/misc
Navigation

Prêcher dans le désert

Coup d'oeil sur cet article

Six mois que ça dure. Six mois que le gouvernement Legault martèle le même message.

Respecter le 2 mètres, se laver les mains, puis, cet été, porter le masque.

  • Écoutez Emmanuelle Latraverse sur QUB radio:

La grand-messe quotidienne de 13 h a contribué à aplanir la courbe. Les Québécois ont embarqué, on a pu reprendre un semblant de vie normale.

Puis l’été est arrivé. 

La peur de voir les bars fermés et les vacances annulées a certes permis de restaurer la discipline collective cet été. Or, depuis une semaine, le constat est clair : le message ne passe plus.

Comme un refrain trop souvent répété, l’appel de François Legault lundi dernier semble être passé dans le beurre. Le karaoké a continué de sévir, les bars ont continué de fêter, la distanciation a pris le bord dans des soupers entre amis.

Ce n’est pas généralisé, ça demeure marginal, mais François Legault prêche dans le désert pour une portion suffisante de la population pour que la tendance inquiète sérieusement.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Les cas augmentent avant même qu’on ait évalué l’effet de la rentrée scolaire, avant que l’automne nous force à rentrer dans nos chaumières.

Or comment renverser cette tendance ? 

Changer le message

Il n’est pas anodin que le ministre de la Santé dévoile ce matin un nouveau système d’alerte régional.

Du vert au rouge, les régions du Québec vont se colorer au rythme de la contagion.

Politiquement, le mécanisme est fort utile pour justifier les choix difficiles qui s’en viennent, de la fermeture des bars, des restaurants ou des gyms dans une région, à un dépistage massif dans les écoles. 

Mais surtout, le gouvernement espère que son système d’alerte permettra de remobiliser les citoyens. Quand c’est sa ville, sa région qui passe au rouge, difficile de ne pas se sentir concerné.

Alors que l’ère de la cohésion nationale est passée, le défi est de faire renaître la solidarité qui nous a permis de surmonter la première vague.