/finance/opinion/columnists
Navigation

Justin le généreux

Coup d'oeil sur cet article

Avec son Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19, le gouvernement de Justin Trudeau est sans doute l’un des plus généreux parmi tous les gouvernements du monde entier.

En tenant compte des mesures additionnelles annoncées récemment par le gouvernement fédéral, la firme McCarthy Tétrault évalue à 763 milliards $ l’aide financière en soutien direct et indirect (incluant en crédit et en liquidité) aux travailleurs, aux familles et aux entreprises.

  • Écoutez Michel Girard, chroniqueur à la section Argent du Journal, à QUB radio:

Cela équivaut à quelque 35 % du PIB nominal du Canada en 2020.

Pour votre information, sachez que cette aide financière de 763 milliards $ du plan d’intervention de Trudeau contre la COVID-19 dépasse, à elle seule, le niveau de la dette fédérale d’avant le déclenchement de la pandémie en mars dernier. La dette du gouvernement fédéral atteignait à ce moment-là les 717 milliards $.

Parenthèse. En raison des nombreuses mesures financières et fiscales mises en place depuis le début de la pandémie du coronavirus, on prévoit que la dette fédérale dépassera cette année les 1100 milliards $ à cause de son énorme déficit de 380 milliards $.

La répartition

L’onéreux plan d’intervention anti-COVID de Justin Trudeau comprend des mesures de soutien financier direct de l’ordre de 214 milliards $, dont :  

  • 80,5 milliards $ de PCU (Prestation canadienne d’urgence)  
  • 83,6 milliards $ de SSUC (Subvention salariale d’urgence du Canada)  
  • 5,3 milliards $ de PCUE (Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants)  
  • 13,8 milliards $ de CUEC (Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes – incitatif de 25 %).  

Pour leur part, les mesures financières visant les interventions en santé et sécurité ont nécessité des investissements ponctuels de 26 milliards de dollars.

S’ajoutent à cela les diverses mesures de « soutien fiscal » à la liquidité des entreprises, lesquelles représentent 85 milliards de dollars de report d’impôts et de taxes.

Les mesures d’aide spécifique aux entreprises totalisent une somme de 86,5 milliards $. 

À tout cela, le gouvernement Trudeau allonge plus de 300 milliards $ à titre de soutien au crédit et à la liquidité par l’entremise de la Banque du Canada, de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) et des prêteurs commerciaux.

Bref, dans le cadre de la COVID-19, Justin Trudeau a cru bon donner un coup de pouce financier à tout le monde ou presque.

Prodigue, à vos frais !

Que Justin Trudeau sème à tout vent des centaines de milliards de dollars, c’est relativement facile. Le problème ? Ce sont les contribuables qui vont devoir assumer la facture de cette débordante générosité. 

Je vous rappelle que l’argent dont les gouvernements ont besoin pour financer leurs programmes et leurs dettes ne pousse pas dans les arbres. Il provient des poches des contribuables, à même les impôts et les taxes.

Alors ? Les 763 milliards de dollars que le gouvernement Trudeau a avancés jusqu’à présent pour aider des millions de Canadiens et des milliers d’entreprises à survivre en cette période de guerre contre la COVID-19 vont de toute évidence nous marquer au fer rouge pour un sacré bout de temps !

Un beau jour, il va falloir en payer la note. Que ce soit par l’entremise de coupes dans les programmes fédéraux et/ou de hausses d’impôts ou de taxes.