/news/transports
Navigation

Rimouski limitera la marche des moteurs à l’arrêt

Coup d'oeil sur cet article

Les automobilistes rimouskois devront réduire la durée de la mise en marche de leur moteur lorsqu'ils sont arrêtés, et ce, à tout moment de l'année. Cette nouvelle réglementation devrait être officiellement adoptée dans deux semaines, lors de la prochaine assemblée générale du conseil municipal.

D'ordre général, les automobilistes ne pourront pas faire fonctionner leur véhicule au ralenti pendant plus d'une minute. Pour les camions, la durée maximale tolérée sera de cinq minutes en été et de dix minutes l'automne et l'hiver. En instaurant ce nouveau règlement, la Ville souhaite réduire ses émissions de gaz à effet de serre et lutter contre les changements climatiques.

«On sait qu'il y a plusieurs citoyens à Rimouski qui sont préoccupés par l'environnement et l'émission des gaz à effet de serre. Nous, à la Ville de Rimouski, depuis quelques années, on a des projets écoresponsables, il y a une préoccupation forte au sein du conseil municipal en lien avec ça», a expliqué mercredi le maire Marc Parent.

Le gros bon sens

Certaines closes dans le règlement permettront de prendre en considération les cas d'exception. Lors d'intempéries plus importantes, la Ville tolérera un plus long délai permettant de réchauffer convenablement son véhicule avant de prendre la route. Des cas plus isolés seront également pris en considération, par exemple les gens ayant des problématiques physiques.

«La réglementation prévoit justement ces exceptions-là pour s'assurer que ce soit une réglementation qui répond de manière générale aux besoins de la population. Il y aura toujours de la tolérance à ça. Mais on se retrouve souvent dans des situations où des véhicules sont à l'arrêt pendant de longues minutes sans que ce soit nécessaire autant en hiver qu'en été, et c'est ce qu'on veut arrêter avec cette réglementation-là», a précisé le maire.

La Ville ne souhaite pas émettre de contrats d’infraction systématiquement aux contrevenants et usera de son gros bon sens afin de faire respecter l’adoption de cette nouvelle loi.

Une minute, est-ce assez?

Selon CAA-Québec, une minute d’attente après le démarrage suffit à ce que le moteur soit bien réchauffé avant de prendre la route. Contrairement aux croyances populaires, cela ne pourrait pas endommager le moteur.

«Selon les indications qu'on a sur la mécanique automobile, une minute est suffisante pour permettre au moteur de se réchauffer et d'être prêt à démarrer. Parfois, ça peut être nécessaire de faire chauffer plus longtemps, mais on parle vraiment de temps exceptionnels à ce niveau-là», a expliqué Pierre-Olivier Fortin, responsable des communications pour CAA-Québec.

L’organisme recommande d’ailleurs aux automobilistes d’éteindre leur véhicule au bout de dix secondes puis de le redémarrer ensuite afin d’être encore plus gagnants en terme d'entretien et de coût d'essence. Elle stipule également que l’habitacle du véhicule se réchauffe beaucoup plus rapidement lorsque celui-ci est en mouvement. Une voiture consommerait également davantage lorsqu’elle est au ralenti, soit d’un à quatre litres à l'heure, ce qui s’avère d’autant plus néfaste pour l’empreinte écologique.

«Si on diminuait collectivement au Canada de trois minutes par jour le temps qu'on roule au ralenti avec nos véhicules, l'économie de carburant serait de l'ordre de 620 millions $ par année. Un coût qui est énorme et qui démontre une empreinte importante de gaz à effet de serre», a souligné M. Fortin.