/qubradio
Navigation

Épuisée, une mère en rémission d’un cancer peut enfin scolariser ses enfants à la maison

Coup d'oeil sur cet article

Une mère en rémission d’un cancer a finalement pu crier victoire, vendredi, après s’être battue pour que ses enfants puissent être scolarisés à distance. 

En entrevue vendredi à QUB radio avec Geneviève Pettersen, Kathleen Varin, de la région de Lanaudière, a raconté qu’elle a dû passer à travers un long et épuisant processus pour que le Centre de services scolaire des Samares, situé à Saint-Félix-de-Valois, permette à ses enfants d’avoir accès à l’école virtuellement.

Malgré un billet du médecin obtenu après trois semaines de «ping-pong administratif», il semble que ce n’était pas suffisant. Pour le centre de services, il fallait que le médecin indique textuellement, sur le billet, que les enfants devaient être scolarisés à la maison.

Kathleen Varin.
Photo Courtoisie
Kathleen Varin.

Or, selon Mme Varin, les médecins ne peuvent écrire cette information pour une personne de la cellule familiale autre que pour l’enfant lui-même, si c’était le cas.

«Notre centre de services nous a rappelés pour nous informer que notre billet médical était refusé. [...] Là, ça devient à nouveau une impasse où on a cette impression, en tant que citoyen, qu'on est un peu bafoué par le système», a déploré Mme Varin qui se sentait «démunie» face à cette situation.

«On se sent profondément impuissant face à la grosse machine institutionnelle qui est devant nous», a-t-elle ajouté.  

  • ÉCOUTEZ l’histoire complète de Kathleen Varin à QUB radio:   

C’est finalement un message Facebook partagé des dizaines de fois qui a fait résonner l’histoire de Kathleen Varin auprès d’une conseillère politique de la ministre Caroline Proulx ainsi qu’auprès des députées libérales Isabelle Melançon et Marwah Rizqy.

Vendredi, le problème de Mme Varin était résolu non seulement pour elle, mais également pour tous les parents dans la même situation à ce centre de services scolaire.

«Quand la personne du centre de services m'a appelée, chez moi, pour indiquer que le dossier allait être accepté, elle a laissé échapper que compte tenu du bruit que notre dossier avait fait, l'ensemble des parents sur le réseau qui avaient été refusés pour le même motif ont finalement été acceptés au niveau de l'école virtuelle», a précisé Mme Varin.

Marwah Rizqy, qui est porte-parole en matière d’Éducation pour l’opposition officielle, semblait soulagée du dénouement lors de son entrevue à QUB radio, mais elle a quand même critiqué le gouvernement au passage.

«Ce n’est pas normal que les parents du Québec, pendant une pandémie mondiale, doivent faire les 12 travaux d’Astérix et être devant une bureaucratie qui manque de cœur», a-t-elle déclaré.         

  • ÉCOUTEZ l’intervention complète de la députée libérale Marwah Rizqy à QUB radio:   

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions