/investigations
Navigation

Des tensions depuis des mois au cabinet de la mairesse

Doreen Assaad. Mairesse
Photo d'archives Doreen Assaad. Mairesse

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Brossard, Doreen Assaad, qui a dissous son caucus hier, fait aussi l’objet d’une plainte en harcèlement psychologique de l’un de ses plus proches collaborateurs, a appris notre Bureau d’enquête.

Hier, la mairesse Assaad a pris ses collègues par surprise en annonçant sur sa page Facebook que tous les conseillers devenaient maintenant indépendants et qu’elle avait l’intention de présenter une équipe « renouvelée » aux élections de 2021.

« J’ai fait le choix de dissoudre l’ensemble du caucus pour tout simplement faire prévaloir la démocratie. À titre de conseillers indépendants, les élus auront une entière liberté dans l’exercice de leurs fonctions et dans le choix de leurs allégeances politiques en vue du scrutin de 2021 », a-t-elle notamment écrit.

Ils voulaient démissionner

Notre Bureau d’enquête a appris que plusieurs conseillers du parti songeaient à quitter le parti de la mairesse depuis quelques semaines. 

Au début du mois d’août, six conseillers (sur dix conseillers membres du parti et siégeant à l’Hôtel de Ville) se sont d’ailleurs rencontrés à cet effet, selon nos informations.

La mairesse leur a coupé l’herbe sous le pied en choisissant de dissoudre le caucus plutôt que d’attendre que des conseillers quittent le navire. Jointe au téléphone, Mme Assaad a nié avoir été au courant que des départs se préparaient au sein de son parti.

« Je demeure confiante que la suite va bien se dérouler, mais le fait est qu’à travers les trois dernières années, ça a fait émerger des visions divergentes au sein du caucus sur plusieurs enjeux », a-t-elle tout de même admis.

Harcèlement allégué

Parmi les motifs de mécontentement à l’endroit de la mairesse, on pointe du doigt sa gestion d’un dossier en harcèlement impliquant son ancien conseiller politique et plus proche collaborateur, Jean-Virgile Tassé-Themens.

« [...] Depuis environ un an, j’ai été victime d’harcèlement psychologique de manière répétée de la part de Mme Assaad », peut-on lire dans une lettre qu’il a adressée aux instances de Brossard en février dernier.

M. Tassé-Themen y écrit aussi avoir souffert de dépression majeure et d’anxiété en rapport avec les événements.

Selon nos informations, une firme a été mandatée pour faire enquête sur cette situation, ce que la Ville de Brossard a refusé de confirmer hier pour des raisons de confidentialité.