/opinion/columnists
Navigation

Cercle vicieux

Coup d'oeil sur cet article

Les théoriciens du complot affirment que l’OMS manipulerait l’information à laquelle nous avons accès afin de promouvoir son propre message.

Selon le Larousse, un complot est un « projet plus ou moins répréhensible d’une action menée en commun et secrètement ».

Dans ce contexte, les conspirationnistes se fourvoient. L’OMS n’opère pas en secret. Elle est même candidement transparente quant à ses desseins.

En revanche, elle a effectivement savamment élaboré une stratégie de communication. Et cette stratégie est ouvertement présentée sur son site.

Aveu

De son propre aveu, l’OMS surveille scrupuleusement les réseaux sociaux et a conçu plusieurs programmes afin de contrôler le narratif.

En l’occurrence, l’OMS indique avoir retenu les services d’une entreprise d’analyse de données pour intégrer « l’écoute sociale » dans sa stratégie de communication. Elle déclare également travailler avec « plus de 50 entreprises numériques et médias sociaux, notamment TikTok, Google, Viber, WhatsApp et YouTube, pour garantir que les messages de l’organisation ou d’autres sources officielles apparaissent en premier lorsque les gens recherchent des informations liées à la COVID-19 ».

Le lecteur jugera par lui-même si la stratégie de l’OMS constitue un effort légitime pour informer la population ou s’il s’agit d’une propagande visant une quelconque manipulation sociale.

En revanche, dans un cas comme dans l’autre, si l’OMS recourt à de pareils moyens, c’est certainement qu’elle sent que sa crédibilité s’est fortement érodée.

Réaction tardive à la crise, complaisance envers la Chine, dépendance financière à des intérêts privés qui l’expose à des conflits d’intérêts : voilà autant de griefs qui nuisent à l’image de l’organisation et qui expliquent probablement que les populations la boudent. 

Réforme

Or, plus les gens se méfieront de l’OMS, plus elle voudra contrôler le narratif. Et plus elle le contrôlera, plus les gens se méfieront d’elle. Pour redorer son blason, l’OMS doit se réformer et se refaire une réputation. Il ne tient qu’à elle de briser le cercle vicieux !