/sports/football
Navigation

Tout ce que vous devez savoir sur la saison 2020 de la NFL

Les Chiefs de Kansas City tenteront de devenir la première depuis 2004 à gagner deux fois de suite le Super Bowl

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP Patrick Mahomes tentera de démontrer que les Chiefs ont fait le bon investissement en lui accordant un riche contrat à long terme.

Coup d'oeil sur cet article

Les Chiefs remporteront le Super Bowl, en février, pour une deuxième année de suite. Pas très audacieux comme prévision, diront certains. Peut-être, mais en cette ère d’incertitude, tout le monde a besoin de valeurs sûres. Il y a un an dans ces pages, le pari d’un grand triomphe des Chiefs m’avait souri cinq mois plus tard. 

Cette fois-ci, rien n’indique que les Chiefs aient régressé ou qu’une autre équipe se soit améliorée de manière substantielle. Les champions sont souvent démantelés par des coupes pour se conformer au plafond salarial. Ce n’est pas le cas à Kansas City.

Deux piliers

Dans ce contexte, ils deviendront les premiers à répéter depuis les Patriots de 2003 et 2004. Plusieurs facteurs peuvent justifier cette prise de position.

Premièrement, les Chiefs ont bien géré leur plafond salarial et ils se sont assurés des services à long terme de leurs deux piliers, Patrick Mahomes à l’attaque et Chris Jones en défensive. 

Mahomes n’a que 24 ans, il semble solidement ancré dans la réalité. Son talent fou ne lui monte pas à la tête, du moins jusqu’à maintenant. 

Il serait étonnant que son richissime contrat le rassasie. Depuis 2000, toutefois, il devient le sixième quart-arrière (après Donovan McNabb, Michael Vick, Daunte Culpepper, Drew Bledsoe et Brett Favre) à signer avec son équipe pour au moins 10 ans. Aucun d’entre eux n’a ensuite gagné le match ultime. Mahomes devrait casser le moule. 

Quant à Jones, il est probablement devenu le meilleur plaqueur défensif du circuit après Aaron Donald. Il a raté quatre matchs la saison dernière lors desquels les Chiefs ont concédé en moyenne 24,8 points. Avec lui, ils en ont donné 18,9. Jones est à ce point important.

La défensive des Chiefs n’est clairement pas la plus intimidante qui soit. Mais avec Jones, Tyrann Mathieu et Frank Clark, elle fait le nécessaire pendant que les marchands de vitesse à l’attaque s’occupent du reste. 

Belle continuité

Un autre point qui favorise les Chiefs, c’est la continuité. Seulement trois partants ne sont pas de retour, dont le garde Laurent Duvernay-Tardif et le porteur Damien Williams, qui ont opté pour la clause échappatoire en cette saison marquée par la COVID-19.

On parle ici d’éléments de qualité, mais pas d’un branle-bas de combat pour réorganiser l’alignement. Mahomes dispose des mêmes jouets avec Tyreek Hill, que toute défensive doit respecter, ainsi que Sammy Watkins. Le receveur de deuxième année Mecole Hardman pourrait éclore de manière spectaculaire, lui qui a inscrit six touchés sur seulement 26 réceptions à son année recrue. 

À cette armada se joint le porteur recrue Clyde Edwards-Helaire, qui sera utilisé à outrance dans le jeu aérien. Choisissez votre poison, comme disent les anglophones !

L’autre facteur qui augure bien pour les Chiefs s’avère la qualité discutable de l’opposition, hormis quelques rares obstacles.

La division Ouest gagne en crédibilité, mais l’équipe semble intouchable au sommet, même face à des Broncos, Raiders et Chargers qui sont sur la bonne voie.

Dans le reste de la conférence américaine, les Patriots ont été décimés sur le marché des agents libres et parce que six joueurs ont décidé de faire une croix sur la saison. Les Ravens demeurent parmi les seuls à pouvoir détrôner les Chiefs. Il faut les prendre très au sérieux avec une défensive de feu et un jeu au sol musclé. Leur côté extrêmement physique contraste avec le style tout en finesse des Chiefs. Il s’agirait d’une finale de conférence de rêve.

Encore les 49ers?

Est-ce qu’on assistera donc à la reprise du Super Bowl de l’an dernier entre Chiefs et 49ers? Fort possible! Les Niners forment aussi une équipe qui n’a pas vraiment perdu de plumes, qui est bien dirigée par un autre gourou offensif en Kyle Shanahan et qui impose respect et obéissance par sa ligne défensive d’une puissance apocalyptique. 

Sauf que dans la conférence nationale, le portrait est plus compliqué. Les Saints forment probablement l’équipe la plus équilibrée. 

Les Buccaneers, avec Tom Brady, pourraient aussi bien ressembler aux Chiefs de 1993, qu’un vieillissant Joe Montana avait guidés jusqu’en finale de conférence. 

Les Seahawks, avec Russell Wilson, ne doivent jamais être comptés pour morts. 

Bon, soyons fous! Allons-y avec une reprise de l’an dernier entre Chiefs et 49ers. Un scénario qui ne s’est pas produit depuis que les Cowboys ont vaincu les Bills deux années de suite en 1992 et 1993. Je m’en souviens comme si c’était hier. Voilà qui ne me rajeunit pas...

Reste que cette saison risque d’être totalement bizarroïde avec le virus qui pourrait s’inviter partout. Les meilleures équipes ne seront peut-être même pas celles dont les alignements sont les plus inspirants, mais celles qui gèrent le mieux les protocoles sanitaires. Un Super Bowl 55 entre les Jaguars de Jacksonville et les Sans nom de Washington, ça vous enchante?  

UN RARE EXPLOIT  

Depuis que le premier Super Bowl a été disputé au terme de la saison de 1966, peu d’équipes peuvent se targuer d’avoir remporté le trophée Vince-Lombardi deux années de suite, encore moins dans les dernières années. 

Patriots de la Nouvelle-Angleterre  

  • Champions contre les Panthers (2003) et les Eagles (2004)                   

Broncos de Denver  

  • Champions contre les Packers (1997) et les Falcons (1998)                   

Cowboys de Dallas  

  • Champions contre les Bills en 1992 et 1993                   

49ers de San Francisco  

  • Champions contre les Bengals (1988) et les Broncos (1989)                   

Steelers de Pittsburgh  

  • Champions contre les Cowboys (1978) et les Rams (1979)          
  • Champions contre les Vikings (1974) et les Cowboys (1975)                  

Dolphins de Miami  

  • Champions contre les Redskins (1972) et les Vikings (1973)                   

Packers de Green Bay  

  • Champions contre les Chiefs (1966) et les Raiders (1967)                   

Une saison dans l’incertitude  

Les stades bondés de partisans dans la NFL ne seront pas monnaie courante cette saison.
Photo d'archives, AFP
Les stades bondés de partisans dans la NFL ne seront pas monnaie courante cette saison.

Cette saison qui s’amorce jeudi soir n’a clairement pas les airs d’une saison normale. Durant tout le camp d’entraînement, les joueurs ont été testés quotidiennement à la COVID-19.

Depuis le 12 août, quand les entraînements ont été mis en branle, seulement 16 joueurs et membres du personnel d’équipes ont été déclarés positifs. Considérant que près de 9000 d’entre eux ont été testés quotidiennement, les nouvelles semblent encourageantes.

Du 21 au 29 août, 58 621 tests ont été effectués auprès de 8739 joueurs et membres du personnel et seulement 10 ont été positifs. Il faut cependant spécifier que les camps se déroulent en vase clos, sans déplacements, ce qui ne sera pas le cas cette saison avec un calendrier qui amènera tout ce beau monde aux quatre coins des États-Unis.

L’Association des joueurs et la ligue doivent s’entendre sur un protocole à suivre pour la saison puisque l’entente qui prévalait pour la durée des camps d’entraînement venait à échéance hier. 

Les spectateurs

Quant à la question des spectateurs dans les stades, là aussi, les règles varient d’un marché à l’autre.

Cinq équipes entendent, à moins d’un revirement soudain, remplir entre 20 à 25 % de leur stade pour entamer la saison. C’est ainsi que le botté d’envoi, ce jeudi entre les Chiefs et les Texans, devrait être effectué devant quelque 16 000 partisans à Kansas City. 

Seuls les Dolphins, Jaguars, Colts et Cowboys autoriseront aussi des partisans. 

Plusieurs équipes ont fait le choix d’interdire l’entrée aux partisans lors des premiers matchs locaux, tandis que d’autres ont opté pour cette option, pour une durée indéterminée. 

C’est tout un fouillis! D’ailleurs, certains entraîneurs comme Sean McDermott (Bills) et Mike Zimmer (Vikings) se sont plaints de cette politique ouverte, qui ouvre la voie à des inégalités sur le plan de l’avantage du terrain.

Bruits enregistrés

Pour ce qui est de l’atmosphère lors des matchs, la NFL a enregistré des bandes audio de bruits de foule dans les stades. Un niveau de décibels devra toutefois être respecté.

Non, la NFL ne sera pas comme à l’habitude. Si la saison se déroule sans trop d’éclosions et que le calendrier est maintenu sans heurt, ce sera déjà une énorme victoire. 

CONFÉRENCE AMÉRICAINE | DIVISION EST  

CONFÉRENCE AMÉRICAINE 

Prédiction pour les équipes en séries :*Bills, Patriots, Ravens, Steelers, Colts, Chiefs, Broncos

La lutte se resserre  

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP

Lors des 11 dernières saisons (et 17 des 19 dernières), les Patriots ont été les détenteurs du trône dans l’Est. Cependant, avec le départ de Tom Brady, les questions abondent à leur sujet. Les Bills semblent avoir établi des fondations solides pour les années à venir, tandis que les Dolphins ont terminé la dernière saison en force. Les Jets? Allez savoir ce qui se passe avec les Jets...

Bills de Buffalo   

  • Fiche en 2019 : 10-6, séries           
  • Prédiction pour 2020 : 11-5, Champions de division, séries             

UN GRAND PAS

Stefon Diggs
Photo d'archives, AFP
Stefon Diggs

Les Bills n’ont pas remporté leur division depuis 1995. Ils ont désormais les reins assez solides pour y parvenir.

Du moins, si le jeune quart-arrière Josh Allen continue de progresser. Même s’il a montré des signes encourageants la saison dernière, il devra faire mieux pour transporter son équipe vers un autre niveau. Des 27 quarts-arrières qui ont amorcé au moins 12 matchs l’an passé, Allen est bon dernier avec une moyenne de 193 verges par match. 

Il fait tout de même de bonnes choses, ses habiletés athlétiques ne se démentent pas et son courage inspire ses coéquipiers. L’arrivée du receveur Stefon Diggs lui permettra d’exploiter son bras dans les zones intermédiaires et profondes. L’ailier rapproché de deuxième année Dawson Knox pourrait aussi se révéler une carte cachée et le tandem de porteurs (Devin Singletary et Zack Moss) est prometteur. Défensivement, les Bills sont bien nantis. L’avenir pour cette équipe, c’est maintenant. 

Départs clés

Lorenzo Alexander (secondeur), Jordan Philips (plaqueur), Shaq Lawson (ailier défensif)

Recrue à surveiller 

Le receveur Gabriel Davis, choisi au quatrième tour, a été la révélation du camp des Bills. La saison, c’est un autre monde, mais c’est prometteur.

Additions clés 

Stefon Diggs (receveur), Josh Norman (demi de coin), AJ Klein (secondeur), Mario Addison (ailier défensif)

8

Le nouveau venu Stefon Diggs a obtenu huit réceptions de 40 verges ou plus la saison dernière, un sommet dans la ligue. 


Patriots de la Nouvelle-Angleterre   

  • Fiche en 2019 : 12-4, Champions de division, séries           
  • Prédiction pour 2020 : 9-7, séries              

LA VIE SANS BRADY

Cam Newton
Photo d'archives, AFP
Cam Newton

Il ne faut certainement pas compter les Patriots pour morts parce que Tom Brady n’est plus à bord. Cette équipe a le don de produire chaque fois que les funérailles sont sur le point d’avoir lieu.

Il n’en demeure pas moins que le test sera énorme pour l’entraîneur-chef Bill Belichick. En carrière à la barre des Patriots et des Browns, il montre un dossier de 54-63 quand Brady n’est pas en action. 

Cam Newton s’amène, mais il se remet de blessures sérieuses et devra s’adapter à un tout autre environnement après un court laps de temps pour se familiariser. Son pourcentage de passes complétées en carrière ne s’élève qu’à 59,6 %. Brady a fait mieux à chacune de ses saisons comme partant. Pas moins de six joueurs, dont trois partants de qualité (Dont’a Hightower, Patrick Chung et Marcus Cannon), ont aussi déclaré forfait pour la saison en raison de la COVID-19. Les Pats ont l’habitude des départs, mais le raz-de-marée n’a jamais eu une telle puissance. 

Départs clés

Tom Brady (quart-arrière), Ted Karras (centre), Kyle Van Noy et Jamie Collins (secondeurs), Duron Harmon (maraudeur)

Recrue à surveiller

Les yeux seront tournés vers les successeurs de Rob Gronkowski, soit Devin Asiasi et Dalton Keene, deux choix de troisième tour. Asiasi est un bon athlète qui risque de se démarquer.

Additions clés

Cam Newton (quart-arrière), Brandon Copeland (secondeur), Adrian Phillips (maraudeur)

30

Parmi les ailiers espacés des Patriots, seul Julian Edelman a capté plus de 30 passes la saison dernière. 


Dolphins de Miami   

  • Fiche en 2019 : 5-11, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 7-9             

DES SIGNES ENCOURAGEANTS 

Tua Tagovailoa
Photo d'archives, AFP
Tua Tagovailoa

Après un début de saison catastrophique, les Dolphins ont montré du mordant et se sont même permis de terminer avec trois victoires à leurs cinq derniers matchs. 

Voilà qu’ils repartent avec une ligne offensive bonifiée de deux agents libres et de trois choix au repêchage. Le vétéran quart Ryan Fitzpatrick retrouve le coordonnateur offensif Chan Gailey, avec qui il avait connu du succès à Buffalo et à New York. Le jeune Tua Tagovailoa, choisi au cinquième rang du dernier repêchage, s’imposera tôt ou tard et risque de relancer la franchise.

Les Dolphins miseront sur un duo de demis de coin redoutables en Xavien Howard et Byron Jones. Les vétérans ex-Patriots Elandon Roberts et Kyle Van Noy amèneront un solide bagage et sont familiers avec l’entraîneur-chef Brian Flores.

Avec la nouvelle formule à sept équipes par conférence en séries, il ne faudra pas s’étonner si les Dolphins cognent à la porte. Les jours sombres semblent derrière eux.

Départs clés

Reshad Jones (maraudeur)

Recrue à surveiller 

La ligne offensive des Dolphins continue sa reconstruction et Austin Jackson, choix de première ronde, tentera de ravir le poste de bloqueur à gauche.

Additions clés 

Tua Tagovailoa (quart-arrière), Jordan Howard et Matt Breida (porteurs), Ted Karras (centre), Ereck Flowers (garde), Byron Jones (demi de coin)

1

À l’attaque, les Dolphins miseront sur un seul joueur âgé de plus de 30 ans, soit le quart-arrière Ryan Fitzpatrick


Jets de New York   

  • Fiche en 2019 : 7-9, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 4-12              

DANS LE MUR

Le'Veon Bell
Photo d'archives, AFP
Le'Veon Bell

Comme les Dolphins, les Jets ont montré des signes de vie intéressants en deuxième moitié de saison. Le quart Sam Darnold a progressé avec une fiche de 6-2 et 13 passes de touchés contre quatre interceptions durant cette séquence qui a sauvé sa campagne en dents de scie. 

Pourquoi donc tant de pessimisme à leur endroit ? Parce qu’ils ne semblent pas améliorés comme les trois autres formations de leur division, parce que Darnold demeure inégal, parce que quelques joueurs ne semblent pas entichés de leur pilote Adam Gase et parce que leur meilleur joueur, le maraudeur Jamal Adams, vient d’être échangé. 

L’investissement massif sur le porteur Le’Veon Bell a aussi rapporté d’exécrables résultats, lui qui a montré une moyenne de 3,2 verges par portée, la pire pour un partant dans l’histoire de la franchise. À sa défense, la ligne offensive n’aide en rien et malgré des ajouts (dont le premier choix Mekhi Becton), l’unité reste fragile.  

Départs clés

Robby Anderson (receveur), Tom Compton (garde), Jamal Adams (maraudeur)

Recrue à surveiller

Denzel Mims est un receveur de gros format sélectionné en deuxième ronde et à une position qui manque autant de lustre que de profondeur, il aura des occasions de briller.

Additions clés

Breshad Perriman (receveur), George Fant (bloqueur), Connor McGovern (centre), Pierre Desir (demi de coin), Bradley McDougald (maraudeur)

7

Quand l’écart est de 7 points ou moins, l’entraîneur Adam Gase montre un dossier de 5-1 à la barre des Jets. Cette fiche tombe à 2-8 quand l’écart est de plus de 7 points.

CONFÉRENCE AMÉRICAINE | DIVISION OUEST  

Les Chiefs trop puissants  

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP

La division Ouest s’annonce plus compétitive que la saison dernière, mais la lutte se fera davantage pour une place en séries que pour détrôner les Chiefs, qui semblent tout-puissants. Les Chargers pourraient rebondir, mais vivent une transition au poste de quart-arrière. Les Broncos sont équipés pour rebondir et les Raiders semblent sortis du marasme. 

Chiefs de Kansas City   

  • Fiche en 2019 : 12-4, Champions de division et du Super Bowl           
  • Prédiction pour 2020 : 13-3, Champions de division, séries             

TOUT POUR RÉPÉTER

Chris Jones
Photo d'archives, AFP
Chris Jones

Les Chiefs ont fait le nécessaire pour rééditer leurs exploits en s’assurant les services à long terme du quart-arrière Patrick Mahomes et du dominant plaqueur Chris Jones. Pas moins de 19 de leurs 22 partants de la dernière saison reviennent et ils ont ajouté une solide dose de dynamisme dans le champ-arrière avec Clyde Edwards-Helaire.

Difficile de voir qui peut les détrôner dans l’Ouest, sauf si Mahomes tombe au combat. Certains diront que leur défensive n’inspire pas totalement confiance. Difficile de le nier, mais ce n’est pas l’ADN de cette équipe, qui se sort amplement du pétrin avec une défensive de milieu de peloton. Les demis de coin demeurent le gros point d’interrogation.

Mahomes disposera des mêmes jouets, et il reste seulement à voir si la fluidité demeurera la même sur la ligne offensive, notamment avec la perte, pour cette saison, de Laurent Duvernay-Tardif. Bref, à moins d’un grave excès de confiance, les Chiefs sont en voiture.

Départs clés

Stefen Wisniewski (garde), Kendall Fuller (demi de coin), Emmanuel Ogbah (ailier défensif)

Additions clés 

Kelechi Osemele (garde), Mike Remmers (bloqueur)

Recrue à surveiller 

Edwards-Helaire est un porteur comme Andy Reid les aime. Il contribuera beaucoup au jeu aérien. Le mariage semble parfait.

1

Patrick Mahomes est devenu le sixième quart-arrière depuis 2000 à signer un contrat de 10 ans. Du lot, un seul a joué ensuite 10 ans dans la ligue (Donovan McNabb).  


Broncos de Denver   

  • Fiche en 2019 : 7-9, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 10-6, séries             

UN RETOUR EN SÉRIES? 

Melvin Gordon
Photo d'archives, AFP
Melvin Gordon

À leurs trois dernières saisons, les Broncos ont présenté des dossiers perdants (5-11, 6-10 et 7-9), une anomalie dans le cas de cette franchise historiquement gagnante. Ils avaient auparavant connu seulement trois saisons perdantes lors des 22 années précédentes. Le calvaire semble fini.

Les Broncos pourraient revivre les séries et pas seulement en raison de la progression de leur jeune quart Drew Lock. Le nouveau coordonnateur offensif Pat Shurmur a vu ses attaques terminer trois fois dans le top 10 du circuit pour le nombre de courses tentées et il a les munitions pour répéter sa recette avec Melvin Gordon et Philip Lindsay.

La ligne offensive a été remodelée et sans être dominante, elle ne constitue plus un problème majeur. En défensive, Von Miller est désormais l’unique membre de l’édition championne de 2015 qui est encore en poste. La cure jeunesse a amené de bons éléments, dont le demi de coin AJ Bouye. Il ne semble pas y avoir de lacune majeure dans cet alignement. 

Départs clés 

Joe Flacco (quart-arrière), Connor McGovern (garde), Chris Harris Jr (demi de coin), Derek Wolfe (ailier défensif)

Additions clés 

Melvin Gordon (porteur), Graham Glasgow (garde), Jurrell Casey (plaqueur), AJ Bouye (demi de coin)

Recrue à surveiller

Les Broncos ont fait le plein, deux fois plutôt qu’une, de receveurs au repêchage avec Jerry Jeudy et KJ Hamler. Jeudy est considéré comme le receveur le plus complet de sa cuvée.

3

Le porteur Melvin Gordon a cumulé le troisième plus haut total de touchés (47), depuis 2016, après Ezekiel Elliott et Todd Gurley 


Raiders de Las Vegas   

  • Fiche en 2019 : 7-9, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 7-9             

VIVA LAS VEGAS!

Josh Jacobs
Photo d'archives, AFP
Josh Jacobs

Les Raiders débutent leur nouvelle vie à Las Vegas et chose certaine, leur nouveau marché hérite d’une offensive qui regorge de talent.

Derek Carr, en plus de munitions de la dernière saison comme Hunter Renfrow et Darren Waller, aura l’opportunité de développer une chimie avec le missile Henry Ruggs, une intrigante recrue. Le porteur de deuxième année Josh Jacobs, fort d’une première campagne de 1150 verges au sol, doit aussi être davantage impliqué dans le jeu aérien.

En défensive, les Raiders sont cependant toujours vulnérables contre la passe. Le retour au jeu du maraudeur choisi au premier tour l’an passé Johnathan Abram aidera la cause, tout comme l’ajout de Damarious Randall, même s’ils n’ont rien de joueurs de concession. Quant au demi de coin recrue Damon Arnette, il doit faire ses preuves après avoir été un choix de première ronde plutôt contesté.

Départs clés 

Tahir Whitehead (secondeur), Karl Joseph (maraudeur)

Additions clés

Marcus Mariota (quart-arrière), Jason Witten (ailier rapproché), Nelson Agholor (receveur), Cory Littleton et Nick Kwiatkoski (secondeurs)

Recrue à surveiller 

Ruggs a été choisi en première ronde, mais un autre receveur recrue, Bryan Edwards, a volé le spectacle au camp. Avec la perte de Tyrell Williams, il jouera.

32

Lentement mais sûrement, la défensive des Raiders prend du pic, passant de 13 à 32 sacs la saison dernière. 


Chargers de Los Angeles   

  • Fiche en 2019 : 5-11, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 5-11             

NOUVEAU DÉPART 

Tyrod Taylor
Photo d'archives, AFP
Tyrod Taylor

Nouveau stade, nouveau quart-arrière, nouveaux uniformes... Mais est-ce que le résultat sera le même pour les Chargers?

Année après année, il semble que le scénario se répète. Les Chargers se retrouvent rongés par les blessures et rivalisent d’originalité pour échapper des matchs serrés. 

Défensivement, il est facile d’oublier que les Chargers ont tous les outils. Malgré ses déboires, leur unité s’est hissée au sixième rang au total et au cinquième contre la passe, même sans l’as maraudeur Derwin James pendant une bonne portion de la campagne (il est de nouveau perdu pour la saison). S’ajoute aussi le vétéran Chris Harris dans cette tertiaire.

À l’attaque, la ligne offensive ne semble pas nettement améliorée et même avec un quart plus mobile comme Tyrod Taylor, ça posera problème. Et combien de temps Taylor pourra-t-il résister avec le jeune premier choix Justin Herbert qui attend derrière? 

Départs clés 

Philip Rivers (quart-arrière), Melvin Gordon (porteur), Russell Okung (bloqueur), Brandon Mebane (plaqueur), Thomas Davis (secondeur), Adrian Phillips (maraudeur)

Additions clés 

Bryan Bulaga (bloqueur), Trai Turner (garde), Chris Harris Jr (demi de coin), Linval Joseph (plaqueur)

Recrue à surveiller 

Le secondeur Kenneth Murray s’annonce comme le prochain quart-arrière de la défensive. Il patrouillera dans le milieu du terrain après un fort camp.

9

Neuf des 11 revers des Chargers, la saison dernière, sont survenus par des écarts d’un touché ou moins.

CONFÉRENCE AMÉRICAINE | DIVISION NORD  

Le trône des Ravens  

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP

Lamar Jackson a démontré qu’il n’entend pas être un feu de paille et les Ravens ont l’équipe la plus complète de leur division. Il ne faut cependant jamais compter les Steelers pour morts, d’autant plus que leur quart-arrière revient en santé. Les Bengals pourraient ressusciter rapidement avec l’arrivée de Joe Burrow, tandis que les Browns, perçus à tort comme un club de séries avant la dernière saison, ont toujours le potentiel de rebondir. 

Ravens de Baltimore   

  • Fiche en 2019 : 14-2, Champions de division, séries           
  • Prédiction pour 2020 : 12-4, Champions de division, séries           

LE POIDS DES SÉRIES

J.K. Dobbins
Photo d'archives, AFP
J.K. Dobbins

Pour les Ravens, il ne s’agit plus de savoir s’ils connaîtront du succès en saison régulière. C’est en séries que la machine doit commencer à opérer.

Avec Lamar Jackson aux commandes d’une attaque difficile à freiner, ils sont automatiquement dangereux. Jackson vient de devenir le premier quart-arrière de l’histoire à passer pour plus de 3000 verges et courir pour plus de 1000 verges dans la même saison.

À leur attaque au sol redoutable se greffe le prometteur porteur recrue JK Dobbins. Trop de luxe dans le champ-arrière? Non, pas quand on court autant que les Ravens (206 verges par match).

Il serait grossier d’oublier à quel point la défensive contribue aux succès de l’équipe. De la semaine 7 à la semaine 17, celle-ci a été la meilleure du circuit pour les points accordés par match (14,2) et les gains accordés par match (270,8). La sortie gênante en séries face aux Titans laissera-t-elle des traces, toutefois?

Départs clés

Marshal Yanda (garde), Hayden Hurst (ailier rapproché), Michael Pierce (plaqueur), Earl Thomas et Tony Jefferson (maraudeurs)

Additions clés

Calais Campbell (ailier défensif), Derek Wolfe (plaqueur) 

Recrue à surveiller

Le secondeur Patrick Queen est vu comme le meilleur de sa cuvée en couverture de passe. Ses responsabilités seront énormes dès le départ.

8

Lamar Jackson compte déjà huit matchs en carrière avec au moins deux passes de touchés et au moins 50 verges au sol. 


Steelers de Pittsburgh   

  • Fiche en 2019 : 8-8, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 10-6, séries            

LE RETOUR DE BIG BEN

Minkah Fitzpatrick
Photo d'archives, AFP
Minkah Fitzpatrick

 

Avec Ben Roethlisberger aux commandes de l’attaque, difficile de penser que les Steelers ne renoueront pas avec les séries. Ils ont cogné à la porte l’an dernier avec des pieds de céleri inexpérimentés au poste de quart.

Mais au-delà de Big Ben et de son armada de receveurs de qualité, les Steelers devraient logiquement présenter l’une des défensives les plus féroces du circuit. Cette défensive a tenu le fort la saison dernière en dominant la ligue au chapitre des sacs (54) et des revirements (38). 

Visiblement, cette défensive pourrait encore faire des ravages en considérant qu’elle passera moins de temps sur le terrain à charrier l’équipe. Les demis de coin derrière Joe Haden ne dominent pas, mais l’arrivée de Minkah Fitzpatrick en cours de saison dernière a prodigué aux Steelers un autre adepte du gros jeu, qui a solidifié les bases contre le jeu aérien. Les secondeurs, eux, entre TJ Watt, Bud Dupree et Devin Bush, sont voués à de grandes choses.

Départs clés

Ramon Foster (garde), Javon Hargrave (plaqueur), Anthony Chickillo et Mark Barron (secondeurs), Sean Davis (maraudeur)

Additions clés

Eric Ebron (ailier rapproché), Stefen Wisniewski (garde), Chris Wormley (plaqueur)

Recrue à surveiller

Le Canadien Chase Claypool est un joueur de gros gabarit qui apporte une nouvelle dimension au groupe de receveurs des Steelers.

11

Steelers ont connu 11 matchs avec moins de 275 verges de gains, leur pire total en une saison depuis 1941. 


Bengals de Cincinnati   

  • Fiche en 2019 : 2-14, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 7-9           

ENFIN DE L’ESPOIR 

Joe Burrow
Photo d'archives, AFP
Joe Burrow

L’arrivée du quart-arrière Joe Burrow, tout premier choix du dernier encan, insuffle une sérieuse dose d’espoir à Cincinnati. Le jeune homme, qui a tout cassé la saison dernière à LSU, amène des attentes qui ne doivent toutefois pas être démesurées.

Burrow partira avec une longueur d’avance en ce qui concerne le groupe de receveurs dont il hérite, surtout si le vétéran AJ Green retrouve la forme après une saison perdue. Cependant, la ligne offensive devra éviter de saboter le tout. Lors des trois dernières saisons, celle-ci s’est classée 26e, 24e et 24e en protection de passe, selon le site analytique Pro Football Focus. Le bloqueur Jonah Williams, qui a raté sa saison recrue en raison d’une blessure, revient au jeu et aidera la cause.

En défensive, les Bengals ont accordé 2382 verges par la course, le pire total pour l’équipe depuis 1998. Ils espèrent que l’arrivée du plaqueur DJ Reader corrigera le tir.

L’équipe remontera tranquillement la pente, mais il reste encore des brèches à colmater.

Départs clés

Andy Dalton (quart-arrière), Cordy Glenn (bloqueur), John Miller (garde), Tyler Eifert (ailier rapproché), Darqueze Dennard (demi de coin)

Additions clés

Joe Burrow (quart-arrière), DJ Reader (plaqueur), Trae Waynes et Mackensie Alexander (demis de coin), Vonn Bell (maraudeur)

Recrue à surveiller

À part bien sûr Joe Burrow, il faudra avoir à l’œil le receveur Tee Higgins, un grand gaillard de 6 pi 4 po qui devrait exceller dans le trafic. 

8

Les Bengals ont perdu huit fois la saison dernière par un écart d’une possession. 


Browns de Cleveland   

  • Fiche en 2019 : 6-10, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 6-10           

TROP D’INSTABILITÉ

Baker Mayfield
Photo d'archives, AFP
Baker Mayfield

 

Encore une fois, un nouvel entraîneur-chef et un nouveau régime s’introduisent chez les Browns. C’est habituellement un signe d’optimisme et de renouveau, mais à Cleveland, cette habitude est devenue maladive.

Le jeune quart-arrière Baker Mayfield, à sa troisième saison, peut bien avoir régressé et trouver difficilement ses repères dans la NFL. Kevin Stefanski sera son quatrième entraîneur-chef. Alex Van Pelt, même s’il a bonne réputation auprès des quarts, sera son quatrième coordonnateur offensif. Son nouvel entraîneur de position sera son troisième. Vous êtes étourdi? Mayfield, lui, a le tournis! 

Le jeune a néanmoins toutes les armes pour réussir avec un champ-arrière (Nick Chubb et Kareem Hunt) du tonnerre, un groupe de receveurs auquel se greffe l’ailier rapproché Austin Hooper et une ligne offensive améliorée par la venue de Jack Conklin et du bloqueur recrue estimé Jedrick Wills.

En défensive, la ligne est bourrée de talent, mais les secondeurs demeurent douteux et la profondeur manque dans la tertiaire. Le talent est là à Cleveland, mais la direction est floue.

Départs clés 

Christian Kirksey et Joe Schobert (secondeurs), Morgan Burnett et Damarious Randall (maraudeurs)

Additions clés 

Austin Hooper (ailier rapproché), Jack Conklin (bloqueur), Case Keenum (quart-arrière), Karl Joseph et Ronnie Harrison (maraudeurs), Andrew Billings (plaqueur)

Recrue à surveiller 

Le secondeur Jacob Phillips, un choix de troisième ronde, a connu de bons moments au camp et pourrait contribuer rapidement au sein d’un groupe faible.

12

Kevin Stefanski devient le 12e entraîneur-chef des Browns depuis le retour de l’équipe dans la ligue, en 1999.

CONFÉRENCE AMÉRICAINE | DIVISION SUD  

Pas de grande puissance  

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP

Il s’agit probablement de la division la plus faible de la NFL. Par l’unique présence salvatrice de Deshaun Watson, les Texans ne peuvent jamais être écartés de la course. Les Titans ont amorcé un irrésistible élan en fin de saison et en séries, mais il faudra voir s’ils peuvent maintenir la cadence. Les Colts tenteront de se remettre de leur effondrement de deuxième moitié de saison et les Jaguars misent tout sur Gardner Minshew. 

Colts d'Indianapolis   

  • Fiche en 2019 : 7-9, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 9-7, Champions de division, séries           

MÛRS POUR REBONDIR

Jonathan Taylor
Photo d'archives, AFP
Jonathan Taylor

Les Colts ont connu un effondrement monumental en deuxième moitié de saison en 2019, mais ont tous les éléments en place pour se ressaisir rapidement, avec des fondations jeunes et solides à tous les niveaux.

Plusieurs remettent en question l’embauche du vétéran quart Philip Rivers après sa dernière campagne décevante (23 touchés, 20 interceptions) chez les Chargers. Il a 38 ans et ses plus belles années sont derrière, mais il y a longtemps qu’il n’aura pas été aussi bien protégé. La ligne offensive des Colts est l’une des meilleures, sinon la meilleure, de la ligue. Le problème criant de revirements de Rivers l’an dernier devrait donc se résorber en ayant plus de temps pour décocher.

L’arrivée de DeForest Buckner au cœur de la ligne défensive se veut tout un coup. Il est durable et applique régulièrement la pression. La tertiaire est cependant une valeur moins sûre, mais de manière générale, les Colts sont bien construits. 

Départs clés

Eric Ebron (ailier rapproché), Margus Hunt (plaqueur), Pierre Desir (demi de coin)

Additions clés

Philip Rivers (quart-arrière), Trey Burton (ailier rapproché), DeForest Buckner (plaqueur), Xavier Rhodes (demi de coin)

Recrue à surveiller

Le porteur de ballon Jonathan Taylor a été un monstre de production à l’Université du Wisconsin. Il risque d’émerger du comité avec Marlon Mack.

8,5

Les Colts ont appliqué la pression de l’intérieur sur seulement 8,5 % des jeux de passe adverses la saison passée, selon Pro Football Focus.


Texans de Houston   

  • Fiche en 2019 : 10-6, Champions de division, séries           
  • Prédiction pour 2020 : 7-9           

ENCORE DES CHANGEMENTS

Deshaun Watson
Photo d'archives, AFP
Deshaun Watson

Les Texans ont donné l’habitude d’étonnantes transactions aux amateurs et cette tendance s’est poursuivie durant la saison morte lorsqu’ils ont expédié leur receveur DeAndre Hopkins aux Cardinals. 

Il s’agissait avant tout d’une décision financière et la rumeur veut que Hopkins dérangeait de plus en plus. N’empêche que le retour étonne (un deuxième choix et le porteur David Johnson, dont la moyenne de verges par course n’est que de 3,6 lors des trois dernières saisons, sabotées en partie par des blessures).

L’arrivée du receveur Brandin Cooks, productif, mais très fragile, n’a rien pour rassurer les troupes. Il est à une commotion de voir sa carrière prendre fin prématurément. La ligne offensive a montré des signes positifs depuis la venue de Laremy Tunsil et des jeunes Tytus Howard et Max Scharping, mais les doutes persistent.

Quant à la défensive contre la passe, il y a de quoi être très inquiet. Les Texans seront compétitifs parce que Deshaun Watson est le quart-arrière, mais manqueront de gaz. 

Départs clés 

DeAndre Hopkins (receveur), Carlos Hyde (porteur), Jonathan Joseph (demi de coin), DJ Reader (plaqueur), Tashaun Gipson (maraudeur)

Additions clés 

Brandin Cooks et Randall Cobb (receveurs), David Johnson (porteur)

Recrue à surveiller 

Les Texans étaient privés de leur choix de premier tour et espèrent que le plaqueur choisi en deuxième ronde, Ross Blacklock, deviendra une puissance pour appliquer la pression de l’intérieur.

18

Deshaun Watson a été victime d’au moins quatre sacs du quart dans 18 matchs depuis son année recrue en 2017, un sommet dans la ligue. 


Titans du Tennessee   

  • Fiche en 2019 : 9-7, séries           
  • Prédiction pour 2020 : 8-8           

UNE RECETTE CONNUE 

Ryan Tannehill
Photo d'archives, AFP
Ryan Tannehill

Les Titans ont connu un essor phénoménal qui les a conduits jusqu’en finale de conférence à l’aide d’une recette simple : Derrick Henry.

Il est cependant facile d’oublier qu’ils se sont qualifiés de peine et de misère pour les séries. À leurs 10 derniers matchs, incluant ceux en séries, ils ont marqué en moyenne 30,6 points en se fiant sur leur porteur format géant. Il est permis de croire, toutefois, que cette recette a des limites. 

Les Titans n’ont pas une mauvaise équipe ni une grande équipe. À preuve, leur fiche s’est établie à 9-7 lors des quatre dernières saisons. C’est la définition même d’un statu quo ordinaire. Leur envol de la fin de saison dernière suscite l’enthousiasme, mais pourrait relever davantage d’un conte de fées. Le quart-arrière Ryan Tannehill a connu une résurrection, mais doit toujours prouver sa véritable valeur à plus long terme. De 2012 à 2018, l’échantillon n’a pas été convaincant. 

Départs clés

Dion Lewis (porteur), Delanie Walker (ailier rapproché), Jack Conklin (bloqueur), Jurrell Casey (plaqueur), Logan Ryan (demi de coin)

Additions clés

Vic Beasley (secondeur), Jonathan Joseph (demi de coin)

Recrue à surveiller 

Le bloqueur Isaiah Wilson a été choisi en première ronde dans l’espoir qu’il remplace au pied levé Jack Conklin. Son absence en début de camp en raison de la COVID-19 lui a toutefois fait prendre un brin de retard.

4

Le receveur AJ Brown a inscrit quatre touchés sur des jeux de 50 verges ou plus la saison dernière, le plus haut total pour une recrue depuis les cinq de Randy Moss, en 1998.  


Jaguars de Jacksonville   

  • Fiche en 2019 : 6-10, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 3-13           

TEST ULTIME POUR MINSHEW

Gardner Minshew
Photo d'archives, AFP
Gardner Minshew

Tout le monde aime Gardner Minshew. Le choix de sixième ronde des Jaguars l’an passé s’est emparé du poste de quart-arrière et a ravivé les partisans déchus de Jacksonville.

Mais si les Jaguars s’effondrent encore, ils hériteront d’une position de choix pour sélectionner un quart-arrière à la Trevor Lawrence.

Minshew devra par ailleurs élever son jeu sans miser sur le robuste porteur Leonard Fournette, remercié avant la saison. Le champ-arrière actuel n’inspire rien de bon. Jay Gruden, nouveau coordonnateur offensif, a connu du succès par le passé avec de jeunes quarts, dont Kirk Cousins, à Washington, et Andy Dalton, à Cincinnati.

Défensivement, la régression a été spectaculaire. De 2017 à 2019, les Jaguars sont passés de la deuxième à la 24e position en défensive et plusieurs joueurs vedettes sont partis. Ils essaient de rebâtir avec deux choix de première ronde au dernier repêchage, le demi de coin CJ Henderson et le secondeur K’Lavon Chaisson. 

Départs clés 

Nick Foles (quart-arrière), Leonard Fournette (porteur), AJ Bouye (demi de coin), Calais Campbell et Yannick Ngakoue (ailiers défensifs), Ronnie Harrison (maraudeur)

Additions clés

Tyler Eifert (ailier rapproché), Joe Schobert (secondeur)

Recrue à surveiller 

Laviska Shenault est un receveur très spécial, qui peut être déployé de toutes sortes de manières sur le terrain, dont dans le champ-arrière. Il sera un joueur captivant.

8

Huit fois lors des neuf dernières saisons, les Jaguars ont encaissé 10 revers ou plus.

CONFÉRENCE NATIONALE | DIVISION EST  

CONFÉRENCE NATIONALE  

  • Prédiction pour les équipes en séries : *Eagles, Cowboys, Packers, Saints, Buccaneers, 49ers, Seahawks   

Une lutte à deux  

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP

 

Même si l’équipe de Washington et les Giants sont maintenant dotés de jeunes quarts-arrières qui leur donnent espoir d’un avenir meilleur, les deux équipes semblent encore loin de rivaliser avec les Cowboys et les Eagles pour le titre de la division Est. Les Cowboys ont déçu la saison dernière, mais la qualité de leur alignement permet de croire à une relance rapide. Les Eagles, s’ils demeurent enfin en santé, ont les outils pour aller loin.

Eagles de Philadelphie   

  • Fiche en 2019 : 9-7, Champions de division, séries           
  • Prédiction pour 2020 : 10-6, Champions de division, séries                  

UN VRAI RETOUR EN FORCE

Darius Slay
Photo d'archives, AFP
Darius Slay

Il y a un an, plusieurs prédisaient aux Eagles un grand retour en force puisque leur quart-arrière Carson Wentz était de nouveau en santé. Les Eagles ont remporté leur division presque par défaut, étant donné la faiblesse des autres équipes, malgré plusieurs blessures et le jeu peu convaincant de leurs receveurs. Cette fois, ils semblent véritablement sur la bonne voie. Il y aura beaucoup de vitesse autour de Wentz entre le retour de DeSean Jackson (qui a raté 13 matchs en 2019) et l’arrivée du missile recrue Jalen Raegor (qui ratera le début de saison). Le porteur de deuxième année Miles Sanders, après une saison recrue de 1641 verges au total, est prêt à exploser. 

En défensive, la grande lacune de l’équipe a été traitée avec sérieux grâce à l’embauche du demi de coin Darius Slay. La ligne défensive, déjà dominante, ajoute un morceau sous-estimé, mais productif, en Javon Hargrave. Les Eagles seront en séries une 4e année de suite. 

Additions clés 

Darius Slay (demi de coin), Javon Hargrave (plaqueur), Jatavis Brown (secondeur)

Départs clés 

Jordan Howard (porteur), Nelson Agholor (receveur), Nigel Bradham (secondeur), Ronald Darby (demi de coin), Malcolm Jenkins (maraudeur) 

Recrue à surveiller 

Le quart-arrière recrue Jalen Hurts sera une police d’assurance intéressante si Carson Wentz se blesse et avec ses habiletés athlétiques exceptionnelles, les Eagles l’utiliseront occasionnellement à l’attaque.

0

Les Eagles n’ont pas eu le moindre ailier espacé qui ait récolté au moins 500 verges, même si l’attaque a amassé plus de 4000 verges par la passe. 


Cowboys de Dallas   

  • Fiche en 2019 : 8-8, exclus de séries           
  • Prédiction pour 2020 : 9-7, séries                   

ENFIN UN NOUVEAU PILOTE!

Dak Prescott
Photo d'archives, AFP
Dak Prescott

Dehors, Jason Garrett, après trop de saisons où les Cowboys ont fait du surplace. L’ex-Packer Mike McCarthy prend le relais. Plusieurs le disaient dépassé à ses dernières années à Green Bay, mais il amène tout de même une vaste expérience et l’arsenal offensif à sa disposition a de quoi le faire saliver entre Dak Prescott, Ezekiel Elliott, Amari Cooper, CeeDee Lamb, Michael Gallup et une ligne offensive solide malgré la retraite de l’excellent centre Travis Frederick.

L’élément le plus intrigant est de savoir comment il exploitera Elliott. Même s’il a toujours dirigé des attaques prolifiques à Green Bay, le jeu au sol des Packers n’a fini qu’une seule fois dans le top 10 dans ses 13 années à la barre. Ça semble invraisemblable avec un porteur de la trempe d’Elliott.

Plusieurs gros morceaux ont quitté en défensive, ce qui a de quoi laisser perplexe. Est-ce que le choix de deuxième ronde Trevon Diggs pourra s’imposer comme demi de coin à la place de Byron Jones?  

Additions clés 

Dontari Poe (plaqueur), Everson Griffen (ailier défensif), Aldon Smith (secondeur)

Départs clés 

Travis Frederick (centre), Randall Cobb (receveur), Jason Witten (ailier rapproché), Byron Jones (demi de coin) Robert Quinn (ailier défensif)

Recrue à surveiller

Qui d’autre que CeeDee Lamb? Le receveur, qui a étonnamment glissé jusqu’à eux en première ronde est voué à un avenir prometteur. Potentiel de véritable numéro 1.

113

Malgré leur modeste dossier de 8-8 la saison dernière, les Cowboys ont inscrit 113 points de plus que leurs adversaires. Un non-sens! 


Washington   

  • Fiche en 2019 : 3-13, exclus de séries           
  • Prédiction pour 2020 : 5-11                 

UN REVIREMENT RAPIDE?

Chase Young
Photo d'archives, AFP
Chase Young

L’arrivée de l’entraîneur-chef respecté Ron Rivera permet aux partisans d’espérer un retournement de situation rapide après une autre misérable saison. La défensive n’aura visiblement rien à envier à d’autres bonnes unités du circuit. C’est l’attaque qui continue de semer le doute.

Dwayne Haskins, à sa deuxième année, est maintenant le quart-arrière partant, mais il doit encore s’établir. Sa saison recrue a été ponctuée de hauts et de bas. Le groupe de receveurs, à l’exception de Terry McLaurin, laisse à désirer. Pour ce qui est des porteurs, la recrue Antonio Gibson a impressionné au camp et il contribuera aussi au jeu aérien.

Mais que dire du front défensif? Hallucinant, du moins sur papier, avec l’arrivée du prospect de premier plan Chase Young. L’équipe tente de copier la recette gagnante des 49ers.

Du progrès à Washington? Sans doute, mais il ne faut pas oublier que cette offensive a terminé au dernier rang la saison dernière et qu’il n’y a pas d’ajout majeur. 

Additions clés 

Wes Schweitzer (garde), Kendall Fuller et Ronald Darby (demis de coin), Thomas Davis (secondeur), Sean Davis (maraudeur)

Départs clés 

Trent Williams (bloqueur), Adrian Peterson (porteur), Jordan Reed et Vernon Davis (ailiers rapprochés), Ereck Flowers (garde), Josh Norman (demi de coin)

Recrue à surveiller

Chase Young, choisi deuxième au total, possède les attributs pour devenir une force défensive au même titre que Nick Bosa avec les 49ers l’an dernier.

11

Dans 11 matchs la saison dernière, l’attaque a été limitée à moins de 20 points. 


Giants de New York   

  • Fiche en 2019 : 4-12, exclus de séries           
  • Prédiction pour 2020 : 5-11                  

ANCIEN PATRIOT À LA RESCOUSSE

Saquon Barkley
Photo d'archives, AFP
Saquon Barkley

C’est une mode dans cette division, les Giants aussi ont recours à un nouvel entraîneur-chef. C’est l’ancien des Patriots Joe Judge qui hérite de la lourde commande de faire des Giants une équipe respectable à nouveau.

Amener la culture des Patriots dans un nouvel environnement, c’est une chose bien plus facile à dire qu’à faire, cependant. Les Giants partent de loin, très loin... Défensivement, ils ont bouclé la saison au 30e rang. Les embauches dans la saison morte ramèneront un peu de lustre à cette unité éprouvée, mais ce n’est pas non plus la mer à boire.

Les Giants ne sont pas assez opportunistes et n’ont généré que 16 revirements la saison dernière, le plus bas total pour la franchise dans l’ère du Super Bowl. 

À l’inverse, même s’il a connu une saison recrue fort encourageante, le quart-arrière Daniel Jones a échappé le ballon 11 fois et les Giants ont commis 33 revirements. La ligne offensive n’inspire toujours pas confiance. 

Additions clés 

James Bradberry et Logan Ryan (demis de coin), Blake Martinez et Kyler Fackrell (secondeurs)

Départs clés 

Eli Manning (quart-arrière), Mike Remmers (garde), Kareem Martin et Alec Ogletree (secondeurs)

Recrue à surveiller 

En plus de leur premier choix Andrew Thomas, les Giants devraient aligner un autre bloqueur recrue sur la ligne en Matt Peart, un choix de troisième tour. Un coup de dés...

12

Lors des trois dernières saisons, le dossier cumulatif des Giants est de 12-36, le pire à travers la ligue durant cette période.

CONFÉRENCE NATIONALE | DIVISION OUEST  

Lutte à finir  

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP

Les 49ers se sont hissés au sommet et la tâche pour les déloger de leur piédestal s’annonce périlleuse. Les Rams ont connu une baisse de régime en 2019, mais demeurent bourrés de talents, particulièrement en offensive. Les Seahawks, avec Russell Wilson à bord, sont toujours dans le coup. Pendant ce temps, les Cardinals continuent de remonter la pente et pourraient faire du bruit. 

49ers de San Francisco   

  • Fiche en 2019 : 13-3, Champions de division, finalistes au Super Bowl           
  • Prédiction pour 2020 : 12-4, Champions de division, séries                   

PAS DE LENDEMAIN DE VEILLE

Nick Bosa
Photo d'archives, AFP
Nick Bosa

C’est connu, plusieurs équipes qui subissent la défaite au Super Bowl vivent ensuite le pire des lendemains de veille. Pas les 49ers, ça semble impossible!

L’équipe est trop bien construite, autant en attaque qu’en défensive. Et ce, même si les doutes persistent à l’endroit du quart-arrière Jimmy Garoppolo. Malgré des séries où il a été peu impliqué, il a démontré durant la saison qu’il avait la capacité d’aller gagner les gros matchs. L’arrivée du bloqueur Trent Williams solidifie la ligne offensive.

C’est malgré tout la défensive qui continuera d’être la locomotive du club. La seule interrogation vient du départ de DeForest Buckner au cœur de la dominante ligne défensive. C’est une verte recrue, Javon Kinlaw, qui sera appelée à prendre le relais. 

De type très destructeur sur la scène universitaire, il profitera de la présence de Nick Bosa et Arik Armstead à ses côtés. Le travail infatigable de cette ligne défensive facilite grandement la vie de la tertiaire. 

Additions clés 

Trent Williams (bloqueur), Tom Compton (garde)

Départs clés

Emmanuel Sanders et Marquise Goodwin (receveurs), Matt Breaida (porteur), DeForest Buckner (plaqueur)

Recrue à surveiller 

Le receveur Brandon Aiyuk cadre bien dans le moule de l’entraîneur Kyle Shanahan. Il excelle après l’attrapée et sur les retours de bottés.

2

La défensive reçoit toutes les accolades, mais l’offensive a terminé au deuxième rang dans la NFL au chapitre des points marqués. 


Seahawks de Seattle   

  • Fiche en 2019 : 11-5, séries       
  • Prédiction pour 2020 : 10-6, séries               

LA MAGIE DE RUSSELL WILSON

Russell Wilson
Photo d'archives, AFP
Russell Wilson

Les Seahawks forment l’une des équipes les plus imprévisibles de la NFL. La saison dernière, on oublie vite qu’ils sont passés à un cheveu de coiffer les 49ers au sommet de la division, mais qu’ils sont aussi passés à un cheveu de voir le château de cartes s’écrouler.

Ils ont gagné pas moins de 10 matchs par un écart d’un touché ou moins. Parfois, la saison suivante, la bascule va de l’autre bord... Par ailleurs, en incluant les séries, les Seahawks ont marqué 425 points, contre 428 accordés. Ce n’est habituellement pas la marque d’une équipe solide.

La défensive dominante d’il y a quelques années semble bien loin. Elle a accordé au moins 26 points à 10 reprises la saison passée en plus de concéder le troisième plus haut total de premiers jeux par les airs. Un problème attaqué de plein fouet par l’acquisition du maraudeur Jamal Adams.

Mais il y a un magicien qui masque tous les petits défauts et son nom est Russell Wilson. Tant qu’il est en poste, les Seahawks sont dangereux.

Additions clés 

Carlos Hyde (porteur), Greg Olsen (ailier rapproché), Cedric Ogbuehi (bloqueur), Jamal Adams (maraudeur), Bruce Irvin (ailier défensif)

Départs clés 

George Fant et Germain Ifedi (bloqueurs), DJ Fluker (garde), Jadeveon Clowney (ailier défensif), Shaquem Griffin (secondeur)

Recrue à surveiller 

Les Seahawks ont pris tout le monde par surprise en choisissant hâtivement le secondeur Jordyn Brooks en première ronde. Il se bat pour voir du terrain.

30

Russell Wilson a amassé au moins 30 passes de touchés dans quatre de ses cinq dernières saisons. 


Rams de Los Angeles   

  • Fiche en 2019 : 9-7, exclus des séries       
  • Prédiction pour 2020 : 8-8               

MIRAGE OU RÉALITÉ?

Aaron Donald
Photo d'archives, AFP
Aaron Donald

 

La saison décevante des Rams en 2019 est-elle une pure aberration ou le début d’un long déclin ? Difficile de se prononcer. L’attaque possède toujours des morceaux talentueux et la défensive est totalement chamboulée. 

Pas moins de cinq joueurs réguliers en défensive ont en effet quitté. Ce n’est certainement pas l’arrivée de Leonard Floyd, un secondeur qui a grandement déçu à Chicago, qui va inspirer confiance. 

À l’attaque, la grande différence entre l’année de la présence au Super Bowl en 2018 et la chute hors des séries en 2019, c’est l’effondrement du jeu au sol. L’entraîneur-chef Sean McVay a souvent abandonné cette facette la saison dernière, l’équipe passant du troisième au 26e échelon par la course. Le quart Jared Goff en a souffert et a commis plusieurs revirements douteux. 

Il faudra voir si le porteur recrue Cam Akers ravivera le champ-arrière. Appuyé par un jeu au sol productif, Goff redeviendrait efficace. Les Rams se battront, mais la division est terriblement compétitive.

Additions clés 

Leonard Floyd (secondeur), A’Shawn Robinson (plaqueur)

Départs clés 

Todd Gurley (porteur), Brandin Cooks (receveur), Cory Littleton et Clay Matthews (secondeurs), Eric Weddle (maraudeur), Dante Fowler (ailier défensif)

Recrue à surveiller 

Le choix de deuxième ronde Van Jefferson est reconnu comme un receveur de type technicien, qui exécute très bien ses tracés. Un plus dans l’attaque rythmée de McVay.

5

Les Rams sont devenus la cinquième équipe dans les 10 dernières années à rater les séries la saison après avoir atteint le Super Bowl. 


Cardinals de l'Arizona   

  • Fiche en 2019 : 5-10-1, exclus des séries       
  • Prédiction pour 2020 : 7-9               

SUR LA BONNE PENTE 

DeAndre Hopkins
Photo d'archives, AFP
DeAndre Hopkins

 

Après une saison recrue convaincante, Kyler Murray semble promis à un bond important à sa deuxième année, ce qui fait en sorte que plusieurs considèrent les Cardinals comme une potentielle équipe Cendrillon.

L’échange qui a amené le prolifique receveur DeAndre Hopkins en ville s’avère un autre élément pour faire saliver. Hopkins, Larry Fitzgerald et Christian Kirk forment en effet l’un des trios les plus menaçants du circuit. L’éclosion du porteur Kenyan Drake depuis son arrivée avec les Cards suscite aussi l’enthousiasme.

En défensive, l’addition du plaqueur Jordan Phillips, un joueur très sous-estimé auparavant à Buffalo, devrait solidifier le front. 

Il est donc très tentant de propulser les Cardinals en séries. Chaque année, une équipe quelque part se faufile de la dernière place de la division à une place en séries et les Cardinals figurent parmi les candidats logiques pour y arriver. On va se garder une petite gêne étant donné la qualité de l’opposition, mais ce n’est pas l’envie qui manque.

Additions clés

DeAndre Hopkins (receveur), Jordan Phillips (plaqueur), De’Vondre Campbell et Devon Kennard (secondeurs)

Départs clés 

David Johnson (porteur)

Recrue à surveiller 

Le secondeur Isaiah Simmons est l’homme à tout faire du dernier repêchage. À Clemson, il a évolué partout sur le terrain en défensive. Un athlète d’exception.

86

Larry Fitzgerald montre une moyenne de 86 réceptions par saison. S’il produit deux autres saisons à ce rythme, il surpassera le grand Jerry Rice comme meneur de tous les temps.

CONFÉRENCE NATIONALE | DIVISION NORD  

Tout peut arriver  

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP

Malgré une saison de 13-3 en 2019, les Packers n’ont pas donné l’impression d’être une équipe si dominante l’an dernier et leur trône demeure accessible. Les Vikings ont procédé à plusieurs changements et il faudra voir si la chimie prendra rapidement. Les Lions semblaient voués à une belle saison, l’automne dernier, avant que les blessures ne gâchent tout, et les Bears misent toujours sur une redoutable défensive. Difficile d’y voir clair! 

Packers de Green Bay   

  • Fiche en 2019 : 13-3, finale de conférence           
  • Prédiction pour 2020 : 10-6, Champions de division, séries                  

GRÂCE À RODGERS

Aaron Rodgers
Photo d'archives, AFP
Aaron Rodgers

Les Packers ont atteint la finale de conférence, mais avec neuf victoires par des écarts d’une possession, en plus d’une attaque parfois au neutre. Ils n’ont pas dominé, comme leur fiche semble l’indiquer.

Tous s’attendaient à ce que les Packers procurent un brin de renfort à leur quart Aaron Rodgers en repêchant un receveur de qualité, mais ils ont plutôt opté pour le successeur éventuel de Rodgers (Jordan Love) et un porteur de ballon (AJ Dillon) dans les premières rondes. Pour une attaque qui a terminé au 18e rang la saison dernière, la stratégie semble intrigante. Les Packers semblent vouloir se tourner peu à peu vers une offensive tout en puissance, en misant davantage sur le jeu au sol.

La défensive a fait un pas de géant l’an passé, accordant 20 points ou moins dans neuf matchs. Lors des cinq dernières semaines, la moyenne a même chuté à 14,2 points accordés par partie. Au final, avec Rodgers à bord, les Packers doivent être respectés.

Additions clés 

Ricky Wagner (bloqueur), Christian Kirksey (secondeur)

Recrue à surveiller 

Le porteur de ballon AJ Dillon est un colosse. Les Packers espèrent en faire un genre de Derrick Henry, mais il partagera le boulot avec Aaron Jones.

Départs clés 

Jimmy Graham (ailier rapproché), Bryan Bulaga (bloqueur), Geronimo Allison (receveur), Blake Martinez et Kyler Fackrell (secondeurs)

6 

Aaron Rodgers n’a lancé que six interceptions au total lors des deux dernières saisons. 


Vikings du Minnesota   

  • Fiche en 2019 : 10-6, séries           
  • Prédiction pour 2020 : 9-7                   

ANNÉE DE TRANSITION 

Dalvin Cook
Photo d'archives, AFP
Dalvin Cook

Les Vikings montrent encore un alignement très compétitif et malgré quelques lacunes qui ne sont pas criantes, ils ont tout pour rivaliser pour le titre de division. Cependant, des changements importants en défensive pourraient se traduire en résultats mitigés.

La tertiaire, notamment, est refaite de fond en comble avec le départ de quatre vétérans, dont trois demis de coin. Mike Hughes, choix de première ronde en 2018, est prêt à prendre le relais, mais il a été souvent blessé. Jeff Gladney et Cameron Dantzler, choisis au dernier repêchage, devront faire leurs preuves rapidement. Deux partants ont aussi quitté la ligne défensive, mais l’arrivée inattendue de Yannick Ngakoue donne un tandem redoutable d’ailiers aux Mauves.

À l’attaque, Dalvin Cook est le moteur qui fait tourner la machine, mais peut-il demeurer en santé une saison complète? Kirk Cousins ne pourra plus miser sur l’exilé Stefon Diggs. Justin Jefferson, qui le remplacera, est prometteur, mais les jeunes receveurs mettent souvent un certain temps à bien jouer. 

Additions clés

Justin Jefferson (receveur), Yannick Ngakoue (ailier défensif)

Recrue à surveiller

Justin Jefferson aura immédiatement la chance de sauter dans les souliers de Stefon Diggs, parti à Buffalo. Il a été très productif à sa dernière saison à LSU.

Départs clés

Stefon Diggs (receveur), Josh Kline (garde), Xavier Rhodes, Trae Waynes et Mackensie Alexander (demis de coin), Linval Joseph (plaqueur)

25

À 25 ans et 40 jours, Danielle Hunter est devenu le plus jeune joueur de l’histoire à franchir le cap des 50 sacs du quart en carrière. 


Bears de Chicago   

  • Fiche en 2019 : 8-8, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 7-9                    

VERS UNE CHAISE MUSICALE?

Khalil Mack
Photo d'archives, AFP
Khalil Mack

Quand Nick Foles s’amène, il traîne inévitablement avec lui une éventuelle controverse de quarts-arrières. Ce sera encore le cas à Chicago. Le vétéran s’est fait supplanter par Mitchell Trubisky... Signe que les Bears ne sont clairement pas en voiture et qu’à la première bourde de Trubisky, Foles sera réclamé à grands cris. Si les Bears parviennent à établir un partant sans qu’il se sente sur un siège éjectable, tout ira pour le mieux. Mais ça demeure un gros si...

C’est la défensive hors pair qui permet encore à l’équipe d’espérer retrouver son lustre de 2018. L’ajout de Robert Quinn (11,5 sacs en 2019) apporte un complément de grande qualité au monstre Khalil Mack. Avec Akiem Hicks en santé, ce front peut être dévastateur.

L’une des clés sera le jeu au sol. Les Bears se sont classés de manière misérable au 27e rang et David Montgomery (blessé à l’aine actuellement) a eu peu de place derrière une ligne offensive qui a déçu. C’est sans compter que, depuis, le garde Kyle Long a pris sa retraite.

Additions clés 

Nick Foles (quart-arrière), Jimmy Graham (ailier rapproché), Robert Quinn (ailier défensif), Tashaun Gipson (maraudeur)

Recrue à surveiller 

Cole Kmet a été le premier ailier rapproché sélectionné au dernier repêchage (en deuxième ronde). Il est efficace au bloc et pour capter des passes, mais devra partager la tâche avec Jimmy Graham. 

Départs clés

Kyle Long (garde), Trey Burton (ailier rapproché), Nick Kwiatkoski et Leonard Floyd (secondeurs), Ha Ha Clinton-Dix (maraudeur)

20

Dans les deux dernières saisons, seulement deux équipes ont concédé moins de 20 points par match : les Bears et les Ravens


Lions de Detroit   

  • Fiche en 2019 : 3-12-1, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 5-11                   

SUR UN SIÈGE ÉJECTABLE 

Matt Patricia
Photo d'archives, AFP
Matt Patricia

Ça passe ou ça casse pour l’entraîneur-chef Matt Patricia, qui montre un dossier de 9-22-1 après deux saisons à la barre.

À sa défense, la blessure du quart-arrière Matthew Stafford et celles de plusieurs autres joueurs l’automne dernier ont certainement fait mal. Il reste que cette équipe doit vite montrer signe de vie.

Stafford jouait du grand football avant de tomber à la mi-saison, ce qui sème l’espoir. Sa présence profitera au jeune ailier rapproché TJ Hockenson, disparu quand Stafford est tombé. L’ajout dans le champ arrière du porteur recrue D’Andre Swift pourrait potentiellement relancer une attaque au sol qui ne lève pas depuis des millénaires.

C’est toutefois en défensive que devra s’opérer un réel et soudain changement, après une saison en 31e place. Patricia a pris l’habitude d’amener à bord ses anciens Patriots et la tendance s’est poursuivie avec les ajouts de Danny Shelton, Jamie Collins et Duron Harmon. Jusqu’ici, la stratégie a échoué et la fameuse culture du «Patriot Way» semble difficile à implanter.

Additions clés 

Halapoulivaati Vaitai (bloqueur), Jamie Collins (secondeur), Danny Shelton (plaqueur), Desmond Trufant (demi de coin), Duron Harmon (maraudeur)

Recrue à surveiller 

Maintenant que l’as Darius Slay a quitté l’équipe, le demi de coin Jeff Okudah, choisi au troisième rang au total, doit rapidement faire oublier son prédécesseur.

Départs clés 

Ricky Wagner (bloqueur), Graham Glasgow (garde), Darius Slay (demi de coin), A’Shawn Robinson et Damon Harrison (plaqueurs)

12

Dans 12 de leurs matchs la saison dernière, les Lions ont détenu l’avance. Leur fiche dans ces 12 parties est de 3-8-1.

CONFÉRENCE NATIONALE | DIVISION NORD  

Brady mêle les cartes  

FBN-SPO-KANSAS-CITY-CHIEFS-VICTORY-PARADE
Photo d'archives, AFP

Les Saints ont pris l’habitude de s’approprier cette division sans réelle opposition depuis deux ans. Mais voilà que Tom Brady tentera de brouiller les cartes avec les Buccaneers, qui sont embourbés dans la médiocrité depuis des lustres. Les Falcons peuvent toujours rebondir avec de bons éléments en place, tandis que les Panthers entament une nouvelle ère. 

Saints de la Nouvelle-Orléans   

  • Fiche en 2019 : 13-3, Champions de division, séries           
  • Prédiction pour 2020 : 12-4, Champions de division, séries                 

LA DERNIÈRE DANSE?

Drew Brees
Photo d'archives, AFP
Drew Brees

 

Encore une fois, les Saints ont l’équipe pour tout rafler. Il faudra cependant éviter une sortie rapide en séries comme lors des trois dernières saisons.

Drew Brees est toujours aux commandes, mais à 41 ans, le temps presse. Il continue, sauf avis contraire, de jouer à haut niveau. Cette saison, il pourra enfin regarder vers un autre ailier espacé que Michael Thomas, puisque le vétéran Emmanuel Sanders s’amène en renfort. La saison dernière, Thomas a établi un record avec 149 réceptions, mais le deuxième ailier espacé le plus productif de l’équipe n’avait capté que 30 passes. Sanders sera donc le bienvenu!

En défensive, on tend à oublier que les Saints en sont maintenant à 42 matchs de suite sans concéder 100 verges au sol à un porteur adverse. Sans parler d’une défensive redoutable, l’unité est équilibrée. 

Certains favoriseront les Buccaneers en raison de l’arrivée de Tom Brady, mais les Saints demeurent plus complets et sont l’équipe la mieux dirigée de la division avec Sean Payton. 

Additions clés 

Emmanuel Sanders (receveur), Malcolm Jenkins (maraudeur)

Départs clés 

AJ Klein (secondeur), Vonn Bell (maraudeur)

Recrue à surveiller 

Adam Trautman est un prospect intrigant comme ailier rapproché. Avec un gabarit de 6 pi 5 po et 250 lb, il pourra certainement contribuer.

8

Les Saints n’ont commis que huit revirements durant toute la saison dernière, un record de tous les temps dans la NFL. 


Falcons d'Atlanta   

  • Fiche en 2019 : 7-9, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 5-11                    

UNE ÉQUIPE MYSTÉRIEUSE

Matt Ryan
Photo d'archives, AFP
Matt Ryan

 

Est-ce que les Falcons présenteront sur le terrain l’équipe qui a amorcé la dernière saison avec une fiche de 1-7 ou celle qui l’a terminée avec une fiche de 6-2?

Matt Ryan se fait souvent critiquer injustement pour les récents insuccès des Falcons. Vrai que ses 14 interceptions la saison dernière laissent perplexe, mais c’est avant tout l’effondrement de la défensive et du jeu au sol depuis deux ans qu’il faut pointer du doigt.

Seuls les Dolphins ont enregistré moins de sacs du quart que les 28 des Falcons l’automne passé. Ce problème est récurrent au sein de cette équipe et l’arrivée de Dante Fowler ne va pas tout régler. Cela étant dit, comme le reste de l’équipe, la défensive a fini sur une note encourageante avec 16 revirements lors des sept derniers duels. 

Quant au jeu au sol, c’est l’intrigant Todd Gurley qui devra le sortir de son bourbier (30e dans la ligue en 2019). Gurley est disparu de l’attaque des Rams depuis qu’il a été blessé au genou en 2018. 

Départs clés 

Devonta Freeman (porteur), Austin Hooper (ailier rapproché), Ty Sambrailo (bloqueur), Wes Schweitzer (garde), De’Vondre Campbell (secondeur), Desmond Trufant (demi de coin)

Additions clés 

Todd Gurley (porteur), Hayden Hurst (ailier rapproché), Dante Fowler (ailier défensif)

Recrue à surveiller 

Les Falcons ont opté pour le demi de coin AJ Terrell en première ronde. Il sera vite testé, en prenant la place de Desmond Trufant.

25,7

Les Falcons ont concédé en moyenne 25,7 points par match depuis deux ans.  


Buccaneers de Tampa Bay   

  • Fiche en 2019 : 7-9, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 10-6, séries                   

UN NOUVEAU SHÉRIFF

Tristan Wirfs
Photo d'archives, AFP
Tristan Wirfs

À moins que vous reveniez d’un long séjour de six mois dans le bois coupé de réseau, vous avez probablement entendu, lu ou vu que Tom Brady poursuivra sa carrière avec les Buccaneers. Reste à voir s’il peut les amener en séries pour la première fois depuis 2007.

Les Bucs ont terminé au 3e rang à l’attaque, autant pour ce qui est des points marqués que des verges amassées. Le talent est donc là, mais les revirements ont constamment tué cette équipe. Brady, même si ses meilleurs jours sont derrière lui, limite les bévues et le nouveau venu Leonard Fournette amènera une dimension physique qui manquait. 

La grande question, c’est à propos de la qualité de sa ligne offensive. Les Bucs n’ont pas souvent protégé adéquatement leurs quarts-arrières dans les dernières années. Leur choix de première ronde, le bloqueur Tristan Wirfs, devrait contribuer à la cause.

En défensive, la tertiaire s’est ressaisie en fin de saison et n’a pas concédé 300 verges par la passe à ses 7 derniers matchs.  

Départs clés 

Breshad Perriman (receveur), Demar Dotson (bloqueur)

Additions clés 

Tom Brady (quart-arrière), Rob Gronkowski (ailier rapproché), Leonard Fournette (porteur)

Recrue à surveiller 

Les Buccaneers ont misé sur le maraudeur Antoine Winfield Jr en deuxième ronde et selon les échos du camp d’entraînement, il s’annonce comme un vol en plein jour.

29

La saison dernière, les Bucs ont lancé 30 interceptions. À ses cinq dernières saisons, Tom Brady en a lancé 29. 


Panthers de la Caroline   

  • Fiche en 2019 : 5-11, exclus des séries           
  • Prédiction pour 2020 : 4-12                 

UN NOUVEAU RÉGIME

Christian McCaffrey
Photo d'archives, AFP
Christian McCaffrey

Les Panthers ont fait table rase dans leur alignement avec l’arrivée du pilote Matt Rhule. Le départ de Cam Newton a fait beaucoup de bruit, mais c’est aussi une défensive reconstruite de fond en comble qui a de quoi semer le doute.

Rhule était un candidat très recherché dans différents marchés de la NFL, mais il faut s’attendre à une première saison difficile où il jettera les bases de son programme. La défensive a perdu six partants, dont l’âme de l’équipe, le secondeur Luke Kuechly. 

Teddy Bridgewater obtient enfin une occasion d’être quart-arrière partant après sa blessure dévastatrice de 2016. Il y a beaucoup de talent autour de lui, à commencer par Christian McCaffrey. Il pourrait bien faire, mais si les Panthers coulent, ils lui préféreront un jeune quart-arrière au prochain repêchage. La saison risque d’être longue. 

Départs clés 

Cam Newton (quart-arrière), Greg Olsen (ailier rapproché), Luke Kuechly (secondeur), James Bradberry (demi de coin), Mario Addison (ailier défensif), Gerald McCoy (plaqueur)

Additions clés 

Teddy Bridgewater (quart-arrière), Robby Anderson (receveur), Russell Okung (bloqueur), Tahir Whitehead (secondeur)

Recrue à surveiller 

En deuxième ronde, les Panthers ont opté pour le maraudeur Jeremy Chinn. Les entraîneurs adorent sa polyvalence et il verra même quelques jeux comme secondeur.

3

Seulement trois joueurs dans l’histoire de la NFL ont franchi le cap des 1000 verges au sol et 1000 verges en réception dans la même saison : Roger Craig, Marshall Faulk et Christian McCaffrey.