/news/consumer
Navigation

Piégée par une pub amaigrissante bidon

La dame veut éviter que d’autres se fassent coincer

Caroline Cuffia
Photo courtoisie Caroline Cuffia a été flouée par une publicité utilisant frauduleusement l’image de l’ex-maire Denis Coderre.

Coup d'oeil sur cet article

Une infirmière de Sherbrooke qui s’est fait piéger sur internet par une publicité frauduleuse impliquant l’ex-maire de Montréal Denis Coderre met en garde les consommateurs contre cette supercherie.

• À lire aussi: Fausses pubs: les identités des vedettes usurpées

• À lire aussi: L'identité de Denis Coderre volée dans une publicité mensongère: «C'est de la fraude et de la supercherie»

« Je suis un peu sous le choc, laisse tomber Caroline Cuffia. L’annonce a l’air super plausible. Je ne suis pas twit. Je suis la première à être très vigilante, mais là, je me suis bien fait avoir. »

Mardi, celle qui est infirmière au CIUSSS de l’Estrie a aperçu sur les réseaux sociaux une publicité pour un produit amaigrissant expliquant comment l’ex-politicien Denis Coderre avait réussi à perdre du poids.

« C’est Denis Coderre, ce n’est pas n’importe qui ! » fait valoir Mme Cuffia.

À 29,99 $ la bouteille, pourquoi ne pas l’essayer ? s’est-elle dit.

« J’ai cliqué là-dessus. J’ai entré mes coordonnées et mon numéro de MasterCard Desjardins, décrit-elle. On me dit que ça va me coûter 148 $ et qu’on va m’envoyer une confirmation par courriel, que je n’ai jamais reçue d’ailleurs. »

En vérifiant ses comptes le lendemain, elle a constaté que 265 $ lui ont été facturés. 

« Il y a seulement un numéro des États-Unis, pas de nom de compagnie. Qui est derrière ça ? Rien ne me garantit que la compagnie ne va pas utiliser mes informations de carte de crédit à d’autres fins », déplore l’infirmière.

Caroline Cuffia
Photo courtoisie

Se battre avec Desjardins

« J’ai appelé Desjardins, mais on m’a dit qu’à partir du moment où ça a été autorisé, c’est impossible d’annuler », poursuit Mme Cuffia, qui a finalement décidé d’annuler sa carte de crédit.

Le porte-parole de l’Office de la protection du consommateur, Charles Tanguay, rappelle « qu’il faut parfois se battre un peu avec les institutions », dans ce genre de situation.

« Dès lors où le montant affiché n’est pas celui prélevé, la transaction est frauduleuse, explique-t-il. Elle peut annuler la transaction auprès du commerçant par écrit. Si au bout de 15 jours, elle n’a pas reçu de remboursement, elle dispose de 60 jours pour faire une demande de remboursement à Desjardins. »