/lifestyle/family
Navigation

Sofia, une chienne sportive

0905 WE - animaux
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Sofia, un magnifique setter Gordon de 1 an 1⁄2, est la nouvelle compagne de Florence Meney de même que son entraîneur personnel, car elle l’accompagne lors de ses sorties de jogging.

1. Quelle est la raison qui vous a poussée à avoir Sofia chez vous ?

Je ne peux imaginer la vie sans animaux. Un animal, ce n’est pas un « plus » ; c’est un must ! Mes deux derniers chiens, Alixe et Scott, sont décédés dans un intervalle de temps très rapproché et il y avait ce vide... Alors, très vite, j’ai cherché un autre chien. J’avais envie d’un grand chien pour aller courir et mon conjoint aime l’apparence des chiens de chasse, d’où notre choix pour un setter Gordon. Lors de la visite chez l’éleveuse, j’ai eu un coup de cœur pour Sofia, car elle s’est jetée dans mes bras.

2. Pourquoi avoir choisi ce nom ?

Elle a ce port de tête assez aristocratique et le nom de Sofia, en référence à la reine d’Espagne, lui allait à merveille.

3. Pourquoi êtes-vous plus « chat » ou « chien » ?

Je dois avouer que mon amour des chiens est arrivé tard dans ma vie. J’aime la compagnie des chiens, leur symbiose avec nous. Ce sont des êtres toujours positifs et enjoués.

4. Comment décrire en quelques phrases la personnalité de Sofia ?

C’est une chienne équilibrée, joyeuse, douce, affectueuse. Elle est plutôt pot de colle. Elle adore se faire cajoler : elle devient toute molle. On croyait qu’elle serait très énergique puisque c’est un chien de chasse, mais il s’avère qu’elle est extrêmement calme.

5. Racontez-nous un fait cocasse la concernant.

Nous avons une petite cour arrière avec une piscine. Sofia est plutôt maladroite et est souvent tombée dans la piscine. La première fois, à l’âge de 4 mois, elle est tombée dans la piscine alors qu’elle n’était pas encore ouverte et ressemblait à un marais stagnant. L’odeur qu’elle avait...

6. Racontez-nous un de ses mauvais coups.

Elle bouffe n’importe quoi : soutiens-gorge, chaussettes, etc. Avec elle, mon budget en sous-vêtements a explosé ! 

7. Racontez-nous la fois où...

On s’est retrouvé à l’urgence vétérinaire pour des radiographies, car on pensait que Sofia avait avalé une lame de rasoir. Finalement, on a retrouvé la lame sous un divan... Ouf !

8. Quel est son endroit préféré ?

Elle a un promontoire dans le hall d’entrée de la maison (un banc avec un coussin) d’où elle peut voir et observer tout ce qui se passe dehors, telle une commère. 

9. En quoi votre animal peut-être une source d’inspiration pour vous ?

Je suis à écrire un roman policier où le personnage principal a un chien. Je m’inspire de Sofia. Aussi, à la toute dernière page de mon nouveau livre, La dernière promenade : Faire le deuil de son animal de compagnie, je parle de l’arrivée de Sofia dans la famille avec beaucoup de tendresse et d’appréhension.

10. Pendant le confinement, qu’est-ce que votre animal vous a apporté de particulier ?

Un effet bénéfique pour moi. Elle a été ma compagne de travail, m’a obligé à faire des pauses et à garder la forme. Sofia est mon entraîneur personnel, ma thérapeute, ma confidente.

À propos de Florence Meney :

  • Auteure de romans noirs, dont Sur ta tombe et L’encre mauve, et de plusieurs essais, dont À l’autre bout de la laisse (Druide) ;
  • Son tout nouveau livre, La dernière promenade : Faire le deuil de son animal de compagnie (Éditions de l’Homme), vient d’être publié et sera sans aucun doute fort utile pour les propriétaires d’animaux.