts. Analystes, développeurs, architectes, techniciens, gestionnaires de projet, toutes les sphères d’activité informatique auront d’importants besoins rapidement. 

« Les perspectives sont plus que bonnes, elles sont excellentes. C’était le cas avant même la pandémie, mais avec tout ce qui se passe, ça va l’être encore plus », soutient Dominic Lévesque, président Professionnels et Lab Innovation chez Randstad.

Parmi les causes expliquant ce boom de la demande, difficile d’ignorer le passage forcé au télétravail dans plusieurs entreprises.

Si plusieurs ne l’avaient jamais envisagé auparavant, certains feront le virage définitivement après l’expérience vécue pendant la crise.

Mises à niveau

Viendront avec ce virage d’importantes mises à niveau technologiques et le développement de réseaux solides. Une manne pour les entreprises en technologie de l’information.

« Cette demande-là, du travail à distance, a mis de la pression sur les infrastructures réseau des entreprises. Ça va venir avec une hausse des demandes en sécurité informatique, en réseautique. Et je suis convaincu que ça va demeurer après la crise », estime Jonathan Legault. 

L’entrepreneur envisage aussi des investissements massifs dans l’automatisation, la robotisation, qui dépendent de systèmes informatiques.

La relance de l’économie par la construction institutionnelle est également une bonne nouvelle pour les perspectives dans le secteur.

« Toutes ces infrastructures-là, les hôpitaux, les écoles, vont avoir des besoins en technologie de l’information », analyse le président de ProContact, qui se dit très confiant pour l’avenir de sa profession.

La sécurité

L’aspect sécurité informatique ne sera pas non plus à négliger pour les entreprises. Depuis le vol de données chez Desjardins, les fraudes à la PCU et autres événements du genre, l’importance du rôle des spécialistes en sécurité se voit décuplée.

« Bien souvent, les entreprises n’adoptent pas les bonnes pratiques et se contentent d’éteindre le feu quand il prend. Mais les gens ont tout intérêt à porter attention et à investir dans le recrutement de spécialistes », estime Steve Waterhouse, expert en cybersécurité.

« Depuis 5-10 ans, on parle des besoins, des risques grandissants, mais on forme moins de spécialistes. On doit renverser cette tendance », ajoute-t-il à propos des perspectives intéressantes qu’un tel virage pourrait créer.