/sports/opinion/columnists
Navigation

Les munitions pourraient se faire rares

Cabana
Photo courtoisie, Karl Tremblay Le choix des munitions, que se soit pour les fusils ou les carabines, est assez impressionnant. Il est donc préférable de demander les conseils d’un professionnel avant de faire ses achats pour se procurer ce qui convient le mieux à notre excursion par rapport au gibier visé. Dépêchez-vous de vous en procurer parce qu’une pénurie pourrait se produire cet automne.

Coup d'oeil sur cet article

Dans tout le nécessaire pour une excursion de chasse, la munition doit occuper une place de choix, si vous désirez vraiment réussir votre aventure. 

Cette saison, toutefois, pensez à vous les procurer rapidement. « Comme dans bien des cas, avec la pandémie, les achats de munitions ont été si importants que les compagnies ont vu leurs inventaires baisser très rapidement », explique le spécialiste Mathieu Papillon du magasin Latulippe.

« Il faut donc que les chasseurs s’y prennent tôt et choisissent bien leurs munitions, s’ils veulent profiter de leur saison », recommande-t-il.

Le choix adéquat peut faire la différence entre une excursion réussie et manquer le gibier que vous traquez depuis plusieurs jours.

« Un chevreuil est moins large et moins dur qu’un orignal. Le boulet à ouverture rapide, qui aura le temps de faire le travail qu’il a à faire dans une surface moins large, sera le meilleur. Donc, tous les boulets Acutipe, Balistic Tip et autres, qui ont cette ouverture plus rapide, sont de très bons choix », estime l’expert.

Autre option

Pour l’orignal, une nouvelle munition a la côte.

« Dans le cas de l’orignal, un gibier plus dur, les boulets en cuivre d’un bout à l’autre sont populaires. L’avantage de cette munition c’est qu’il n’y a aucune perte de poids au niveau du boulet. Le coefficient de rétention permet de retrouver le boulet à l’intérieur de la bête. Il est possible de le peser afin de comparer le poids qu’il avait au départ et celui qu’il a une fois qu’il a frappé la bête. Lorsque l’on se retrouve avec un poids en haut de 90 % ou 95 % du poids initial, on peut voir que le boulet a très bien fait son travail. Le 180 grains est demeuré un 180 grains, ou presque, jusqu’à la fin », estime M. Papillon.

Le prix de la munition est en rapport direct avec la qualité. Le coût du cuivre influence beaucoup le prix. 

Selon le spécialiste, il ne faut pas dénigrer les munitions d’entrée de gamme, parce que plusieurs chasseurs les utilisent et connaissent du succès.

La différence essentielle entre les munitions à faible coût et celles qui sont plus dispendieuses se trouve au niveau du travail du boulet, une fois qu’il frappera le gibier. L’onde de choc ne sera pas du tout la même.

Le prix d’une bonne munition se situe entre 35 $ et 55 $ pour les calibres réguliers comme la 30-06. Pour les calibres magnum, il faut ajouter 10 $ la boîte.

Les fusils de chasse

Pour la chasse du petit gibier, la munition avec de la grenaille de plomb est toujours légale et très efficace.

« La majorité des calibres ont toujours des forces de munitions différentes. Si on parle du calibre 20, on peut y aller avec une cartouche de 7/8e d’once. C’est l’idéal pour un jeune ou une dame. Ils n’auront pas de difficulté à manœuvrer leur arme et à tirer sans subir de recul majeur. On peut aussi utiliser une once et une once et quart. Il y a des munitions magnum qui sont disponibles dans ce calibre. »

Dans le cas du calibre 12, il faut demeurer dans une munition d’une once et bien prendre le temps de viser, pour ne pas démolir le gibier.

« Ce calibre a beaucoup de force pour la chasse du petit gibier. Il n’est donc pas nécessaire d’utiliser des munitions ultraperformantes. Il est préférable de viser un peu au-dessus de la tête, » de spécifier M. Papillon.

Pour la sauvagine, seules les munitions avec des grenailles non toxiques sont permises.

« Il faut absolument tirer de l’acier ou des dérivés comme le bismuth. Le calibre 12 demeure la meilleure arme, surtout que maintenant, il est possible d’utiliser de la munition de 3 1⁄2 pouces. Dans certains cas, la charge est aussi plus forte, augmentant ainsi la portée. On peut aussi jouer avec la forme des billes. Même au niveau des bourres, il y a moyen de choisir, afin d’aller chercher le maximum de pénétration dans l’oiseau en situation de chasse. »

En bref 

Des disponibilités dans les réserves

Plusieurs forfaits de chasse à l’orignal se sont libérés à la suite d’annulations dans différentes réserves du réseau de la Sépaq. On peut penser à la réserve des Laurentides, à Rimouski ou encore à Portneuf. Dans le cas de cette dernière, deux groupes doubles sont disponibles du 3 au 9 octobre, dans les zones 20 et 23. Pour le chevreuil, toujours dans Portneuf, il y a un forfait disponible à 20 % de rabais, du 8 au 15 novembre, en plan européen avec séjour en chalet, pour la chasse à l’arc et l’arbalète. Pour tout savoir, il vous suffit de vous rendre sur le site www.sepaq.com.