/news/transports
Navigation

Troisième lien: un «métro sous-fluvial» pour Québec?

Troisième lien: un «métro sous-fluvial» pour Québec?
PHOTO D'ARCHIVES, DIDIER DEBUSSCHÈRE

Coup d'oeil sur cet article

L'expression «métro sous-fluvial», utilisée par le maire de Lévis pour définir le troisième lien entre les deux rives, a eu des échos jusqu'à Québec, où le maire Labeaume a parlé de «bulle» et où le chef de l'opposition a encensé le «leadership» de Gilles Lehouillier.

Sur les ondes de CHOI, mardi matin, le maire de Lévis a parlé de «métro sous-fluvial» pour définir le futur troisième lien. Si ce n'est pas la première fois que Gilles Lehouillier utilise cette expression, les termes ont fait réagir, dans le contexte où le gouvernement Legault promet depuis des jours de présenter officiellement le projet de façon «imminente». 

Le maire de Québec, Régis Labeaume, n'a d'abord pas souhaité réagir. Puis il a glissé, en riant: «Je pense qu'il y en a qui font des bulles quand ils parlent de métro sous-fluvial. Ils ont passé une grosse fin de semaine.» Il a ensuite ironisé: «Il y a peut-être aussi un nouveau vol direct Québec-Lévis?»

Troisième lien: un «métro sous-fluvial» pour Québec?
Simon Clark/Agence QMI

M. Labeaume a affirmé avoir peu de détails sur le projet de troisième lien. «J'ai pas mal d'information sur le réseau structurant et j'en ai pas mal moins sur le troisième lien.»

Cela a fait bondir le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin, qui a déclaré: «Je suis surpris de voir que le maire de Lévis a beaucoup plus d'informations que le maire de Québec. Ça en dit long sur les rôles et le leadership que les deux prennent pour les dossiers de la région.» Il n'a pas voulu dire s'il croyait qu'un métro était possible entre les deux rives. «J'ai hâte de voir l'annonce du gouvernement, d'avoir des détails, parce que, là, il se dit un paquet de choses. [...] Le maire de Lévis est mieux branché, peut-être.»

Quant à lui, Jean Rousseau, conseiller de Démocratie Québec, n'a pas hésité à se prononcer sur la question: «Moi aussi, je mets de l'avant un métro sous-fluvial. Et pourquoi pas? Si ça s'avère, on va le prendre.»