/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: trois cas dans deux écoles secondaires de Québec, 81 élèves en isolement

Coup d'oeil sur cet article

Quelques jours à peine après la rentrée, trois cas de COVID-19 ont été déclarés chez des élèves dans deux écoles secondaires de Québec. Au total, 81 élèves ont été mis en isolement préventif.  

Deux cas ont été déclarés à la Polyvalente de Charlesbourg. La Direction de la santé publique de la Capitale-Nationale en a informé les parents dimanche soir.  

Dans cet établissement, 55 élèves provenant de deux groupes-classes ont été placés en isolement pour 14 jours, à compter du 28 août. Un test de dépistage est recommandé. 

Les deux cas ne sont toutefois pas reliés, si bien que l’école n’est pas considérée comme un milieu «en éclosion», affirme le Dr Jacques Girard, directeur par intérim de santé publique de la Capitale-Nationale. 

Un autre cas a aussi été déclaré à l’école secondaire Jean-de-Brébeuf, situé dans le quartier Limoilou à Québec. Vingt-six élèves ont été placés en isolement pour 14 jours. Le risque qu’ils contractent le virus est jugé «modéré». 

«Ces trois adolescents ont tous contracté la COVID à l’extérieur de l’école», par transmission communautaire, précise le Dr Girard. 

Aucun membre du personnel scolaire n’a été placé en isolement préventif, puisque la distanciation physique et le port du masque avait été respecté, ajoute-t-il. 

Toutes les personnes qui se présenteront au cours des prochaines heures pour subir un test de dépistage en lien avec ces trois cas d’élèves seront priorités, ajoute le Dr Girard. 

Des corridors spécifiques leur sont réservés au centre de dépistage situé à Place Fleur de Lys, afin que les résultats soient connus rapidement.  

«Si vous avez des symptômes, on vous demande de ne pas aller à l’école et d’appeler pour voir si vous pourriez bénéficier d’un test», rappelle Dr Girard. 

Dans les trois cas d’élèves déclarés positifs à la COVID-19, la direction régionale de la santé publique indique par ailleurs que les règles d’isolement ont toutes été respectées. 

De leur côté, les élèves qui présentent un niveau de risque «faible» peuvent continuer de fréquenter l’école 

Les parents de ces élèves sont tout de même invités à surveiller l’apparition éventuelle de symptômes jusqu’au 11 septembre. 

Si un enfant développe des symptômes, il est recommandé de garder l’enfant à la maison, d’aviser la direction de l’école et de suivre les recommandations de la santé publique. 

«On va espérer ne pas avoir d’éclosion, ajoute le Dr Girard. Mais il va y avoir des cas, comme ça, qui vont s’enregistrer de temps à autre. C’est presqu’incontournable quand le virus circule dans la communauté.»