/opinion/columnists
Navigation

Dre Plante et Mme Valérie

POL-DEMANTELEMENT-CAMPEMENT
Photo Agence QMI, Elsa Iskander Valérie Plante

Coup d'oeil sur cet article

Dans le fameux roman de Stevenson, Dr Jekyll et M. Hyde, le bon docteur souffre de dédoublement de la personnalité.

Le jour, il est gentil et généreux. La nuit, il se transforme en monstre.

Je me demande si la mairesse de Montréal ne souffre pas aussi d’une sorte de dédoublement de la personnalité.

Chose certaine, elle est dure à suivre.

Pardon ?

Depuis des années, les commerçants du centre-ville, surtout ceux de la rue Saint-Denis, se plaignent de mourir à petit feu.

Le trafic est détourné en raison de chantiers qui ne finissent jamais et semblent souvent peu actifs.

La signalisation et les modalités de stationnement sont modifiées à tout bout de champ.

Si vous ne pouvez pas stationner près d’un commerce, vous risquez d’en chercher un autre où c’est possible.

Certains diront que cette administration fait exprès pour écœurer les automobilistes... et tant pis pour les commerçants.

Je ne sais pas. Ça se discute. Je ne nie pas les problèmes de congestion et le besoin de repenser certaines habitudes.

Sur la planète Plante, on ne fait cependant pas dans la demi-mesure.

Les marchands de la rue Saint-Denis demandent qu’on n’aille pas de l’avant – il paraît qu’ils n’ont pas encore assez souffert – avec les travaux prévus pour aménager, cette fois, une piste cyclable élargie.

La mairesse s’en fout et fonce.

Si vous voulez imaginer ce que serait un Québec gouverné par Québec solidaire, regardez aller Mme Plante.

Mais non, mais non, que dis-je, attendez, oups, une transformation nocturne s’est opérée, comme pour le pauvre Dr Jekyll.

Maintenant qu’elle a publié sa bande dessinée, Valérie Plante a découvert cette semaine que le centre-ville de Montréal souffrait. Ben oui, chose...

Le coupable ? Le télétravail, et le fait que les Montréalais y ont pris goût et veulent le prolonger.

Forcément, ça fait beaucoup de bureaux inoccupés et des commerces moins achalandés.

Cette semaine, Mme Plante pressait donc les entreprises et le gouvernement Legault de ramener du monde au centre-ville !

Alors qu’elle a tout fait pour enlever l’envie d’y aller !

Alors qu’elle ignore depuis des années les commerçants qui se plaignent !

Voici maintenant Miss Vélo Écolo qui reprend la cassette de la Chambre de commerce !

Tout d’un coup, elle se soucie des petites misères de Cadillac Fairview, d’Ivanhoé Cambridge, de Rosdev et autres magnats de l’immobilier commercial au centre-ville, qui voudraient des centres d’achat et des tours de bureaux bien remplis, comme jadis.

Tout d’un coup, elle se soucie des commerçants modestes à bout de nerfs !

Elle se pose même en exemple : la Ville, dit-elle, a ramené 25 % de ses employés dans leurs bureaux.

Laid

Vous me direz qu’un réveil tardif vaut mieux qu’un coma perpétuel.

Avec un peu de chance, elle poursuivra sa cure de lucidité et découvrira que le centre-ville de Montréal est aussi un des plus laids parmi les grandes villes occidentales.

Il y a quelques mois, j’avais songé à vendre ma maison en banlieue et à revenir à Montréal.

J’avais dû attraper un méchant virus.