/news/society
Navigation

L'immobilier à Québec : un marché qui est en feu

De fortes hausses de la revente et plusieurs mises en chantier dans la région

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Plusieurs projets de construction de logements locatifs sont en cours à Québec comme celui réalisé par Synchro Immobilier dans l’écoquartier Pointe-aux-Lièvres.

Coup d'oeil sur cet article

Québec est en ébullition avec une hausse spectaculaire de 62 % des ventes de maison en août. La construction de logements neufs n’est pas en reste et a aussi fait un bond de 18 % pour les six premiers mois de l’année.

Le marché de la revente continue de rebondir depuis le déconfinement. D’après l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), il s’est vendu 831 propriétés au cours du mois d’août dans la région métropolitaine de Québec, soit une hausse de 62 % par rapport à août 2019. Il s’agit de la plus forte croissance des six régions métropolitaines du Québec.  

«C’est plus que du rattrapage, on est en avance par rapport à l’année passée. Cela, ça nous surprend. On ne s’attendait pas avec la pandémie à surpasser les résultats en 2019, qui avait été une année assez exceptionnelle. On est très contents», a affirmé Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ.  

«On est en train d’étudier si le comportement des acheteurs change. Est-ce que les gens sont prêts à s’installer beaucoup plus loin parce qu’ils savent qu’ils vont passer quelques jours en télétravail par semaine pendant quelques années ? Est-ce qu’ils veulent une pièce de plus pour faire un bureau à la maison ? On voit qu’il y aurait peut-être une tendance», a-t-elle ajouté.   

Constructions à la tonne

Dans les six premiers mois de l’année, on a dénombré 2462 mises en chantier (+18 %) dans la Capitale-Nationale et 782 (+12 %) dans la région de Chaudière-Appalaches, par rapport à la même période en 2019. 

À elle seule, par exemple, la municipalité de Saint-Raymond, qui affiche une population de 10 800 habitants, connaît une hausse de 39 %.

«Nous, ça va bien. On est en pleine expansion. On sent qu’il y a un engouement pour la nature et le plein air. Avec le télétravail, les gens n’ont plus besoin de vivre au centre-ville. Il y a des terrains sur le marché à 70 000 $ ou 80 000 $. Pour les petites familles qui ont un budget un peu plus serré, ça leur permet d’avoir leur maison», indique le maire Daniel Dion.   

Le maire réclame d’ailleurs au gouvernement un accès à l’autoroute 40 pour éviter un détour par Pont-Rouge ou Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, qui connaissent elles aussi une augmentation de leur population. 

Demande pour l’unifamiliale

Selon l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), la construction de maisons unifamiliales et la construction de logements locatifs ont été toutes les deux très dynamiques avec des gains respectifs de 21 % et 20 %.  

Le marché de la construction de condominiums s’avère quant à lui anémique avec seulement huit mises en chantier au premier semestre.  

«Normalement, ce qui a levé de terre au cours des six premiers mois de l’année, ce sont des projets qui étaient dans le pipe-line depuis un certain temps», souligne Paul Cardinal, directeur du Service économique de l’APCHQ.  

Domination

Les logements destinés au marché locatif dominent encore une fois les nouvelles constructions résidentielles. Dans la Capitale-Nationale, on rapporte 1838 unités locatives mises en chantier pour la première moitié de l’année.   

«C’est un marché qui a le vent dans les voiles. Quand on regarde le taux d’inoccupation, c’est encore très bas du côté de Québec. Donc, il y a de la place pour construire de nouveaux ensembles locatifs», a poursuivi M. Cardinal. 

Des taux hypothécaires exceptionnels  

Les acheteurs de maisons peuvent bénéficier de taux hypothécaires historiquement bas. 

Dans certains cas, il peut même être avantageux de résilier son contrat pour en négocier un nouveau, même avec la pénalité, selon André Petit, courtier chez Multi-Prêts.  

«Les taux affichés sont exceptionnels. C’est complètement fou comme c’est bas. On parle de taux à 1,89 % pour un terme de cinq ans fermé, et même on peut descendre encore un peu pour tourner autour de 1,79 %», affirme M. Petit. 

Celui-ci observe que des acheteurs vont jusqu’à devancer leur projet d’acquisition pour pouvoir profiter de tels taux.  

«Ça fait 20 ans que je suis courtier hypothécaire, et aussi bas que ça, je n’ai jamais vu cela pour un terme fixe de cinq ans», dit-il. 

Les banques se livrent une forte concurrence pour attirer les emprunteurs. 

«On était dans une tendance un peu plus à la hausse avant que tout cela arrive», estime le courtier en faisant référence à la COVID-19. 

Les mois de mars et avril ont été particulièrement tranquilles pour les prêteurs. Les bénéficiaires de la Prestation canadienne d’urgence n’arrivaient pas à se qualifier auprès des banques. 

«Au début mai, l’activité a repris. On a eu un été comme on n’a jamais vu», a mentionné M. Petit. 

Plusieurs facteurs

«Il y a toutes sortes de petites choses qui sont arrivées. Il y a des couples qui se sont aperçus que ça ne marchait plus. On a vu des séparations. Monsieur rachète la part de Madame. Madame s’achète une autre maison. Il y en a qui trouvaient leur condo trop petit pour travailler de la maison. Ils l’ont vendu pour acheter un jumelé. C’est tout cela qui fait en sorte que ça bouge beaucoup dans le marché.» 

Cela a pour effet que les banques, qui ont encore beaucoup de personnel en télétravail, sont débordées, selon lui. Les délais de traitement peuvent aller jusqu’à 12 jours.  

«Les banques cherchent du monde», a ajouté le courtier de Multi-Prêts. 

Le volume est aussi occasionné par les détenteurs d’un prêt hypothécaire qui veulent renégocier à un taux plus bas. 

«On reçoit beaucoup de demandes pour ça. Quelqu’un, qui a signé à 3,49 %, il y a un an et demi, veut profiter de ce taux-là. Ça dépend toujours des institutions financières et de la pénalité que les gens auront à payer.» 

Des promotions sur cinq ans offrent même des remises en argent. Tant que la pandémie de COVID-19 ne sera pas réglée, les taux d’intérêt pourraient rester avantageux, estime le courtier.


Nombre de mises en chantier par secteur  

  • Québec : 1946 (+8 %)  
  • Saint-Augustin-de-Desmaures : 249 (+ de 500 %)  
  • Saint-Raymond : 43 (+39 %)   
  • Stoneham-et-Tewkesbury : 35 (-17 %)  
  • L’Ange-Gardien : 33 (+ de 500 %)   
  • Lévis : 512 (+8 %)   
  • Saint-Georges : 143 (+38 %)   
  • Sainte-Marie : 85 (52 %)   

* Données pour les 6 premiers mois de 2020 et hausse par rapport à la même période en 2019.

Source : APCHQ


Valeur des permis de construction pour les six premiers mois de l’année   

  • Capitale-Nationale : 464 M$ (+21 %)  
  • Chaudière-Appalaches : 286 M$ (+26 %)   

Source : APCHQ