/news/currentevents
Navigation

Les snowbirds espèrent encore

Coup d'oeil sur cet article

Même si la réouverture de la frontière est continuellement repoussée, la moitié des snowbirds québécois espèrent encore pouvoir passer le prochain hiver sous le soleil.

• À lire aussi: Les voyages dans le Sud d'Air Canada comprendront des assurances pour la COVID

• À lire aussi: Plus de 18 000 voyageurs venant des États-Unis refoulés depuis mars

Un sondage commandé par CAA-Québec indique que ceux qui sont propriétaires ont encore plus tendance à vouloir partir. Bien que 92% se disent inquiets de la réponse des autorités américaines à la pandémie de COVID-19, plus de la moitié (54%) des répondants souhaitent passer l'hiver à la chaleur.

«Regardez ce que j'ai dans les pieds! J'ai juste ça avec un petit manteau! Puis, mon auto n'a pas de pneus d'hiver! Je ne suis pas équipé pour passer l'hiver», a lancé jeudi Rémi Pagé, de Trois-Rivières, qui est snowbird depuis 13 ans, en entrevue avec TVA Nouvelles. 

  • Écoutez l'entrevue avec Pierre-Olivier Fortin, porte-parole de CAA Québec, à QUB radio:   

Malgré la pandémie et les restrictions, il est hors de question pour M. Pagé et sa conjointe de passer l'hiver au Québec. Le 21 septembre, ils s'envoleront vers Vancouver, en Colombie-Britannique. Ils comptent s'installer sur place pour quelques semaines en attendant de pouvoir partir vers les pays chauds.

«Déjà, j'estime que la pandémie m'a coûté 7000$ et là, ça va me coûter plus cher en assurance. La compagnie me charge 2500$ pour six mois. Ça coûte 800$ de plus», a confié M. Pagé.

Malgré tout, les snowbirds restent préoccupés par la pandémie, s’il faut se fier à ces données recueillies au début d'août. La quasi-totalité d’entre eux (96%) juge inconcevable de partir à l’étranger sans une assurance voyage qui couvrirait les frais de santé, advenant une contamination à la COVID-19.

Parmi ceux qui rêvent encore de pouvoir échapper à la neige et au froid, 98% assurent qu’ils prendront des précautions dans le Sud pour ne pas attraper le coronavirus.