/news/green
Navigation

Des records de pluie et de chaleur cet été

Le Québec est passé d’un extrême à l’autre entre mai et août

Pluie abondante
Photo d’archives, Ben Pelosse Les pluies abondantes au début du mois d’août ont forcé les Montréalais et les touristes de passage dans le Vieux-Montréal à troquer le parasol pour le parapluie.

Coup d'oeil sur cet article

Entre les canicules, la sécheresse, les chaleurs extrêmes en juillet et un mois d’août très arrosé, l’été 2020 a battu plusieurs records. 

« Trois éléments résument l’été : le mois de juillet a été le plus chaud jamais vu, le mois d’août, le plus pluvieux, et la température la plus élevée a été enregistrée en mai », détaille le météorologue Gilles Brien.

Le 31 août marque la fin de l’été météorologique. Et cette année, les Québécois en ont connu un « exceptionnel », estiment les experts. 

Canicules à répétition

La première vague de chaleur a frappé la province du 26 au 29 mai, traînant avec elle la journée la plus chaude de la saison. Le 27 mai, le mercure a atteint 36,6 °C à Montréal.

Du 18 au 23 juin, le Québec a subi une deuxième canicule, soit « la plus longue jamais connue pour un mois de juin », précise Annabelle Fillion, météorologue d’Environnement Canada.

Mai et juin ont également été marqués par de très faibles précipitations. 

« Il est tombé trois fois moins de pluie sur la province que la moyenne », dit M. Brien.

Puis, partout au Québec, juillet a été suffocant. 

Montréal a connu son mois le plus chaud depuis 1921. Dans la métropole, « 14 jours ont dépassé les 30 degrés en juillet. Habituellement, on en compte quatre », explique Mme Fillion. 

Environnement Canada a enregistré deux canicules en juillet, du 1er au 10 et du 24 au 28, puis une dernière du 11 au 13 août. 

De la sécheresse aux torrents

Les précipitations au mois d’août ont été largement au-dessus des normales. 

« Depuis 1941, je n’ai pas trouvé un mois d’août avec autant de pluie », résume M. Brien.

Quelque 174 mm de pluie sont tombés sur Montréal, contre une moyenne de 94 mm, selon Environnement Canada. Puis, Québec a reçu 172 mm tandis que la normale se situe autour de 104 mm. 

Cette semaine, la province pourrait bien connaître ses dernières chaleurs de l’année. Les premiers jours de septembre s’annoncent légèrement au-dessus des normales, mais le reste du mois apparaît plus frais que les autres années, prévoient les météorologues.