/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Guy Nantel aurait dû être notaire

Guy Nantel
Photo d'archives, Agence QMI Guy Nantel

Coup d'oeil sur cet article

Toi, oui, toi le jeune, qui as l’intention de te lancer en politique, un jour, plus tard, quand tu seras plus vieux. Choisis bien ta première carrière, ne t’embarque pas dans des professions à risque, choisis-toi un petit métier pépère, qui finit en aire : notaire, actuaire, gérant de caisse populaire.

Car si tu choisis un métier à risque, comme amuseur public, tu risques de ne pas te faire prendre au sérieux quand l’appel de la politique se fera sentir. Regarde Guy Nantel. Il s’est fait dire cette semaine que s’il gagne la course à la chefferie du PQ, ça ne sera pas crédible qu’il continue de monter sur scène pour honorer ses engagements de spectacles. Heille, d’un coup que quelqu’un serait offusqué par une de ses blagues !

C’EST MA TOURNÉE !

Depuis le deuxième débat entre les candidats à la chefferie du PQ, tous les commentateurs commentent : « Peut-on marier humour et politique ? » C’est que Guy Nantel veut terminer sa tournée de spectacles, reportée pour cause de COVID‐19, même s’il est couronné chef le 9 octobre.

Lors du deuxième débat, Paul St-Pierre Plamondon a lancé à l’humoriste : « Comment vas-tu légiférer sur les agressions sexuelles et, en même temps, faire des blagues sur ce sujet--là, le soir, dans le cadre d’un spectacle ? »

Mettons les choses au clair : Guy Nantel ne rit PAS des agressions sexuelles, il ne rit pas non plus d’une présumée victime d’agression sexuelle dans son spectacle. Il souligne avec humour l’hypocrisie de certaines situations. Et rappelons que dans son spectacle, il plante allègrement Gilbert Rozon et Éric Salvail.

Alors, que reproche-t-on exactement à Guy Nantel ? De faire un humour controversé, un humour politique, un humour social ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Si Nantel faisait des blagues sur les relations de couple (comme 90 % des humoristes québécois), ses adversaires auraient-ils un problème à ce qu’il continue sa tournée, une fois élu chef du PQ ?  

En entrevue à QUB Radio, Gilles Duceppe (pour qui j’ai le plus grand respect) a même suggéré que Nantel refile ses contrats... à un autre humoriste. Hmmm, vous achetez un billet pour voir l’humour cinglant, cynique, et corrosif de Guy Nantel, mais à la place on vous refile un insignifiant gnangnan comme Louis T. ou une femme-fleur à la voix agaçante comme Rosalie Vaillancourt ?

C’est comme si tu achetais un steak juteux et qu’à la dernière minute, on le remplaçait par un bloc de tofu. Un humoriste ne peut pas se faire « remplacer » comme un prof de mathématiques qui a des suppléants.

VILAIN NANTEL

Si Guy Nantel était comédien, au lieu d’humoriste, et qu’il jouait le rôle d’un proxénète dans une série comme Fugueuse, d’un dealer de drogues dans L’Échappée ou d’un pédo-phile dans District 31, est-ce que ses adversaires lui reprocheraient de conserver ses engagements professionnels une fois élu chef du PQ ?

Est-ce qu’ils lui diraient : « Écoute, les gens vont être mélangés, si le jour, tu te prononces sur les sentences bonbon et que le soir à la télé ils te voient dans un rôle de criminel » ?

Mon petit doigt me dit que si Guy Nantel faisait de l’humour consensuel, bon enfant, bien-pensant et « rassembleur », personne ne se demanderait s’il peut marier l’humour et la politique.

  • ÉCOUTEZ la chronique du jour de Sophie Durocher à QUB radio :