/investigations/truth
Navigation

Mystifiés par les fausses informations

CLSC de Montréal-Nord
Photo d'archives, Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.

40 %

C’est la proportion de personnes sondées en juillet par Statistique Canada qui ont cru avoir vu en ligne de l’information véridique sur le coronavirus, avant de réaliser qu’elle ne l’était pas.

La désinformation présente toujours un risque en ces temps de pandémie, alors que les Canadiens s’informent plus que jamais en ligne sur la COVID-19. Seulement 10 % des répondants ont indiqué ne pas se tourner vers internet pour obtenir des informations à ce sujet.

Selon l’organisme gouvernemental, 4 personnes sur 10 ont aussi déclaré avoir vu, chaque jour, de l’information en ligne qu’elles estiment être trompeuse ou inexacte sur la COVID-19 lorsqu’elles tentaient d’obtenir des renseignements sur la pandémie. Le cinquième des personnes ont aussi partagé de l’information trouvée sur internet au sujet du virus sans être certaines qu’elle était exacte. 

Le chiffre de la semaine : 1837

C’est la surmortalité observée au Québec pour mai et juin. Le gouvernement québécois a toutefois déclaré que 2834 personnes sont officiellement décédées directement de la COVID-19 durant cette même période. Statistique Canada explique cette différence en soulignant que « la première vague du virus [...] a touché les populations vulnérables de manière disproportionnée, dont certaines étaient susceptibles de présenter un risque plus élevé de mourir dans les mois subséquents, pandémie ou pas ». 

Cette surmortalité a été observée « de manière disproportionnée » chez les personnes âgées de plus de 85 ans, souligne Statistique Canada. Au plus fort de la pandémie, à la mi-avril, la plupart des décès avaient lieu en CHSLD et en résidences pour aînés. Au Québec, la COVID-19 a été la cause principale de décès, dépassant même le cancer et les maladies cardiaques. 

– Marie Christine Trottier