/news/transports
Navigation

Terminaux de conteneurs: Rodriguez enfile ses patins

Le lieutenant libéral du Québec, Pablo Rodriguez
Photo Stevens Leblanc Le lieutenant libéral du Québec, Pablo Rodriguez

Coup d'oeil sur cet article

Les projets de terminaux de conteneurs des ports de Québec et Montréal ne sont pas en concurrence l'un contre l'autre, selon le lieutenant libéral du Québec.

• À lire aussi: Projet Laurentia: Duclos appuie Labeaume sur le Port

• À lire aussi: Le Port de Montréal «veut tuer» le projet de Québec, selon Labeaume

« Il n'y a pas d’opposition entre Montréal et Québec. Ce n'est pas les Nordiques contre les Canadiens. C'est plutôt Équipe Canada contre les Russes », a tranché Pablo Rodriguez, ministre fédéral et lieutenant du Québec pour le gouvernement Trudeau, en utilisant une analogie liée au monde du hockey. 

Projet Laurentia

Le ministre Rodriguez était appelé à réagir mercredi à une sortie du maire de Québec, Régis Labeaume, qui a affirmé la semaine dernière que des personnes influentes à Montréal, dont la PDG du Port, travaillaient en coulisse à « tuer » le projet Laurentia, de l'Administration portuaire de Québec. Il avait reçu l'appui de taille du président du Conseil du trésor canadien, Jean-Yves Duclos.

Pablo Rodriguez a refusé de sauter dans la mêlée. 

« On peut tous pousser dans la même direction. Mes collègues défendent les projets de Québec, c'est normal. On fait tous la même chose, on défend nos comtés. Il faut regarder les deux comme des projets qui peuvent se faire en parallèle et qui sont importants pour le Québec. »

Au sec

Le ministre estime que chaque projet qui contribue au développement économique mérite d'être analysé. Cependant, il n’a pas souhaité se mouiller pour appuyer le projet Laurentia. L’étude environnementale est en cours et son gouvernement répète depuis des semaines qu'il attendra les conclusions avant de se prononcer, ce qui enrage le maire de la ville.

« On va les laisser travailler un peu, a concédé M. Labeaume. On peut pas péter les plombs à tous les deux jours. On se parle très régulièrement Pablo et moi. C'est leur job, maintenant. C'est dans leur cour. »