/news/coronavirus
Navigation

Un syndicat d’enseignants aura recours aux tribunaux pour réclamer un dépistage accéléré pour les écoles

Coup d'oeil sur cet article

Un syndicat d’enseignants aura recours aux tribunaux pour forcer Québec à mettre en place un dépistage accéléré de la COVID-19 pour le réseau scolaire.

Selon la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), des enseignants mis en isolement à la polyvalente des Deux-Montagnes ont dû attendre quatre jours après le début de leur quarantaine avant d’être contactés par la Santé publique afin de déterminer s’ils devaient ou non passer un test de dépistage.  

  • Écoutez l'entrevue du président de la Fédération autonome de l'enseignement, Sylvain Mallette, avec Benoit Dutrizac à QUB radio:   

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, avait pourtant indiqué le 10 août, lors du dévoilement du plan révisé de rentrée scolaire du gouvernement Legault, qu’un dépistage accéléré serait mis en place pour les écoles, souligne la Fédération autonome de l’enseignement. 

Or, malgré des demandes répétées, Québec n’a toujours pas fait la démonstration qu’un tel mécanisme a été mis en place comme promis alors que la rentrée est amorcée depuis près d’une semaine, affirme le président de la FAE, Sylvain Mallette. 

Vendredi, la Fédération a fait parvenir au ministre Dubé une mise en demeure afin de savoir si un tel mécanisme de dépistage a bel et bien été mis en place, une démarche qui est restée lettre morte. 

Le syndicat d’enseignants compte donc s’adresser à la Cour supérieure «dans les prochains jours» pour obtenir ces informations, de même que des données concernant les cas de COVID-19 dans les écoles et les analyses qui ont mené à l’élaboration du plan de retour en classe.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Benoît Mâsse, chef de l’Unité de recherche clinique appliquée au CHU Sainte-Justine, avec Geneviève Pettersen à QUB radio:   

Il est «urgent» de rassurer la population et les enseignants à ce chapitre, ajoute M. Mallette. «On n’a pas de chance à prendre avec ce virus-là, lance-t-il. Il faut agir rapidement pour contrer l’effet domino.» 

Depuis la rentrée, des cas de COVID-19 ont été recensés dans au moins une trentaine d’écoles au cours de la dernière semaine, selon une recension non exhaustive. Aucun bilan officiel n’a été rendu public par Québec jusqu’à maintenant. 

Dans la région de Québec, où des cas ont été déclarés dans cinq écoles, la direction régionale de santé publique assure toutefois que les tests de dépistage liés à des cas en milieu scolaire sont traités de façon prioritaire. 

Des corridors spécifiques leur sont réservés au centre de dépistage situé à Place Fleur de Lys, ce qui permet que les résultats soient connus rapidement.   

Des résultats en 24 heures

Au cabinet du ministre de la Santé, on refuse de commenter les démarches judiciaires de la FAE. On assure toutefois que chaque école est déjà attitrée à un centre de dépistage, où les élèves et les parents ont accès à «un corridor de service priorisé». 

Le temps d’attente pour un résultat de dépistage peut aller jusqu’à 48 heures, mais l’objectif est que ce temps soit réduit à 24 heures «dans les plus brefs délais», indique son attachée de presse, Marjaurie Côté-Boileau. 

«Nous l’avons dit à plusieurs reprises, le dépistage est notre meilleure arme dans le combat contre le virus, et particulièrement dans le contexte de la rentrée scolaire», ajoute-t-elle. 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com